Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à l'ouverture d'établissements de jeux.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2015


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u n° 128 est relatif à l'ouverture d'établissements de jeux, et la parole est à Delphine BÜRKLI. Joueuse.

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Il y a quatre mois, le Conseil de Paris a adopté à l'unanimité un v?u demandant un débat sur l?ouverture d?établissements de jeux à Paris.

Depuis, nous avons appris par voie de presse - une fois n'est pas coutume - que le Ministre de l'Intérieur, à la suite du rapport du Préfet DUPORT, allait permettre d?ouvrir, en remplacement des anciens cercles de jeux, des clubs ayant le statut de sociétés commerciales placées sous la régulation directe de l'Etat, privant ainsi la Ville de Paris de tout droit de regard et par conséquent de tout débat en cette Assemblée sur ces structures qui sont en réalité des casinos tels qu'ils existaient avant la loi de 1987 et l'arrivée des machines à sous. Alors que les cercles de jeux parisiens ont été emportés dans la tourmente judiciaire depuis 2008 et que les liens entre les jeux d'argent et le crime organisé sont avérés - je vous renvoie au rapport d'Alain BAUER de 2008 -, il est incompréhensible que le Ministre de l'Intérieur introduise une telle faille de sécurité qui attirera le grand banditisme et la grande délinquance financière, financement du crime, blanchiment d?argent sale, prostitution, usure, stupéfiants, sans compter les risques accrus d?addiction qui pourraient toucher de nombreux Parisiens. Nous n'avons pas entendu jusqu'à présent la Maire de Paris s'indigner de cette décision unilatérale, sauf pour négocier avec le Gouvernement le régime fiscal de ces futurs établissements. Une dizaine de millions d'euros de recettes par an valent-ils de livrer Paris à la dépendance aux jeux et au risque criminel et de blanchiment d?argent sale dans le sillage des établissements de jeu ? Nous vous le redisons avec force, fermer ces cercles oui, ouvrir des casinos ou des avatars de casinos, non. Une nouvelle fois, nous vous demandons - j'associe Frédéric PÉCHENARD et Philippe GOUJON à cette demande, ainsi que l'ensemble du groupe les Républicains - de réaffirmer au Ministre de l'Intérieur l'hostilité de notre Conseil à l'implantation d'établissements de jeux dans la Capitale, de demander au Préfet de police et au Ministre de renforcer les contrôles de ces activités, et de nous indiquer quand aura lieu le débat en Conseil de Paris que vous devez organiser à la suite du v?u de mai dernier adopté à l'unanimité. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à M. Jean-Louis MISSIKA, sur la suppression des bars-P.M.U.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Madame BÜRKLI, j'avoue que j'ai été stupéfait, mais vraiment stupéfait à la lecture de votre v?u, parce que ce v?u peut se lire comme un manifeste en faveur des tripots clandestins à Paris. Je pense que MM. GOUJON et M. PÉCHENARD sont trop fins connaisseurs des questions de sécurité pour ignorer qu'interdire tout cercle de jeux dans une ville revient à créer les conditions de multiplication des cercles de jeux clandestins et revient à empêcher l'Etat d'exercer un contrôle et une régulation sur la circulation d'argent liquide générée par le jeu. Vous parlez d'introduire la Mafia à Paris. La proposition que vous faites est une proposition qui consiste à introduire la Mafia à Paris. Se prononcer contre l'implantation d?établissements de jeux dans la Capitale - tous les établissements de jeux, quels qu'ils soient -, c'est réclamer des cercles clandestins et c'est exactement ce que vous faites. C'est une chose d'être contre les casinos à Paris et la Maire de Paris a été très claire sur le sujet, c'en est une autre de refuser tout établissement de jeux, tout cercle de jeux dans la Capitale. Comme l'explique le rapport du Préfet DUPORT, la situation actuelle ne peut pas durer. La fermeture en 2014 de deux importants cercles de jeux, "Aviation Club de France" et "Cercle Cadet", a entraîné une réduction substantielle de l?offre de jeux de cercles dans Paris, créant une distorsion entre l'offre et la demande. La conséquence immédiate - la Préfecture de police le reconnaît - a été la recrudescence d'une offre illégale à Paris. Votre opposition à toute offre légale de jeux, à toute implantation d'établissements de jeux dans la Capitale ne ferait que renforcer cette tendance. Il ne s'agit absolument pas d'être en faveur des casinos, mais d'expérimenter une nouvelle catégorie d'établissements de jeux, sous forme de sociétés commerciales, sans machine à sous, dont la régulation dépendrait uniquement de l'Etat et dont l'accès serait limité aux seuls membres de clubs. Votre v?u, à mon sens, a un motif caché, peut-être d'aider un casino qui est situé à proximité de Paris, peut-être le souci qu'a votre groupe d?empêcher la Ville de Paris d'avoir accès à toute ressource financière supplémentaire. Je crois que ce secteur a besoin d'un contrôle fort, ce secteur a besoin d'une régulation, tout le contraire de ce que vous proposez. J?émets au nom de l?Exécutif un avis défavorable à votre v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Parfait, merci. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 128 avec un avis défavorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est rejeté.