Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif aux campements dans le 18e.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2015


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du v?u n° 127 relatif aux campements dans le 18e. La parole est à M. HONORÉ.

M. Christian HONORÉ. - Madame la Maire, nous vous demandons de prendre les mesures énergiques nécessaires pour l'évacuation des campements dans le 18e arrondissement, de mener des actions d'accompagnement pour les personnes les plus fragiles et d'assurer la sécurité des habitants. Malgré de nombreuses déclarations apaisantes des pouvoirs publics, ces campements réapparaissent après leurs évaluations successives. Les actions des pouvoirs publics n'ont donc que des résultats éphémères. Les habitants ont le sentiment de ne pas être entendus. Ils réclament très légitimement de vivre dans le calme et la tranquillité, et attendent des pouvoirs publics des solutions pérennes à la présence de ces campements. Il se trouve qu'aujourd'hui, dans "Le Parisien", un article reflète bien mes propos, une riveraine dit : " nous vivons un véritable calvaire ". Et malgré les lettres successives aux pouvoirs publics, une autre déclare : " nous ne recevons que des réponses évasives des autorités ". Cela devient inacceptable ! Les habitants du 18e arrondissement qui habitent auprès de ces campements vivent un véritable calvaire tel que je vous l'ai dit. Je vous demande donc, Madame la Maire et Monsieur le Préfet, de prendre des mesures nécessaires pour que des solutions pérennes soient trouvées afin qu?il n'y ait plus de campements de Roms dans le 18e arrondissement. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - La parole est successivement à Mme VERSINI pour vous répondre, et à la représentante du Préfet de police.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Madame la Maire. Monsieur le Conseiller de Paris, Christian HONORÉ, lorsque vous parlez de réponses évasives, je suis un peu surprise, car depuis le mois de juin de cette année, ce sont plus de 4.000 personnes présentes sur des campements à Paris qui ont pu bénéficier de propositions d'hébergement ainsi que d'un suivi social et administratif de la part des services de l'État dans le 18e arrondissement, dans le 13e arrondissement, dans le 19e arrondissement, et plus récemment place de la République. Nous avons également mis à l'abri de nombreuses personnes vulnérables - femmes enceintes, mineurs isolés étrangers - que nous avons nous-mêmes hébergées dans les centres d'hébergement de la Ville conformément à nos missions. Parmi ces personnes mises à l'abri, bon nombre sont issues de campements présents dans le 18e arrondissement, boulevard de la Chapelle, rue Pajol, esplanade d?Eole, jardin partagé le bois Dormoy, square Jessaint, ou même des campements habités par des personnes d'origine dite "Roms" de la porte de Saint-Ouen ou plus récemment porte de la Chapelle. S'agissant du seul campement encore présent dans le 18e arrondissement, porte des Poissonniers, les échanges avancent beaucoup avec les services de l'État, la mairie du 18e arrondissement, les associations partenaires, la S.N.C.F. qui est propriétaire du terrain, afin qu?une mise à l'abri puisse être organisée dans les meilleurs délais. Quand vous dites qu'il s'agit de prendre des mesures énergiques, je ne comprends pas ce que cela signifie exactement. Les chiffres cités parlent d'eux-mêmes, plus de 4.000 personnes prises en charge dans des conditions de respect et de dignité et orientées vers un hébergement qui leur permet de voir examiner leur situation, cela me paraît une mesure énergique constructive. Et nous continuons à travailler avec nos services et l'État, ainsi que les associations à l'élaboration de solutions d'hébergement et de suivi adaptées. C'est pourquoi je donnerai un avis vraiment défavorable à votre v?u, qui ne me paraît pas correspondre à la réalité de la situation.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame VERSINI. Madame CHARBONNEAU, vous avez la parole.

Mme LA REPRÉSENTANTE DU PRÉFET DE POLICE. - La situation des campements fait l?objet à Paris d?un suivi extrêmement fin et régulier des pouvoirs publics, que ce soient ceux de la Préfecture de police ou de la Ville de Paris, dans un souci d'étroite coopération avec les maires d'arrondissement et avec l'aide d'associations.

Cette action déterminée est conduite afin de prendre en considération les légitimes doléances des riverains que nous ne méconnaissons pas - ils n?hésitent pas à solliciter les commissariats d?arrondissement pour faire état de leur ire -, tout en respectant également les droits des personnes, souvent en situation de grande précarité, donc installées sur la voie publique et qui nécessitent un accompagnement social. Toute évacuation doit d?ailleurs faire l?objet, conformément à la circulaire du 26 août 2012, d?un diagnostic social et nous nous attachons à la respecter scrupuleusement. En 2015, pour ce qui concerne le 18e arrondissement, qui vous intéresse, Monsieur le Conseiller, 8 opérations d?évacuation ont été réalisées, dont 3 sur arrêté préfectoral, les 5 autres ayant été faites en exécution d?une décision de justice d?ordonnance d?évacuation. Pour chacune d?entre elles, comme je le disais, nous avons veillé à appliquer la circulaire du 26 août, en réalisant un diagnostic social. Sur l?ensemble de ces opérations réalisées en 2015, ce sont 731 personnes qui ont fait l?objet d?une proposition de mise à l?abri. Ce bilan ne tient naturellement pas compte de toutes les opérations qui sont réalisées dans le délai de la flagrance, à savoir moins de 48 heures après la constatation de l?installation du campement pour lequel nous réagissons avec énergie. La dernière opération qui s?est réalisée a eu lieu le 19 novembre dernier - elle se situait au niveau de la porte de la Chapelle, Mme VERSINI l?a rappelé - et, à ce jour, il reste un campement significatif, qui, je ne l?ignore pas, pose un énorme problème. Il est situé sur l?ancienne emprise de la Petite Ceinture porte des Poissonniers. Nous avons réalisé un diagnostic social qui a conduit à la constatation de problèmes sanitaires. On a notamment eu des suspicions de cas de tuberculose chez certains des occupants qui nécessitent une action de l?A.R.S. qui est réalisée cette semaine même. L?opération, à l?heure où je vous parle, est en cours. Elle devrait s?achever à la fin de la semaine, ce qui permettra de déterminer les modalités de prise en charge de ces personnes particulièrement vulnérables. Dès lors, nous avons engagé un travail avec la Préfecture de région pour dégager quelques places d?hébergement pour pouvoir mettre à l?abri les personnes vulnérables, avec pour objectif de réaliser l?opération d?évacuation au tout début de l?année 2016.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, beaucoup. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 127 avec un avis défavorable de l?Exécutif. Le maire du 18e, Monsieur LEJOINDRE ?

M. Éric LEJOINDRE, maire du 18e arrondissement. - Un mot rapide au titre de maire d?arrondissement sur un sujet qui concerne le 18e, pour remercier Mme la Représentante du Préfet de police de tous ces éléments très précis qui permettent d?objectiver les choses et rappeler que c?est un sujet sur lequel il faut toujours parler avec beaucoup de retenue. Ce sont des sujets compliqués et, c?est pour saluer la bonne coopération et le travail en bonne intelligence que nous faisons, la mairie d?arrondissement, la Ville de Paris et la Préfecture pour gérer au cas par cas ces situations extrêmement compliquées. Puis un dernier mot pour saluer la résilience et la compréhension des habitants du 18e qui, y compris autour du campement de la Petite Ceinture, font preuve de beaucoup de retenue, de beaucoup de compréhension, qui ont des positions, avec bien sûr le souhait que le campement puisse être évacué dans de bonnes conditions, mais ils sont aussi très compréhensifs malgré ces difficultés. Je veux aussi saluer les habitants du 18e qui, depuis le début de l?année, ont fait face à de nombreux campements avec beaucoup de calme, beaucoup de retenue, beaucoup de solidarité aussi, mais bien sûr la volonté, et c?est bien normal et nous la partageons, que ces campements ne demeurent pas trop longtemps sur l?espace public.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup pour ces éclaircissements, Monsieur le Maire. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 127 avec un avis défavorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est rejeté. Je vous remercie.