Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

45 - 2002, DFAE 3 - Subventions aux associations et commerçants et artisans du 1er arrondissement pour les illuminations à l'occasion des fêtes de fin d'année 2001. - Montant total : 12.958 euros

Débat/ Conseil municipal/ Février 2002


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération DFAE 3 relatif à l'attribution de subventions aux associations et commerçants et artisans du 1er arrondissement pour les illuminations à l'occasion des fêtes de fin d'année 2001.
La parole est à M. POZZO DI BORGO.
M. Yves POZZO DI BORGO. - Merci.
Mon intervention concerne l'ensemble des illuminations parisiennes.
Depuis de nombreuses années à l'occasion des fêtes de fin d'années, plus de 100 associations de commerçants et artisans de la Capitale mettent en ?uvre diverses initiatives pour décorer leur quartier, leurs rues et leurs boutiques.
En 2001, ce sont plus de 107 associations qui recevront un total de subventions d'un montant de 761.600 euros, soit près de 5 millions de francs pour un montant de dépenses prévisionnelles engagées de plus de 3 millions d'euros, donc à peu près 20 millions de francs.
Sur l'ensemble de la somme, le Comité Vendôme, le Comité Montaigne et le Comité du Triangle d'or ont investi presque le tiers, et ne reçoivent en subvention qu'un 1/18e du total des subventions attribuées.
Le reste est accompli par de petites et moyennes associations, expression de la vie de nos quartiers.
Nous ne pouvons que nous réjouir de cet effort conséquent fait par les tenants de notre vie économique.
Ces actions contribuent à faire de certaines de nos rues des lieux d'animation et de convivialité et participent à l'esprit et à l'ambiance des fêtes de fin d'année.
(M. Eric FERRAND, adjoint, remplace M. le Maire de Paris au fauteuil de la présidence).
Tout cela donne un résultat spectaculaire satisfaisant les Parisiennes et les Parisiens, les provinciaux pour qui la visite des lumières de Paris était un "must" ainsi que les nombreux touristes de passage.
Derrière cette satisfaction apparente se cachent des faiblesses. Nous sommes obligés de constater que si certaines associations font des efforts de créativité, ces efforts ne sont pas entièrement partagés.
En outre, si beaucoup de ces illuminations sont sympathiques et agréables mettant de la joie dans nos rues, ce n'est pas insulter leurs auteurs que de constater que tout cela est quelquefois, sans réserve et bon enfant, plutôt un peu provincial en m'excusant d'y attribuer un côté péjoratif.
Une des raisons concerne le grand nombre d'associations qui interviennent et qui devraient théoriquement permettre une grande variété d'illuminations.
Je ne suis pas sûr que les entreprises prestataires soient si diverses que cela, et souvent l'esprit qui prédomine est le même au niveau de ces illuminations.
Cela est moins important dans les rues de nos quartiers. Cela fait partie de la vie quotidienne mais c'est quand même beaucoup plus ennuyeux lorsque cela concerne nos lieux prestigieux car l'image de Paris est en cause.
Les illuminations des Champs-Elysées qui impliquent un très gros effort de la part de ses membres ont un côté spectaculaire indéniable. Nous sommes obligés de constater que ces illuminations sont pratiquement les mêmes depuis de très nombreuses années. Bien qu'il y ait un an ou deux, nos amis du Comité des Champs-Elysées aient été tentés de faire du CRISTO en enveloppant les arbres, cela a été un échec. L'initiative était déjà bonne. Tout cela n'est pas à la hauteur de Paris, ville-lumière. Je ne suis pas sûr que ce titre de "ville-lumière" soit un titre que nous pouvons revendiquer.
D'autres villes, ne serai-ce que des villes de province commencent à être compétitives à ce niveau.
Voyez l'effort de la Ville de Lyon, de Bordeaux, regarder les initiatives des villes européennes !
Je ne prendrai qu'un exemple, la Ville de Turin. Elle a, depuis trois ans, une démarche originale. Elle a confié à 12 artistes, dont BUREN - artiste français - le soin de créer en 12 lieux de la ville une illumination spécifique, ?uvre de chacun des artistes.
Le résultat est percutant, fascinant. Cela nous entraîne dans un imaginaire féerique. C'est une réussite absolue. Nous devons avoir d'autres ambitions pour notre ville.
L'année prochaine, lors des fêtes de fin d'année, devrait voir le retour du scintillement sur la Tour Eiffel, une fois la campagne de peinture terminée. Accompagnons ce retour par notre initiative. Les illuminations parisiennes doivent être plus créatives.
La création existe dans nos murs et elle a besoin d'être valorisée. Déterminons une trentaine de lieux qui représentent l'imaginaire et confions les à autant de nos amis. Laissons les grandes associations de commerçants continuer ce travail. Organisons une concertation avec eux.
Dans vos conversations, Monsieur le Maire, vous souhaitez que Paris devienne une ville en mouvement et non plus une ville musée. Paris a fait des efforts et nous vivons sur notre acquis. Il est donc nécessaire de réagir. Monsieur GIRARD, mettez-vous au travail !
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. LEGARET.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je souhaite intervenir au sujet d'une subvention qui concerne "les illuminations" de la rue Montorgueuil. Nous avons d'ailleurs adopté, d'un commun accord - mais M. LE GARREC le confirmera dans un instant - un v?u au Conseil d'arrondissement demandant que l'on applique à la partie de la subvention qui concerne le 1er arrondissement, la clause de la nation la plus favorisée, le taux de subventionnement étant nettement plus favorable dans le 2e que dans le 1er arrondissement. Il s'agissait de la même opération. Les deux morceaux de la rue Montorgueuil pour une fois, et nous nous en félicitons, faisaient l'objet d'une seule et même décoration.
Cette opération a été très remarquable et remarquée. Elle a d'ailleurs servi d'illustration pour le passage à l'euro sur la première page d'un grand quotidien national.
Cela mérite un encouragement de notre collectivité. Je souhaite que Mme COHEN SOLAL puisse tenir compte de ce v?u unanime des élus du 1er arrondissement, et qu'un effort significatif soit fait en faveur de cette subvention.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Ensemble pour Paris").
M. Eric FERRAND, adjoint président. - Merci, Monsieur LEGARET.
La parole est maintenant à M. LE GARREC.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Monsieur le Maire.
Je ne serai guère plus long que M. LEGARET. Effectivement il a eu un certain nombre peut-être de loupés en ce qui concerne ces demandes de subvention. En accord, nous l'avions voté ensemble au conseil d'arrondissement.
Je souhaite que l'association qui gère la partie du premier arrondissement, de la rue Montorgueuil, voit sa subvention justement récompensée. C'est un travail que je qualifierai, à mon avis, de remarqué en ce qui concerne les 1er et 2e arrondissements.
Sur ce point-là, j'assume notre vote en conseil d'arrondissement demandant que cette subvention soit revue. J'attends avec intérêt les réponses bien entendu de l'adjoint aux commerçants et à l'artisanat.
Je vous remercie.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci. Pour répondre la parole est à Mme COHEN-SOLAL.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voulais simplement rappeler à notre assemblée que cette année, pour l'attribution des subventions aux illuminations pour les associations de commerçants, nous avons essayé de mettre en place une procédure novatrice qui donnait aux maires d'arrondissement le soin de recevoir, d'instruire et de proposer à l'adjoint, dans une enveloppe déterminée à l'avance par nos services, l'attribution aux différentes associations de cet argent.
Globalement, je voudrais rappeler à M. POZZO DI BORGO que c'est plus de 5 millions de francs, 5.562000 F, disons 848.000 euros, qui seront distribués cette année pour les illuminations.
Cette procédure a été proposée aux maires d'arrondissement dès juillet. Elle a été rappelée ensuite aux adjoints et aux commerçants en novembre et décembre.
Je dois dire que certains arrondissements ont compris qu'il y avait une novation dans la procédure. D'autres ne l'ont pas compris à temps mais ce n'est pas grave.
Pour le 1er arrondissement, et aussi pour le 5e et sans doute le 15e, nous sommes en mesure de prévoir des procédures de rattrapage pour les associations qui auraient considérées avoir été mal dotées.
Je demande aux arrondissements de me faire passer leurs instructions là-dessus et nous verrons s'il est possible de trouver le moyen d'aider les associations de commerçants comme elles le méritent. Il est vrai qu'elles ont fait des efforts.
Nous sommes donc en train de travailler avec M. GIRARD, qui m'a chargée de vous rassurer dans ce domaine - il recevra d'ailleurs, je crois, l'artiste qui est chargé par Lyon de mettre en place de très belles illuminations, que nous avons tous admirées - et je pense qu'il est possible que, pour l'année prochaine, des propositions soient faites à notre Assemblée. Nous devons naturellement, là-dessus, faire des devis, parce que se sont vraiment des prix extrêmement élevés, mais il n'est pas question de décourager les initiatives des associations de commerçants, quand elles existent.
Une réponse à M. POZZO DI BORGO qui a posé une question tout à fait intéressante.
Il est vrai que lorsque j'ai pris en main ce dossier des illuminations de Noël, je me suis posé le problème de savoir si la Ville de Paris ne pourrait pas elle-même, sur certains lieux, prendre la responsabilité d'illuminer la ville, puisque, effectivement, nous sommes "Ville Lumière" (et j'espère que nous le resterons, Monsieur POZZO DI BORGO).
Je pense donc que nous devrons continuer à aider, là où c'est possible, l'animation de nos rues, le dynamisme des commerçants et sans doute aussi leurs initiatives, même si tous n'ont pas fait preuve d'une grande audace, je le reconnais. Mais je dois féliciter l'avenue Victor-Hugo qui, dans le 16e arrondissement, a pris des initiatives intéressantes. Pour le bicentenaire de Victor Hugo, cela s'imposait, mais certains commerçants font effectivement preuve d'une grande audace, alors que certains prestataires ne suivent pas, je le reconnais aussi, et en profitent quelquefois pour forcer sur les prix.
Par conséquent, nous devons être très attentifs à ce travail. Je pense prolonger cette procédure de déconcentration de l'instruction des dossiers vers les mairies d'arrondissement et pouvoir faire en sorte que la Mairie réponde, pour quelques sites, à ce titre de "Ville Lumière".
Je vous remercie, en tout cas, de bien vouloir voter ces subventions.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, "Les Verts" et du Mouvement des citoyens).
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci beaucoup.
Nous allons donc soumettre cette délibération à vos suffrages.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFAE 3.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DFAE 3).