Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - QOC 2000-10 Question de M. Georges SARRE, Mme Soizik MOREAU et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris au sujet du théâtre de la Gaîté Lyrique et de l'opération "Planète magique"

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2000


Libellé de la question :
"M. Georges SARRE, Mme Soizik MOREAU et les membres du groupe du Mouvement des citoyens attirent l'attention de M. le Maire de Paris sur le Théâtre de la Gaîté lyrique, laissé à l'abandon depuis près de 20 ans.
Ils souhaiteraient tout d'abord disposer d'un bilan précis de l'opération "Planète magique", lancée en 1987, et connaître les raisons qui ont conduit à l'échec de ce projet.
M. Georges SARRE, Mme Soizik MOREAU et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris combien de temps la "Planète magique" a été accessible au public et quelles incidences cette opération et la fermeture du théâtre ont eu sur les finances de la Ville de Paris (exécution de la garantie d'emprunts, frais de gardiennage, d'entretien, etc.).
Ils souhaiteraient également savoir à quelle date la Ville de Paris a apporté sa garantie d'emprunt pour cette opération. En 1996, une association de préfiguration a été créée et "chargée de préparer un rapport présentant l'organisation et le fonctionnement des différentes activités qui pourraient être offertes aux Parisiens" dans ce théâtre, mais aussi d'organiser dans ce but des consultations. Cette association a bénéficié pour cette mission de subventions municipales (498.000 F en 1996 et 1997).
M. Georges SARRE, Mme Soizik MOREAU et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent donc que leur soient communiqués les travaux de cette association.
Par la suite, en mars 1999, M. le Maire de Paris a proposé de faire de ce théâtre une salle de concerts symphoniques de 2.000 places, dans le cadre du Contrat de plan 2000-2006, pour un coût de près de 200 millions de francs, sans pour autant préciser l'effort financier que la Ville consentirait pour ce projet.
M. Georges SARRE, Mme Soizik MOREAU et les membres du groupe du Mouvement des citoyens s'interrogent sur la faisabilité de l'aménagement d'une salle de concerts de 2.000 places dans ce théâtre qui, initialement, en comptait près de 1.000 avant les restructurations internes effectuées dans le cadre de l'opération "Planète magique". Ils souhaitent donc disposer, en plus d'un descriptif de l'état actuel du théâtre, des documents d'étude, des éléments techniques et financiers leur permettant d'apprécier la faisabilité et l'intérêt de ce dernier projet. Ils attendent que ce théâtre redevienne un lieu de culture vivant, sur la base d'un projet réaliste, qui permette d'accueillir notamment des équipes de jeunes créateurs de spectacles dans des domaines diversifiés (théâtre, art lyrique, musique et chant, par exemple)."
Réponse (Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint) :
"Depuis 1995, le Maire de Paris n'a eu de cesse de trouver une solution pour rendre la Gaîté Lyrique aux Parisiens.
Vous avez cité l'opération "Planète Magique" qui remonte aux années quatre-vingt. Les partenaires de ce projet n'ont pas véritablement répondu à notre attente. Ces faits sont connus et le Conseil de Paris a pu en délibérer, notamment pour l'engagement supporté par la Ville, dans sa séance de juillet 1991, au compte-rendu de laquelle je vous renvoie.
Pour autant, la Ville a hérité aujourd'hui d'un bâtiment qui a été totalement réhabilité par la Société d'Exploitation de la Gaîté Lyrique. La charpente métallique et les structures lourdes ont été remises en état et bénéficient aujourd'hui d'une garantie trentenaire. Les parties classées ont été restaurées, dont le salon Eugénie. La cage de scène a été préservée. Le second ?uvre a bénéficié d'une remise aux normes de sécurité et les réseaux électriques, incendie, sécurité, ainsi que l'ensemble des appareillages conçus en 1987, peuvent parfaitement être réutilisés.
La Ville a effectivement pris le temps et les moyens d'étudier un nouveau projet pour la Gaîté Lyrique avec deux soucis qui ne nous ont pas quittés : être économe de l'argent des contribuables et trouver à la Gaîté Lyrique une utilisation qui renoue avec sa vocation culturelle d'origine. Par l'entremise de l'association de préfiguration que vous avez évoquée, différents projets privés ont été soumis à la Ville. Nombre d'entre eux sont dignes d'intérêt, certains n'ont pas semblé réunir les conditions de viabilité suffisantes, d'autres sont encore à l'étude.
Parallèlement, le Maire de Paris a été sensible au v?u de certains professionnels de la musique de voir se réaliser une nouvelle salle symphonique à Paris et il a proposé, à l'Etat et à la Région, d'envisager d'affecter à ce projet le bâtiment de la Gaîté Lyrique.
Les études qui ont été conduites par la direction du Patrimoine et de l'Architecture ont depuis confirmé que cette solution demeure parfaitement réalisable et que son coût, estimé à 275 millions de francs, serait au moins de deux fois inférieur à celui de la construction d'une nouvelle salle.
Contrairement, en effet, à ce qu'affirme l'auteur de la question, la Gaîté Lyrique a été conçue dès son origine pour l'accueil de 1800 spectateurs et elle pourrait parfaitement, après aménagement, atteindre une capacité de 2.100 spectateurs avec, en outre, des espaces de répétition, des foyers, des loges et des bureaux tout à fait comparables aux salles internationales de même catégorie.
Elle bénéficierait, en outre, de sa situation dans un quartier central et populaire, et ses spectateurs trouveraient à proximité des lieux de restauration et de commerce.
Si le Ministère de la Culture et de la Communication, à qui cette étude a été transmise, n'a jamais répondu officiellement, la Région a manifesté son intention d'inscrire la réhabilitation de la Gaîté Lyrique au prochain contrat de plan. Comme le Maire de Paris le déclarait dès le mois d'avril 1999, il s'agit donc là, je le redis, d'une proposition à la fois sérieuse et réaliste, économe des deniers publics, et qui est la seule aujourd'hui à s'appuyer sur une étude technique et financière dont le Maire sera heureux de vous transmettre une copie, en espérant que vous saurez relayer son action en faveur de la renaissance de la Gaîté Lyrique."