Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2015 DU 72 - Z.A.C. "Porte de Vincennes" (12e et 20e) : dossier de réalisation - programme des équipements publics - contrat de concession - déclaration de projet emportant mise en compatibilité P.L.U. - permis de démolir. Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à une étude de couverture partielle du périphérique.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2015


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 72 et le v?u n° 131 qui y est rattaché. Il s?agit de la Z.A.C. "Porte de Vincennes". Et je vais donner la parole à Catherine BARATTI-ELBAZ, qui devrait se réjouir de parler si vite, puis à Valérie MONTANDON. Madame la Maire du 12e arrondissement, vous avez la parole.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, même si c?est le dernier projet de délibération de ce Conseil, peut-être, je voulais quand même en dire quelques mots, parce qu?il marque un tournant opérationnel de ce grand projet de renouvellement urbain au bénéfice des habitants du quartier de la Porte de Vincennes, 12e, mais aussi 20e. La désignation de la S.E.M.A.P.A. comme aménageur permet d?enclencher la réalisation de différents programmes, conformément au calendrier qui nous est présenté, dans le prolongement de ce qui a déjà été réalisé. Cette nouvelle phase d?envergure est attendue, car elle améliorera durablement le cadre de vie des habitants contre le sentiment de relégation qu?ils peuvent encore ressentir et qu?ils expriment parfois. Depuis plusieurs années, nous avons agi pour améliorer l?offre en équipements publics, que ce soit par la création d?une crèche ou la rénovation du groupe scolaire Lamoricière. En cohérence avec nos objectifs de faire disparaître cette coupure urbaine que peut encore représenter le boulevard périphérique, nous avons mené de nombreuses actions afin de réduire les nuisances sonores et protéger nos habitants. Nous avons, avec la R.I.V.P., réhabilité la résidence Elie Faure pour répondre aux objectifs du Plan Climat et revoir l?isolation acoustique de ses logements. Dès 2012, ce tronçon du périphérique a fait l?objet d?une expérimentation pour la pose d?enrobé phonique étendue ensuite dès l?été 2013. En janvier 2014, la réduction de la vitesse maximale autorisée a été abaissée à 70 kilomètres/heure et les habitants nous disent ressentir les effets bénéfiques de ces différentes actions. Loin de nier la coupure que cet ouvrage représente encore à cet endroit, nous réfléchissons à son intégration et à la maîtrise des nuisances générées à l?aune d?une réduction des déplacements en voiture à Paris. C?est d?ailleurs l?approche encouragée par la Commission d?enquête publique qui juge ces mesures déjà prises et à venir plus pertinentes et adaptées à la couverture du périphérique qui, je le rappelle, serait impossible techniquement à cet endroit. Je souhaite insister sur le fait que nous ne nions pas le boulevard périphérique. Au contraire, nous l?avons replacé comme élément central de la réflexion ayant conduit au programme d?aménagement proposé par Paul CHEMETOV et approuvé lors des phases de concertation. En réduisant ce projet urbain à la question de la couverture du boulevard périphérique, la droite parisienne témoigne une fois de plus d?une vision archaïque de la ville ayant renoncé à lutter contre le trafic routier du boulevard périphérique pourtant si polluant pour l?air et source de tant de nuisances sonores. En s?opposant à cette nouvelle phase du G.P.R.U., je note que les élus de droite s?opposent à la création de nouveaux jardins, nouveaux équipements publics, nouveaux itinéraires piétons et cyclistes, pourtant récemment encore plébiscités par les Parisiens à l?occasion du budget participatif. Ils s?opposent aussi au rééquilibrage est-ouest des locaux d?activité. Comptez sur nous pour le faire savoir auprès des habitants du 12e arrondissement.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Mme Valérie MONTANDON a la parole.

Mme Valérie MONTANDON. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, je suis nostalgique de l?époque où le groupe Communiste et le groupe des Verts défendaient à nos côtés et dénonçaient avec quasiment les mêmes mots les lacunes de ce projet de G.P.R.U. Porte de Vincennes. En effet, je me souviens à quel point M. NAJDOVSKI défendait plus d?équipements sportifs et vous aussi, Monsieur BONNET-OULALDJ, un centre de santé, un terrain sportif à ciel ouvert. Aujourd?hui, je n?entends plus rien et c?est bien dommage. Toutefois, nous, nous sommes constants. Nous sommes constants parce que nous continuons à penser qu?il manque des équipements sportifs dans ce G.P.R.U. Nous continuons à penser que la concertation n?a pas été appliquée. Certes, il y a eu de nombreuses réunions, je n?en démens pas. Mais rien n?a été retenu. Du moins, très peu de choses ont été retenues au niveau de la concertation et des attentes des habitants. Je voulais même reprendre une phrase de M. NAJDOVSKI qui disait : "Sur le G.P.R.U. Porte de Vincennes, on a tendance à oublier les habitants". En effet, vous n?avez qu?à lire, Madame la Maire, les registres déposés en votre mairie et en celle du 20e arrondissement pour voir le nombre de commentaires des habitants qui sont très déçus que leurs projets ou du moins que leurs propositions n?aient pas été retenues. L?une des principales, c?est bien sûr la couverture du périphérique. C?est un rendez-vous manqué. Si on doit bien retenir quelque chose du G.P.R.U. Porte de Vincennes, c?est le rendez-vous manqué de la couverture du périphérique. S?il vous plaît, arrêtez de dire que l?immeuble-pont est une couverture partielle. C?est une avancée, mais ce n?est pas une couverture partielle du périphérique. Encore cet après-midi, nous avons débattu du plan bruit et il a bien été spécifié par plusieurs intervenants que la couverture du périphérique était la seule solution vraiment pérenne pour limiter la pollution visuelle, mais aussi, bien sûr, la pollution sonore due au périphérique. De même, lorsque vous parlez de continuité urbaine, non, la véritable continuité urbaine aurait été la couverture du périphérique et pas simplement une passerelle. Je suis assez étonnée quand je lis en profondeur le projet de délibération. Je m?aperçois qu?en réalité, le cabinet d?architecture "Urbanistes Associés Chemetov" n?a pas réellement réalisé d?étude de faisabilité et de coûts. Ma question est : qui réellement a fait une étude de faisabilité et de coûts ? A la lecture, je me rends compte que ce sont les services de la Ville, mais qu?il n?y a pas eu forcément, apparemment, d?études indépendantes. C?est pour cela que je reviens vers vous en vous demandant, à travers ce v?u, une étude de la couverture partielle du périphérique parce qu?apparemment, à part les services de la Ville, il n?y en a pas eu d?autres. De toute façon, comme les aménagements faits dans ce P.P.R.U., c?est-à-dire ce petit projet de rénovation urbain, ne sont pas suffisants, les études que vous aurez éventuellement à mener nous serviront toujours pour la suite, nous l?espérons. Enfin, je profite aussi de ce projet de délibération pour vous demander ce qu?est devenu le projet de la crèche dans le 20e arrondissement. Dans le projet initial, il y avait, en effet, mentionné un projet de crèche. J?avais cru comprendre qu?il était conditionné en raison des analyses de la qualité de l?air dans son environnement. Je vous demande donc, si c?est le cas, que ces analyses nous soient communiquées. Je pense qu?elles seront très intéressantes pour mieux comprendre l?environnement du périphérique, une demande des riverains qui demandaient cette couverture du périphérique. Enfin, non, Madame la Maire, nous ne nous opposons pas aux jardins ou aux différents projets, nous voulons absolument dénoncer votre manque d?envergure et le manque de projets réalistes qu?on aurait pu espérer pour un tel projet de rénovation urbaine. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Pour vous répondre, Jacques BAUDRIER.

M. Jacques BAUDRIER. - Je remercie Catherine BARATTI-ELBAZ pour son intervention et aussi Valérie MONTANDON de me donner l?occasion de détailler toute l?ambition de ce projet, a contrario de vos affirmations. Il faut bien sûr rappeler que le cahier des charges de l?étude urbaine réalisée par Paul CHEMETOV qui a permis d?aboutir au projet que nous approuvons aujourd?hui vient justement d?une concertation très aboutie sur des premières études urbaine menées de 2002 à 2006 qui ont démontré justement - il y a eu de très nombreuses réunions publiques, il m?est arrivé d?y participer - très largement qu?une couverture totale du périphérique sur l?ensemble de la Porte de Vincennes était complètement impossible. Cela équivalait, du fait des nivellements, à créer une boîte avec un mur de 6 mètres au-dessus du périphérique. C?était complètement impossible en termes techniques et urbains. Je ne parle même pas, d?ailleurs, de questions financières. Là n?est pas la question. L?étude urbaine, le cahier des charges précisait bien que ne pouvaient être envisagées techniquement de façon réaliste que des couvertures partielles au droit de l?avenue Courteline et de la rue de Lagny. Le projet urbain qui nous est proposé aujourd?hui et tous les chiffres des investissements, de recettes, de dépenses de la Ville de Paris sont bien précisés et montrent bien qu?il s?agit d?un investissement net de la Ville de Paris de 40 millions d?euros, donc très important pour ces quartiers populaires, centré en particulier sur tous les aménagements d?espaces verts, la création de très nombreux équipements publics. Je crois que qu?au vu de l?espace disponible, il n?est pas possible d?en créer plus tout simplement, au-delà de la bibliothèque Lagny-Davout que nous approuvons et pour laquelle personne ne s?est inscrit dans le cadre du G.P.R.U. Porte de Montreuil, un centre des cultures urbaines de 1.100 mètres carrés, un gymnase et la requalification de trois espaces verts. A l?échelle des équipements publics du quartier, c?est un gain énorme. Je tiens à réaffirmer qu?il y a une couverture partielle du périphérique au droit de l?avenue Courteline avec un gymnase d?un investissement de 14 millions d'euros qui est bien détaillé dans le projet de délibération. Ensuite, vous posez la question : il y a une autre couverture partielle qui aurait pu être envisagée et dont, d'ailleurs, le coût a été annoncé à de nombreuses reprises dans des réunions publiques. Ce sont 5.000 mètres carrés. C?est à peu près 5.000 euros le mètre carré le coût de la couverture. Cela a été étudié par les services de la Ville, mais comme toutes les couvertures du périphérique, c'est de l'ordre de 25 millions d'euros de coût. C'est un chiffre complètement public, mais qui, à l'échelle de l?investissement de la Ville de 40 millions d?euros, pourra être utilisé ultérieurement. Pour l'instant, il n'est pas acté. On peut considérer tout de même que 40 millions d'euros à l'échelle du projet est un investissement très important, dont je me félicite. Ensuite, il faut rappeler qu'il y a beaucoup d'investissements des bailleurs de requalification des logements. Pour répondre plus précisément à certaines de vos questions, Madame MONTANDON, pour ce qui est de la crèche, c'est une crèche associative qui fait partie des plusieurs milliers de mètres carrés de services qui sont détaillés. Mais, comme ce n'est pas une crèche municipale, qui n?intervient pas au titre du programme des équipements publics, c'est pour cela que ce n'est pas mentionné in extenso dans le projet de délibération. Mais elle est bien toujours présente. Pour ce qui est des études sur la qualité de l'air, une étude de 82 pages a été d'autant plus publique qu?elle a été disponible en mairie du 12e arrondissement et en mairie du 20e arrondissement durant toute l'enquête publique du 20 octobre au 21 novembre 2014, donc à disposition de tous les habitants. Bien sûr, nous pourrons vous la retransmettre. C?est un document qui est totalement public et qui démontre que les niveaux des polluants analysés permettent tout à fait la réalisation d'une crèche, a priori, et sont très inférieurs au niveau 1. Je ne vous détaillerai pas tous les chiffres des microgrammes contenus dans ces 82 pages, mais tout cela est totalement public et avéré, et nous permet d?envisager la réalisation d'une crèche pour la satisfaction de tous les besoins exprimés au cours de la concertation.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Une explication de vote sur le v?u n° 131 de Nicolas BONNET-OULADJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Monsieur le Maire. Madame MONTANDON, chère Valérie, puisque nous sommes tous les deux voisins et que nous connaissons bien ce quartier de la porte de Vincennes, je voudrais vous rappeler à la mémoire, comme vous l'avez fait dans cet hémicycle, ce qu'était le cours de Vincennes avant que la gauche n?arrive au pouvoir dans cet arrondissement. C'était un quartier complètement tourné vers le périphérique, complètement dédié à l?automobile, avec des stations essence, avec l'absence totale de services publics. Depuis que nous sommes au pouvoir, que s?est-il passé sur le cours de Vincennes ? L'arrivée du tramway, la création de la crèche Montera, la création de la crèche Bonheur des Ours, la réalisation du réfectoire et la rénovation de l'école Lamoricière, et nous continuerons avec d'autres services publics et la création d'un gymnase. Permettez-moi de vous dire que tous les propos que vous avez tenus, sont complètement déplacés.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - J'en conclus qu'il votera contre votre v?u. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 131 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est repoussé. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 72. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2015, DU 72).