Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à l'organisation du service de propreté.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2015


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 101 relatif à l?organisation du service de propreté. Je donne la parole à Mme Edith GALLOIS, pour 2 minutes.

Mme Edith GALLOIS. - Merci, Monsieur le Maire. Encore un v?u que je réitère, je l?avais déjà déposé l?année dernière à cette période, après les vacances d?été, après les longues soirées, les grandes journées et après la possibilité de profiter des aires de pique-nique. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la cause était bonne et les effets toujours s?empirent. Je parle de ces aires de pique-nique ou de jeux ou de ces lieux publics qui sont souvent situés dans des environnements magnifiques, mais qui deviennent des endroits sales, des poubelles, des décharges, des moments de honte quand on s?y promène le matin et quand on se dit que les touristes eux aussi les voient. Paris n?est pas sale, a dit Mao PENINOU, mais salie. Paris n?est pas une ville sale mais une ville salie. Je vous propose donc par ce v?u de prendre des mesures extrêmement simples, pratiques pour faire en sorte que Paris ne soit plus une ville salie, que Paris ne soit plus une ville sale. Vous jouez sur les mots et nous allons donc plutôt aller sur le fond. L?année dernière, je vous demandais déjà que soient disposés des containers, quelque chose de très pratique, simple, et vous m?avez répondu qu?il y avait un renfort de corbeilles. Vous me disiez aussi que j?avais le droit d?estimer que ce dispositif était insuffisant. Eh bien, oui, je le dis aujourd?hui : ce dispositif est insuffisant et on en a chaque jour la preuve. Il faut maintenant une politique volontariste, organisée de propreté. Je propose donc la réorganisation du service de la propreté, une préoccupation d?ailleurs des agents eux-mêmes, et la diminution du taux d?absentéisme, signe d?un malaise social, la mise à disposition amplifiée et pas seulement de corbeilles mais de vrais containers où peuvent être disposés les sacs poubelles, et enfin que la Ville s?engage dans une décentralisation réelle dans les arrondissements de la politique de la propreté. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Madame GALLOIS. Pour vous répondre, la parole est à M. Mao PENINOU.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Eh oui, Madame GALLOIS, les années se suivent et vos v?ux se ressemblent ! Cela dit, exactement comme l?année dernière, je tiens à vous dire que, malgré le ton un peu polémique employé, je suis d?accord à la fois sur le fond du constat - je l?ai d?ailleurs dit à de nombreuses reprises - et grandement d?accord sur les solutions que vous proposez. Tellement d?accord que nous les avons mises en ?uvre. Je vous invite, et on pourra y aller ensemble, si vous voulez, très volontiers, sur le canal Saint-Martin par exemple, où vous pourrez constater qu?il y a des conteneurs installés et signalés en tant que tels depuis cet été, justement pour pouvoir remplir ce type d?office. Je suis tout à fait d?accord avec vous sur la nécessité d?une réforme du service de la propreté, elle est d?ailleurs engagée. Nous discutons aujourd?hui avec les organisations syndicales - et j?espère pouvoir vous présenter la conclusion de ces discussions avec les organisations syndicales d?ici la fin de l?année civile - qui comprend y compris des éléments de décentralisation, j?en suis tout à fait d?accord et je l?ai dit à plusieurs reprises aux maires d?arrondissement. Bref, au-delà de votre ton un peu polémique régulier sur la question, nous sommes assez d?accord sur le diagnostic, et je suis tout à fait d?accord sur les solutions, à tel point que nous les avons engagées soit mises en ?uvre, soit nous travaillons dessus. C?est pourquoi, comme je ne souhaite pas que nous polémiquions sur ce sujet mais qu?au contraire nous avancions ensemble, je vais donner un avis tout à fait favorable à votre v?u.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 101 avec un avis favorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est adopté. (2015, V. 318).