Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - QOC 2000-14 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris concernant le relogement de l'Orchestre de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2000


Libellé de la question :
"M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris s'il entend porter à la connaissance du Conseil d'administration de l'Orchestre de Paris l'étude réalisée par la Ville relative à la construction d'une salle de concerts susceptible d'accueillir l'orchestre parisien.
A cette occasion, il souligne la situation précaire de l'Orchestre de Paris actuellement locataire de la salle Pleyel et dont les propriétaires ne souhaitent pas renouveler le bail à son expiration en 2001. Cette échéance empêche l'établissement d'une programmation cohérente. Il est temps que la Ville de Paris recherche une solution de nature à assurer le relogement définitif de cet orchestre - plusieurs lieux sont fréquemment évoqués : le Théâtre du Châtelet, la Gaîté lyrique, la Cité de la musique - seule décision capable d'envisager sa pérennité."
Réponse (Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint) :
"L'Orchestre de Paris est logé, par convention en date du 1er septembre 1996, au Centre artistique de Paris (C.A.P.) salle Pleyel ; ce contrat est applicable jusqu'au 31 juillet 2002. Dans le cadre de cet accord, l'orchestre effectue un minimum de 45 et un maximum de 55 concerts ou répétitions par an dans la grande salle Pleyel.
La convention initiale prévoyait la possibilité de modification de ses clauses à condition que les deux parties en soient d'accord. L'Orchestre de Paris ayant indiqué qu'il ne souhaitait pas renégocier les termes de cette convention en cours de contrat, le C.A.P. salle Pleyel a fait savoir de son côté, qu'il ne souhaitait pas renouveler la convention au-delà de son terme initial.
A cette convention se rapportant aux concerts, s'ajoute un bail de location de 376 mètres carrés de bureaux situés à la même adresse. L'expiration de ce bail est fixée au 31 décembre 2002.
Sauf accord d'ici là, l'Orchestre de Paris devrait donc bien quitter la salle Pleyel sise au 252, rue du Faubourg Saint-Honoré en 2002 (et non pas fin 2001 comme l'indique M. SARRE), à la fin de sa saison 2001-2002, pour la partie concert et à la fin de l'année 2002 pour les bureaux.
Il faut rappeler également que l'Orchestre de Paris est financé à 60 % par l'État et à 40 % par la Ville de Paris. Toute décision par rapport au relogement de l'Orchestre de Paris ne pourra se faire qu'en concertation avec l'Etat voire sur sa proposition.
M. SARRE évoque par ailleurs, le projet, prévu dans le premier schéma de la Cité de la Musique, d'une salle de concert supplémentaire à La Villette.
En raison des remous provoqués à la suite du rachat de la Salle Pleyel par une entité privée, l'État avait demandé à M. LARQUIÉ, aujourd'hui président de la Cité de la Musique, un rapport sur la construction d'une nouvelle salle de concert à Paris. Celui-ci avait conclu à cette nécessité. A notre connaissance, si l'État, par la voix de la Ministre de la Culture, a bien indiqué son soutien aux conclusions de ce rapport, ni la décision de sa localisation définitive ni le financement n'ont été arrêtés.
Pour sa part, la Ville de Paris conteste cette conclusion estimant que la salle Pleyel, la salle Gaveau, les auditoriums de la Maison de la Radio et le Théâtre des Champs-Élysées constituent un parc immobilier tout à fait apte à satisfaire la vie symphonique parisienne et qu'il ne convient pas à l'heure actuelle d'accroître l'offre de spectacle vivant de ce domaine sous peine notamment de déséquilibrer la fragile (et très assistée) économie de ce secteur.
Si toutefois l'État prenait une décision favorable à la création de cet équipement nouveau à Paris, on serait en droit de s'interroger sur sa localisation d'une part et son financement d'autre part. La Ville, pour des raisons de commodités d'accès à l'ensemble des franciliens et d'économie d'échelle considérable préconiserait la réalisation de l'équipement sur le site de la Gaité-Lyrique. Une première étude de faisabilité ayant permis d'estimer les coûts d'une telle réhabilitation à des montants très largements inférieurs à ceux estimés pour la création d'un bâtiment ex-nihilo.
S'agissant de la mise en résidence de l'Orchestre de Paris au Châtelet, ce projet n'est plus à l'ordre du jour, comme le sait d'ailleurs M. SARRE (cette question ayant été longuement évoquée au cours de plusieurs conseils d'administration de l'Orchestre de Paris) compte tenu des changements intervenus dans ces deux institutions. Une convention vient d'ailleurs d'être signée entre les deux associations fixant les règles de leur nouvelle collaboration.
En tout état de cause, la création d'une nouvelle salle de concerts que ce soit dans un bâtiment nouveau ou réhabilité, ne sera pas réalisée pour le mois de juin 2002. La question de l'accueil de l'Orchestre de Paris reste donc entière. Les services municipaux sont donc en relation constante tant avec l'administration de l'Orchestre qu'avec le Ministère de la Culture en vue de dégager une solution pour l'Orchestre de Paris d'ici cette date, son maintien dans les lieux à Pleyel n'étant d'ailleurs pas totalement exclu."