Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

115 - QOC 99-2023 Question du Conseil du 11e arrondissement à M. le Maire de Paris relative à la gestion des équipements du 11e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2000


Libellé de la question :
"Quand et dans quelles conditions le Conseil de Paris entend-il transférer au Conseil du 11e arrondissement la totalité des moyens matériels, financiers et humains nécessaires à la gestion des équipements dont il a la charge ? Particulièrement moyens informatiques pour la gestion des propositions de mandatement, crédits correspondant aux dépenses sur contrat pour l'entretien des matériels, affectation des personnels auprès du Maire du 11e arrondissement."
Réponse (M. Jean-François LEGARET, adjoint) :
"Pour répondre à la question posée par le conseil du 11e arrondissement, il convient de rappeler que les personnels chargés de l'état spécial à la Mairie disposent de postes informatiques récents pour la gestion des propositions de mandatements nécessaires aux dépenses d'entretien des matériels des équipements inscrits à l'inventaire. Ce système leur permet de suivre avec efficacité la gestion de l'ensemble des mandatements relevant de leur état spécial.
Je précise qu'il n'est pas envisagé, dans l'immédiat, de mettre en place un nouveau dispositif informatisé en raison de la nécessité de procéder à court terme à une refonte des systèmes comptables en vigueur.
S'agissant par ailleurs des crédits correspondants aux dépenses sur contrat pour l'entretien des matériels, je rappelle qu'une réponse a déjà été apportée à cette question lors de la séance du Conseil de Paris de septembre 1999.
Enfin, en ce qui concerne l'affectation des personnels auprès du maire du 11e arrondissement, je souligne que la Mairie de Paris a toujours pris les dispositions nécessaires pour que l'affectation quantitative des personnels administratifs chargés de la gestion des équipements de proximité soit conforme à la satisfaction des attentes des Parisiens, dans le souci de préserver, en toute circonstance, la qualité du service rendu à l'usager. J'ajoute, pour mémoire, que le nombre de collaborateurs de cabinet accordés par la Ville aux maires d'arrondissement est très nettement supérieur aux obligations de la loi P.M.L."