Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

95 - QOC 2000-44 Question de M. Jean-Marie LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur la résidence de travailleurs immigrés, 50, rue Clisson (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2000


Libellé de la question :
"Le foyer "Clisson", résidence de travailleurs immigrés, 50, rue Clisson (13e) a été inauguré et occupé en 1981. 212 résidants vivent dans ce foyer, la quasi-totalité en chambres individuelles, les cuisines et sanitaires étant collectifs.
Depuis son ouverture, ce foyer n'a pas connu, ou très peu, de travaux d'entretien et de maintenance. Aussi est-il aujourd'hui dans un piètre état d'habitabilité.
Dans les cuisines, les peintures des murs et plafonds, certaines au plomb, tombent par larges écailles, souvent dans les plats.
En outre, les plafonds des coursives, couloirs et dépendances sont revêtus de plaques d'isolation qui sont gorgées d'eau ou ont subi des infiltrations, les réduisant parfois à l'état de poussières.
Les chambres n'ont pas connu, en 18 ans, d'opération de propreté.
Les seuls travaux effectués concernent la réfection des douches collectives et se sont traduits par la création de lots de 3 placards exigus, dans lesquels on peut difficilement prendre place, sans bac au sol. Ce dernier, en pente, est pourvu d'une seule évacuation collectrice pour les 3 douches. Le local n'est pas conçu pour être un lieu d'hygiène.
Après ces quelques exemples, non exhaustifs, la question de M. LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés est la suivante : que compte faire M. le Maire de Paris pour résoudre ce problème de rénovation intérieure et extérieure des bâtiments et améliorer les conditions de logement des résidants de ce foyer relevant de la Ville de Paris ?"
Réponse (M. Michel BULTÉ, adjoint) :
"L'état du foyer Clisson a appelé l'attention des services compétents du Centre d'Action sociale qui, par tranche, effectuent depuis 1996 un certain nombre de travaux de rénovation de la structure ; ainsi :
en 1996 il a été procédé :
- à la pose de prises télévision dans les chambres + antenne ;
- à la réfection de faïence et paillasses en cuisines ;
- à la pose de carrelage sur les sols des circulations.
En 1997 :
- à la pose de carrelage sur le sol des circulations ;
- au remplacement de toutes les colonnes "gaz".
En 1998 :
- à la réfection de la ventilation mécanique contrôlée ;
- à la réfection des sanitaires collectifs.
En 1999 :
- au remplacement des réchauds ;
- au doublage des murs de la salle d'animation du sous-sol et à la pose de trappes de visite dans les cuisines.
Sont actuellement en cours, la réfection des deux ascenseurs et la remise en peinture des chambres. Ces travaux se sont élevés à un montant total de 5.406.940 F.
Pour 2000, la réfection des peintures des chambres sera poursuivie.
Enfin, le projet de réfection complète des cuisines est à l'étude. Le coût de cette opération est estimé à 3 millions de francs.
Parallèlement, le propriétaire a fait réaliser, en 1999, la réfection de l'étanchéité des terrasses, ce qui évitera pour l'avenir un certain nombre de dégradations des peintures.
Par ailleurs, plusieurs contrats de maintenance visant à renforcer l'entretien du foyer ont été conclus, en matière :
- d'entretien des installations de chauffage ;
- d'entretien de l'ascenseur ;
- d'entretien des extincteurs, blocs secours et alarme incendie ;
- d'entretien des filtres de hottes de cuisine ;
- de désinsectisation ;
- de nettoyage des locaux communs.
Le Service des travaux du CASVP n'a pas été saisi de signalements relatifs à la présence de peinture au plomb mais des analyses vont néanmoins être diligentées ; de façon générale, force est de constater que la dégradation de la peinture des cuisines est liée à une utilisation intensive de locaux."