Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

46 - 2002, DFAE 14 - Subventions aux associations de commerçants et artisans du 13e arrondissement pour les illuminations à l'occasion des fêtes de fin d'année 2001. - Montant total : 51.069 euros

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DFAE 14 relatif à l'attribution de subventions aux associations de commerçants et artisans du 13e arrondissement pour les illuminations à l'occasion des fêtes de fin d'année 2001.
M. TOUBON avait demandé la parole mais, étant donné qu'il est absent, je propose que Mme FORETTE s'exprime.
Mme Françoise FORETTE. - Merci, Monsieur le Maire.
La Mairie de Paris a souhaité soutenir les initiatives des commerçants qui décorent et illuminent, comme nous venons de le voir, les rues de Paris et leurs boutiques à l'occasion des fêtes de Noël et de fin d'année.
Nous ne pouvons que soutenir très chaleureusement cette action qui accroît la convivialité, la joie de vivre dans notre Capitale.
L'examen du projet de délibération DFAE 14 montre cependant l'existence d'un problème facile à gérer pour une des associations du 13e arrondissement, l'association dite "des commerçants des trois rues", Tolbiac/Amiral-Mouchez/Glacière, qui est l'objet d'un sort différent de celui des autres associations du 13e.
En effet, ces dernières reçoivent une subvention en augmentation par rapport aux années précédentes et cette augmentation comble partiellement le déficit engendré de façon générale par ces manifestations. L'association "des commerçants des trois rues" est la seule qui enregistre une diminution de subvention : 7.622 euros au lieu de 8.384 euros.
Cette diminution ne permet bien sûr pas de combler, même partiellement, le déficit, mais surtout cette différence de traitement est ressentie comme une injustice par cette association particulièrement dynamique dans un quartier, je dois le dire, assez difficile.
Nous demandons donc à Mme l'adjointe au commerce et à l'artisanat, Mme COHEN-SOLAL, de bien vouloir reconsidérer cette somme et de l'augmenter, par exemple, à 10.000 euros au lieu de 7.622 euros, ce qui permettra à cette association d'envisager l'avenir des illuminations avec optimisme et, surtout, de continuer son action.
A ce propos, je voudrais aussi rappeler le pessimisme des commerçants du 13e et des arrondissements voisins vis-à-vis de l'implantation de l'hypermarché "Auchan" au Kremlin-Bicêtre.
Nous voudrions savoir si la Ville a effectivement déposé un recours contre la décision de la Commission nationale de l'Equipement commercial d'autoriser cette implantation.
Ruiner le petit commerce dans notre ville, c'est aussi ruiner sa convivialité et ouvrir la porte à des quartiers-dortoirs lugubres, isolés et porteurs des germes de délinquance dont nous avons amplement parlé ce matin, quand la vie de tous les jours avec les autres, pour et par les autres, perd ses droits.
Merci, Madame COHEN-SOLAL, de nous répondre sur ce point.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame.
Pour vous répondre, Mme COHEN-SOLAL a la parole.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci, Madame FORETTE, de votre intervention.
Je réponds sur le fond d'abord pour l'association "des commerçants des trois rues".
Je ne pense pas que ce soit un système absolument impeccable que d'estimer que, chaque année, la subvention doit augmenter. Les commerçants disent ce qu'ils veulent faire et, après tout, on n'est pas obligé d'augmenter la subvention chaque année si l'offre des commerçants n'augmente pas chaque année. C'est la première chose. Mais je n'ai pas été destinataire d'une instruction différente de la mairie du 13e arrondissement pour cette association "des commerçants des trois rues". Si elle me parvenait, je n'ai pas de problème pour l'examiner, bien entendu, avec toute l'attention qu'elle mérite.
Donc, s'il vous plaît, faites en sorte que la mairie du 13e arrondissement me fasse parvenir des observations sur ce point.
Pour ce qui concerne le projet d'implantation d'une grande surface au Kremlin-Bicêtre, je dois vous dire que la Mairie de Paris a déposé vendredi dernier un recours devant le Tribunal administratif, comme il était prévu, mais que ce dépôt de recours n'empêche pas la Mairie de Paris de continuer une discussion que nous avons entamée depuis déjà plusieurs semaines avec les responsables du Kremlin-Bicêtre qui pourra peut-être nous permettre, même si le recours est déposé, d'avancer sur la façon dont nous travaillons avec les villes limitrophes de la Capitale, afin de ne pas avoir avec elles de simples rapports agressifs, si j'ose dire.
Donc, nous avons entamé avec M. Jean-Luc LAURENT, le maire du Kremlin-Bicêtre, un dialogue que nous allons continuer, j'espère, sur un plan très constructif pour en faire bénéficier le 13e arrondissement et peut-être aussi le Kremlin-Bicêtre.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci beaucoup.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFAE 14.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DFAE 14).