Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à un soutien à l'économie collaborative et de partage.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2015


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u n° 174, relatif à un soutien à l'économie collaborative de partage. La parole est à M. Yann WEHRLING.

M. Yann WEHRLING. - Monsieur le Maire, par ce v?u nous souhaitons introduire là aussi un débat émergent, dans la société, au sein de notre Assemblée, qui est cette économie naissante mais extrêmement florissante aujourd'hui qu'est l'économie collaborative et de partage. Pourquoi l'introduire dans notre Assemblée ? Parce que cette économie revêt un caractère d'intérêt général, en réalité intéressant pour notre collectivité. En effet, à bien y regarder, sur plusieurs aspects et sur notamment l'aspect environnemental, elle contribue indéniablement aux efforts environnementaux que notre collectivité souhaite développer. Je ne citerai que quelques exemples. Je passe, et le v?u le dit, sur un autre débat sur une partie de l'économie collaborative, qui est sa nécessaire contribution à l'effort de contribution sociale auquel est soumis le reste de l'économie. Tout cela est un débat qui n?est pas de notre ressort mais qui est un vrai sujet. Mais néanmoins, par ailleurs, l'économie collaborative, quand elle s'occupe de revendre des objets de seconde main, quand elle s'occupe de partager des véhicules entre particuliers, quand elle fait l'objet de solutions tout à fait extraordinaires de location de matériel électroménager entre particuliers, ou même quand certaines sociétés, comme "Seb", mettent en location plutôt qu?en vente des produits que nous pouvons, les uns et les autres, avoir dans nos placards mais que nous n?utilisons que très peu de fois, tout ceci participe évidemment d'un concept qui est de l'économie circulaire, qui va dans le bon sens et qui, globalement, doit nous inviter à être dans le mouvement et dans l?accompagnement de cette démarche. Trois idées dans ce v?u. La première, c?est que nous nous prononcions en faveur du développement de l'économie collaborative et de partage. Deuxième idée, c?est que nous en estimions précisément à l'échelle de la Ville l'impact environnemental à l'aide d'une étude, par exemple que l?on pourrait faire sur ce volet-là, et puis que la Ville de Paris prenne l'initiative, avec les acteurs de ce domaine, de faire une concertation, un débat et une conférence sur ce sujet et qu'il en sorte un plan d'action, de développement et de promotion de l'économie collaborative et de partage à l'échelle de notre Ville, de la Métropole, voire de la Région.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Monsieur WEHRLING. Antoinette GUHL, pour vous répondre.

Mme Antoinette GUHL, adjointe. - Monsieur le Maire, chers collègues, cher Yann WEHRLING, je suis à nouveau ravie de votre intervention puisque nous partageons grand nombre de vos propos sur l'économie collaborative. C'est effectivement l?un des piliers majeurs du déploiement de l'économie circulaire aux côtés de la trajectoire zéro déchet, dont, d'ailleurs, elle en est un outil. Mais c'est aussi un pilier majeur pour l?écoconception ou encore pour le réemploi, vous l'avez dit. En plus de cela, nous savons quel est un outil puissant, à la fois de lien social, d'innovation et d'attractivité. L'économie collaborative, c?est une économie qui est plus horizontale que verticale, qui s'appuie plus sur l'usage que la propriété, qui favorise le partage et la coopération. Elle intègre tout aussi bien les modes de vie collaboratifs, comme l'habitat participatif, le co-working, mais aussi la consommation collaborative comme les A.M.A.P., le covoiturage, comme la finance collaborative et participative, dont les monnaies complémentaires qui ont été à l'ordre du jour de ce Conseil, ou encore le "crowdfunding", mais elle l?est également pour la production contributive, comme les fab?lab, les "makerspace" ou les "Incroyables Comestibles" qui consistent à rendre la ville comestible. Vous l'avez dit, l'économie collaborative peut s'inscrire dans la continuité d'un système capitaliste, avec les exemples d?Uber et Airbnb, et avoir des externalités très négatives dont nous pourrions également parler, mais je crois que cela n'était pas l'objet de votre propos puisqu?il était plus environnemental. A Paris, nous souhaitons une économie collaborative qui soit engagée, qui soit au service des humains et qui soit au service de l'environnement avec un fort impact social. Cette économie est déjà en route. Bien avant de faire de l'économie circulaire et de parler d'économie circulaire, Paris a fait de l'économie collaborative quasiment sans le savoir. Je vous prends quelques exemples : Vélib' et Autolib', dont les effets sur la réduction d?émission des gaz à effet de serre, appartiennent à cette économie d'usage, à cette économie du partage et donc, à l'économie collaborative. En cette période de COP 21, nous pouvons souligner ces deux actions. J'en donnerai d'autres, comme les ressourceries ou encore l'habitat participatif. Tout cela pour vous dire - et vous l'aurez compris - que je donne un avis tout à fait favorable à l'adoption de ce v?u.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame GUHL. C?est donc avec un avis favorable de l'Exécutif que je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 174. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est adopté à l'unanimité. (2015, V. 409). Merci à vous.