Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

98 - QOC 2000-47 Question de M. Serge BLISKO et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Préfet de police et à M. le Maire de Paris à propos de l'aménagement de la rue de l'Amiral-Mouchez (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2000


Libellé de la question :
"La circulation automobile est importante dans cette rue. Elle engendre un bruit que de nombreux riverains ne supportent plus.
Il apparaît que la mise en sens unique de la rue Henri-Becque accentue l'engorgement de la rue de l'Amiral-Mouchez.
M. le Maire de Paris ne pense-t-il pas qu'il serait judicieux de rétablir la circulation à double sens dans la rue Henri-Becque ?"
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La mise à sens unique de circulation de la rue Henri-Becque, de la rue Boussingault vers et jusqu'à la rue de l'Amiral Mouchez, est entrée en vigueur le 24 septembre 1991, dans le cadre du projet de réaménagement du carrefour formé par les rues Brillat-Savarin, Wurtz, Boussingault et Henri-Becque, inscrit au programme de sécurité des écoles pour l'année 1991.
Actuellement, le rétablissement d'un double sens de circulation dans la rue Henri-Becque ne me paraît pas opportun dans la mesure où la mise en oeuvre de cette mesure aurait une répercussion très limitée sur la fluidité du trafic qui s'écoule rue de l'Amiral Mouchez et risquerait de créer, des difficultés de circulation sur d'autres points du secteur.
En effet, l'écoulement du trafic de la rue Henri-Becque, sur le carrefour formé par les rues Boussingault, Wurtz et Brillat-Savarin, serait de nature à créer des perturbations sur cette intersection.
Cette situation ne manquerait pas de dégrader les conditions de sécurité des élèves de l'établissement scolaire situé 96, rue Brillat-Savarin qui transitent en nombre par l'intersection précitée, la rendant dangereuse.
Enfin, la mise à double sens de circulation de la rue Henri-Becque nécessiterait la suppression d'une file de stationnement dans cette voie, ce qui ne me paraît pas souhaitable dans ce quartier dépourvu de parcs de stationnement."
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
"La rue de l'Amiral-Mouchez est une voie circulée à sens unique du Sud vers le Nord.
Sa chaussée offre une largeur de 12,50 mètres jusqu'à la rue Henri-Becque. Au-delà de cette rue sa largeur passe à 7,20 mètres sur une soixantaine de mètres, pour aboutir à 9,40 mètres au droit du carrefour avec l'avenue Reille et la rue Boussingault.
Afin de conserver la capacité optimale de cette voie dans la section où sa chaussée est rétrécie, le stationnement est interdit sur la rive impaire, disposition qui permet de disposer de deux files de circulation et donc d'absorber le volume de circulation.
Force est de constater que cette interdiction de stationnement est loin d'être respectée. Cette situation ne permet dès lors d'offrir qu'une seule file de circulation à l'origine des nuisances signalées.
Le meilleur écoulement possible du flux de circulation dans cette partie de la rue de l'Amiral-Mouchez réside donc bien dans le strict respect de la réglementation, ce qui relève de la compétence du Préfet de police, dont l'attention a été appelée sur cette affaire, et non du sens de circulation de la rue Henri-Becque.
Il convient aussi de signaler que la mise à double sens de la rue Henri-Becque conduirait à la suppression de 18 places de stationnement dans un secteur résidentiel et rendrait caducs les aménagements de sécurité réalisés en 1991 sur l'ensemble du carrefour Boussingault, Brillat-Savarin, Wurtz et Henri-Becque.
Par ailleurs, il est précisé que l'équipement en signalisation lumineuse tricolore de ce carrefour est prévu au budget 2000."