Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif aux tâches saisonnières de propreté de l'espace public.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2015


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 99 relatif aux tâches saisonnières de propreté de l?espace public. La parole est à M. Geoffroy BOULARD, pour 2 minutes de temps de parole.

M. Geoffroy BOULARD. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, la saleté de nos rue est régulièrement pointée du doigt par les Parisiens. Nous considérons que le personnel de propreté de la Ville de Paris doit se concentrer sur sa mission de base, à savoir : assurer la propreté et l?entretien des 2.400 kilomètres de trottoir et des 1.700 kilomètres de voies à Paris.

En effet, et c?est une remontée du terrain, le travail saisonnier de ramassage des feuilles, très consommateur en temps et en personnel, se fait au détriment desdites tâches de propreté habituelles de nettoyage des espaces publics. Or, il importe d?assurer les surcroîts de travail saisonniers à l?aide d?effectifs qui ne sont pas prélevés sur les tâches classiques. Avec Brigitte KUSTER et les élus du groupe les Républicains, nous demandons que soit étudiée l?opportunité de sous-traiter les tâches saisonnières ou exceptionnelles de propreté de l?espace public, telles que le ramassage des feuilles. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, et merci pour votre concision. Pour vous répondre, la parole est à M. Mao PENINOU.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Quelques éléments rapidement. D?une part, vous rappeler que les agents de la Propreté de Paris sont chargés de l?entretien de nos rues et de la collecte des ordures ménagères. A ne pas oublier, il y a toujours un service public de la collecte et nous comptons le maintenir. Mieux que cela d?ailleurs, la Maire de Paris, vous l?aurez sans doute noté, a annoncé lors des Etats généraux de l?économie circulaire, il y a quelques jours de cela, que nous allons aussi leur confier la collecte des biodéchets à titre expérimental dans les 2e et 12e arrondissements. Deuxièmement, je ne suis pas encore ingénieur de la propreté, même si cela fait maintenant un peu plus de deux ans que je me penche avec détail sur les techniques de nettoyage de nos rues, mais il n?est pas évident sur un trottoir de nettoyer les feuilles, et uniquement les feuilles, de laisser le reste et d?attendre que les agents passent pour nettoyer le reste. D?un point de vue technique, ce n?est pas évident ! Plus sérieusement, la circonscription fonctionnelle a justement pour but, au sein du service technique de la propreté de Paris, d?intervenir dans les situations d?urgence avec les moyens dédiés. D?ailleurs, je tiens encore une fois à les féliciter, notamment pour le travail exceptionnel qu?ils font lors d?occasions comme le marathon de Paris où, en à peine une heure, ils arrivent à dégager notamment les Champs-Elysées, des monceaux de détritus que laissent les coureurs. En ce qui concerne le nettoyage des feuilles mortes, c?est une mission qui exige beaucoup d?adaptations. On y travaille beaucoup, on essaie de développer de nouvelles techniques, notamment des techniques de mécanisation à travers le couple souffleuse et aspiratrice qui permet d?aller beaucoup plus vite. Nous travaillons aussi avec les agents aujourd?hui sur de nouveaux engins qui permettraient d?aspirer les feuilles encore plus rapidement que nous le faisons jusqu?à maintenant. C?est vrai, cela dit, que ma collègue, qui est juste à côté de moi et qui a l?intention de planter 20.000 arbres pendant la mandature, ne me facilite pas la tâche de ce point de vue, mais nous allons continuer à faire un bon travail sur ce sujet. En tout état de cause, pour conclure, encore une fois, comme sur des éléments de collecte, comme sur beaucoup d?autres, vous pensez que faire appel au privé est la meilleure solution pour nettoyer Paris. Nous sommes, nous, convaincus que c?est le service public qui doit relever les défis du XXIe siècle. Et c?est grâce à la qualité de ce service public que nous arriverons à faire la véritable révolution écologique qui est celle de la propreté de Paris.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 99 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est rejeté.