Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2015 DICOM 21 - Conventions de parrainage "Paris Plages 2015". Vœu déposé par le GEP relatif au parrainage de "Paris Plages".

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2015


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DICOM 21 et le v?u n° 66. La parole est à Sandrine MÉES, pour cinq minutes. Sandrine MÉES que je ne vois pas? Pardon, je ne vous trouvais pas.

Mme Sandrine MÉES. - En tout cas, je vous vois. Le v?u rattaché à ce projet de délibération concerne la convention de parrainage de la Ville qui nous est proposée chaque année, se rapportant au choix des partenaires privés pour l?opération "Paris Plages". La 14e édition de "Paris Plages" a été, encore une fois, un succès important, emblématique des bienfaits d?une réappropriation de l?espace public par les habitants, comme nous avons pu vivre avec bonheur ce dimanche la même réappropriation de l?espace public à l?occasion de la Journée sans voiture. Nous ne reviendrons pas sur le fait qu?une fois encore, le Conseil de Paris soit amené à voter un projet de délibération a posteriori. Là où nous souhaitons nous arrêter, c?est sur le choix des partenariats, dont il est question dans ce projet de délibération. L?exposé des motifs indique que les partenariats sont fondés sur les valeurs et les principes attachés à l?esprit de ce qu?est "Paris Plages" : la recherche d?une ambiance de convivialité et de détente pour tous, et en particulier pour les Parisiens qui ne partent pas en vacances ; un temps de reconquête de l?espace public et la prise en compte de préoccupations environnementales. Si la phrase est belle, elle ne reflète pourtant pas la réalité.

(M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, remplace M. Jean-François MARTINS au fauteuil de la présidence).

Le partenaire principal, depuis le début de "Paris Plages", est la société "Lafarge", avec un apport en nature valorisé à plus de 130.000 euros. Cette même société, leader mondial des matériaux de construction, notamment du ciment, est le 65e plus gros émetteur de gaz à effet de serre au niveau de la planète, d?après le classement Greenpeace 2013. Pendant toute la durée de "Paris Plages", le 65e plus gros pollueur de la planète a pu avoir un espace de publicité de choix au c?ur de la ville qui accueillera la grande conférence climatique dans deux mois. Il est intéressant de savoir que les 90 premiers pollueurs de la planète représentent à eux seuls 63 % des émissions industrielles mondiales de CO2 et de méthane. De la parole aux actes, il peut y voir une marge, mais combien de temps faudra-t-il attendre, alors que la Ville en mars dernier s?est engagée à s?associer à la campagne internationale lancée par l'O.N.G. américaine "350.org" de désinvestissement dans les secteurs contribuant au changement climatique ? Entre paroles et actes, il faut que la Ville se mette en conformité avec ses engagements. C'est l'objet du v?u du groupe des élus écologistes et c'est l'objet de ce v?u que nous soumettons à notre Assemblée.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame MÉES. La parole pour répondre est à M. JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Pour "Paris Plages", dans le cadre d?un partenariat, "Lafarge" met gratuitement à disposition de la Ville le sable et contribue ainsi à la réussite de cette opération populaire. Le sable, qui provient de la Seine, est apporté par barge, mode de transport le moins impactant, excusez-moi ce terme un peu inapproprié. Il est bien sûr récupéré à la fin de "Paris Plages" et mis à disposition des parcs et jardins de la Ville pour fournir le sable des bacs à sable des squares parisiens, pour entretenir les allées cavalières des bois de Boulogne et de Vincennes, ou encore les centres équestres de Paris et de la Métropole. En aucun cas, le sable de "Paris Plages" n'est transformé, mais il est bien recyclé pour d'autres usages collectifs. Par ailleurs, je tiens à signaler à l'ensemble des élus que la Ville travaille à une charte éco-responsable que nous pourrons vous présenter bientôt. C'est d'ailleurs un v?u que nous avons voté à plusieurs reprises dans cet hémicycle. Grâce à cette charte, la Municipalité parisienne souhaite inciter les concepteurs et organisateurs d?événements à développer des pratiques plus respectueuses du public et de son environnement. D'ailleurs, il faudrait que nous conditionnions le financement de tous ces événements au respect de cette charte qui devra être contraignante et ambitieuse, l'objectif est enthousiasmant, il s'agit tous ensemble de chercher à produire sans détruire, de consommer sans consumer et de recycler sans rejeter. Nous souhaitons que l'éco-conception soit privilégiée dans le plus grand nombre possible de domaines : consommation énergétique, recours à des matériaux à moindre impact, tri ou encore valorisation des ressources. Bref, nous sommes tout à fait dans l'état d'esprit de votre v?u, j'émettrai donc au nom de l?Exécutif un avis favorable.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci beaucoup. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 66, avec un avis favorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est adopté. (2015, V. 306). Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DICOM 21. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2015, DICOM 21).