Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

114 - QOC 2002-117 Question de M. Didier BARIANI et des membres du groupe Union pour la Démocratie Française à M. le Préfet de police au sujet d'attaques subies par les agents de police, les personnels de santé et les sapeurs-pompiers

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


Libellé de la question :
"Les chiffres de la délinquance sont en hausse prononcée depuis 5 ans, avec une mention particulière pour l'année qui vient de s'écouler et cela, malgré l'application du plan "Vigipirate".
Il est fréquent que soit donnée comme explication de cette fâcheuse tendance, non une augmentation des infractions, mais une meilleure comptabilité de celles-ci. Ce n'est pas la constatation des délits ou des crimes qui s'aggraveraient, mais leur enregistrement par les forces de l'ordre.
On ne sait pas si les Parisiens vivent bien cette nuance toute gouvernementale. En revanche, il est certain, désormais, que les statisticiens ne manquent plus de sources d'informations. Aussi, est-il possible de les solliciter davantage.
Les médias font part fréquemment d'agressions de délinquants contre les agents de police, voire des postes de police attaqués, plus grave encore, des sapeurs-pompiers, des médecins ou différents personnels de santé, subissant des agressions lors de leurs interventions. Enfin, il apparaît que Paris, ne faisant pas exception, des véhicules y sont incendiés.
Aussi, M. Didier BARIANI et les membres du groupe Union pour la Démocratie Française souhaiteraient-ils connaître le nombre d'attaques subies par les agents de police et les postes de police, le nombre d'agressions commises à l'encontre des différents personnels de santé et des sapeurs-pompiers parisiens ainsi que le nombre des véhicules incendiés à Paris en 2001."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"En réponse à la question posée, je puis vous apporter les éléments de réponse suivants :
En premier lieu, je puis vous indiquer qu'au cours de l'année 2001, 1.517 fonctionnaires de police et adjoints de sécurité ont été victimes d'agressions, de nature diverse, pour lesquelles des procédures ont été engagées devant les tribunaux.
Il convient de souligner que parmi ces agressions, plus des deux tiers sont des actes d'outrage, de rébellion simple ou de menace.
Par ailleurs, s'agissant des 478 actes de violences, commis à l'encontre d'agents de la force publique (soit un tiers de l'ensemble des agressions commises), la très grande majorité ont donné lieu à moins de 8 jours d'interruption temporaire de travail ; seules 73 personnes se sont vues délivrer des certificats d'ITT supérieure à 8 jours.
Enfin, il faut noter que ces délits sont souvent perpétrés lors d'interpellations réalisées pour d'autres infractions.
En deuxième lieu, je puis vous indiquer que deux sapeurs-pompiers ont été victimes d'agressions, à Paris, en 2001.
En revanche, pour ce qui concerne les agressions perpétrées à l'encontre des différents personnels de santé, l'outil statistique actuellement utilisé ne permet pas de différencier celles commises dans le cadre de l'activité professionnelle des victimes de celles les touchant à titre privé.
S'agissant des locaux de police, aucune dégradation importante, ni aucun acte d'agression n'a été enregistré dans la Capitale au cours de l'année 2001.
En dernier lieu, il apparaît que le nombre de véhicules incendiés dans la Capitale, en 2001, s'élève à 453.
A ce jour, une origine criminelle certaine est avérée pour 120 de ces véhicules.
Néanmoins, en ce domaine, aucun outil ne permet d'établir des statistiques quant aux causes exactes de ces 120 départs d'incendie, parmi lesquelles figurent des tentatives de fraudes à l'assurance, des actes de vengeance, etc."