Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2015 DLH 244 - Réalisation 40-44, rue Marx-Dormoy (18e) d'un programme de 44 logements sociaux (10 P.L.A.-I., 18 PLUS et 16 P.L.S.) par la S.I.E.M.P.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2015


 

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DLH 244 : réalisation au 40-44, rue Marx-Dormoy dans le 18e d?un programme de 44 logements sociaux par la S.I.E.M.P. Je donne la parole à M. Christian HONORÉ pour 5 minutes maximum.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire. J?interviens aujourd?hui pour m?élever contre la campagne de communication qui va être faite plus tard. Membre de la Commission d?attribution des logements sociaux de la Ville de Paris, le mode opératoire d?attribution des logements sociaux me laisse perplexe. Je conteste la réalité de l?anonymat qui n?est qu?un anonymat de façade. A plusieurs reprises, je l?ai dit en réunion de la commission. Si j?interviens aujourd?hui publiquement, c?est parce que je suis agacé par l?argument sans cesse avancé de l?anonymat, comme preuve inégalée d?un système vertueux incontestable. L?anonymat est nécessaire. Dire qu?on le fait est bien, mais le proclamer et ne pas le faire est le signe d?un réel cynisme. M. BROSSAT affirme dans la presse que j?accepte tout en commission, alors que je ne fais que donner mon avis sur les cinq candidats proposés. Je mets en cause ce qui se passe avant cette commission. Lorsqu?un tour de magie est bien élaboré, il peut y avoir tous les spectateurs que l?on veut, c?est toujours un tour de passe-passe. Il s?agit d?un anonymat de façade qui répond plus aux nécessités de la communication politique qu?à la réalité. En effet, les documents qui nous sont fournis comprennent des indications très précises : le numéro de dossier, son adresse exacte avec l?étage, la composition de la famille, le nombre des personnes qui occupent le logement, sa surface et le montant du loyer, son emploi et le nom de son employeur, le salaire perçu. Lorsque l?employeur est une personnalité très connue, un établissement ayant pignon sur rue, un bailleur ou un parti politique, cela tourne à la caricature. J?attire en outre votre attention sur un précis d?éthique. Votre adjoint au logement, élu du 18e arrondissement, préside la Commission d?attribution tous les vendredis matin. Tous les vendredis après-midi, il tient une permanence à la mairie du 18e arrondissement pour y accueillir des habitants qui, dans leur très grande majorité, sont demandeurs de logement. Ils communiquent leur numéro de dossier, leur adresse exacte, la composition de la famille, le nombre de personnes qui occupent le logement, sa surface, le montant du loyer, leur emploi et le nom de leur employeur, le salaire perçu. Je voulais vous parler de la communication. En outre, M. BROSSAT, sur les réseaux sociaux, nous indique qu?il accueille les nouveaux habitants des logements sociaux attribués, sans forcer le trait, il s?agit de la mise en place d?un dispositif bien organisé, d?un système qui peut poser question. Il s?agit d?un problème d?éthique qu?il convenait de souligner et que, pour ma part, je condamne. Voilà, mes chers collègues.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Je ne vois pas trop le rapport avec la choucroute, mais enfin bon ! La parole est à M. Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. J?avais prévu sobrement de parler de ce programme de 44 logements sociaux au 40-44, rue Marx-Dormoy. C?est d?ailleurs un programme dont nous sommes assez fiers avec la mairie du 18e arrondissement et avec Éric LEJOINDRE, précisément parce qu?il est exemplaire de ce que nous voulons faire, en l?occurrence de la sortie de l?insalubrité. Il s?agissait d?un immeuble détenu par un marchand de sommeil que nous avons transformé en logements sociaux. D?ailleurs le propriétaire de cet immeuble a été très justement condamné, car il s?était particulièrement mal comporté. Concernant l?intervention de M. HONORÉ, vous me permettez également de dire ici à quel point les objectifs de transparence sont pour nous essentiels. C?est la raison pour laquelle nous allons franchir une nouvelle étape en matière de transparence. A partir du 9 octobre prochain, la Commission de désignation de la Ville de Paris sera ouverte aux Parisiens qui souhaitent assister à nos commissions et ils pourront dès maintenant s?inscrire sur Internet pour pouvoir observer le fonctionnement de la Commission de désignation et ainsi attester du fait que la Commission de désignation se déroule en toute transparence. Un dernier mot sur la question de l?accueil des habitants. Effectivement, il est de tradition, lorsque nous livrons un nouvel immeuble de logements sociaux, de faire un pot avec les nouveaux habitants et j?ai l?occasion de le faire très régulièrement avec des maires d?arrondissement de l?opposition, notamment dans le 15e arrondissement. Je pense que c?est une bonne chose car cela nous permet aussi de dire aux locataires quels sont leurs droits et leurs devoirs lorsqu?ils entrent dans un immeuble de logements sociaux. Nous allons par conséquent continuer à le faire très régulièrement avec l?ensemble des maires d?arrondissement qui le souhaitent.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci beaucoup. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 244. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2015, DLH 244).