Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

105 - QOC 2000-23 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national à M. le Préfet de police relative aux mesures prises pour réprimer le trafic de médicaments autour de l'église Saint-Leu (1er)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police quelles sont les mesures prises pour réprimer le trafic de médicaments autour de l'église Saint-Leu, rue Saint-Denis (1er)."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Plusieurs facteurs contribuent à faire des abords de l'église Saint-Leu, implantée au croisement des rues Saint-Denis, de la Grande-Truanderie, du Cygne et du boulevard de Sébastopol, un point de rencontre et de fixation d'une population marginale regroupant notamment des toxicomanes.
Outre la vocation naturelle de cette église pour l'accueil des personnes démunies, plusieurs structures ou organismes leur offrant différents services, dont l'accès aux soins médicaux pour les toxicomanes, oeuvrent effectivement dans ce quartier.
Dans un tel contexte, l'action des services locaux de police urbaine de proximité s'articule sur deux niveaux bien définis.
Tout d'abord une collaboration étroite est développée avec les responsables des associations et organismes considérés, pour une meilleure gestion de l'incidence de leurs activités sur le sentiment d'insécurité éprouvé par les riverains.
Ainsi et bien qu'aucun trafic de médicaments n'ait effectivement été constaté sur place, ni par les effectifs de la police urbaine de proximité, ni par ceux de la police judiciaire, un nouveau lieu d'implantation du bus "aides", présent sur le site les mercredis après-midi, est-il d'ores et déjà recherché afin de limiter la présence statique, sur le site considéré, des toxicomanes auxquels cette association apporte traditionnellement assistance.
Cette collaboration confiée, au niveau du commissariat central du 1er arrondissement, à la mission de prévention et de communication, concerne également les riverains qui peuvent avoir accès à toutes informations relatives aux actions conduites par la police urbaine de proximité, lors de permanences organisées dans ce commissariat.
Ce travail partenarial se double, bien entendu, d'un engagement constant sur le terrain de la part, notamment, de la brigade des îlotiers, du groupe de surveillance de voie publique mais aussi de l'unité de recherche, d'investigation et d'anti-délinquance.
L'activité de cette dernière unité, qui est l'une des antennes du service de l'accueil, de la recherche et de l'investigation judiciaire de l'arrondissement, s'est d'ailleurs traduite pour la période comprise entre le 1er novembre 1999 et le 14 janvier 2000 par l'interpellation, pour infraction à la législation des stupéfiants, de 107 personnes, dont 28 ont été déférées au parquet du Tribunal de grande instance de Paris.
J'ajouterai que depuis le 3 novembre dernier, trois fonctionnaires sont venus rejoindre les effectifs mobilisés sur le site. Ils ont pour mission d'assurer du lundi au samedi, de 12 à 20 heures, la surveillance des abords immédiats de l'église Saint-Leu.
Cette action conduite depuis plusieurs mois dans cette partie du 1er arrondissement se poursuivra dans le respect du travail de prévention de la toxicomanie mené par les associations, dans un souci, également, de préservation de l'ordre public et avec la volonté, de la part des services de police, de répondre aux légitimes aspirations de tranquillité et de sécurité des riverains."