Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2015 DVD 224 - Signature d’une convention de financement des études et travaux pour la création d’abris vélos sécurisés Véligo dans les Gares de Paris Montparnasse et Paris Saint Lazare. Vœu déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants relatif à la mise en place d'ateliers de réparation de vélos. Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à l'ouverture d'une station Véligo. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2015


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DVD 224 et les v?ux référencés nos 89, 90 et 90 bis qui y sont rattachés, relatif à une convention de financement des études et travaux pour la création d'abris vélos sécurisés Véligo dans les gares de Paris Montparnasse et Paris Saint-Lazare. Madame BÜRKLI, vous avez la parole.

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire. Je crois que nous partageons tous ici la volonté d'encourager les modes de transport non polluants et en particulier la pratique du vélo. Pour l'encourager, il faut travailler sur les trajets à travers des aménagements cyclables, mais aussi développer l'offre de stationnement. Dans les immeubles parisiens, l'espace est très contraint, la pratique du vélo se heurte à la difficulté de stationner son vélo en toute sécurité. Sur l'espace public, il y a malheureusement toujours la crainte des incivilités et dégradations, d'où la demande de beaucoup de Parisiens de disposer de stationnement sécurisé, c'est un objectif que nous partageons dans le programme vélo 2015-2020, notamment dans le plan d?amélioration de la partie cyclable dans le 9e arrondissement de Paris. Dans ce cadre, les abris vélos Véligo permettent de développer une offre de stationnement sécurisé, mais aussi de favoriser l'intermodalité, c'est-à-dire les déplacements à vélo pour ceux qui viennent travailler à Paris. Je me réjouis de la signature de cette convention de financement pour la création de Véligo à proximité de la gare Saint-Lazare. Je souhaiterais qu'une étude soit réalisée identique pour une implantation aux abords de la station Auber. Elle me semble plus que justifiée avec 6,3 millions de voyageurs par an par le RER A, dans un quartier aussi de bureaux, même s?il y a quelques riverains. Au c?ur du premier pôle commercial européen, favoriser l'intermodalité à partir de la station Auber me paraît particulièrement pertinent, donc je propose de donner un avis favorable à l'étude de cette création, qui pourrait être financée le cas échéant en association avec la nouvelle présidence de région à travers le STIF, la SNCF et la RATP. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Madame BÜRKLI. La parole est à M. GOUJON.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Merci Monsieur le Maire.

La proposition que j'avais faite ici même l'an dernier d'équiper la gare Montparnasse d'une consigne à vélos sécurisée a été retenue par la S.N.C.F. Le stationnement sécurisé des vélos est indispensable pour favoriser l'intermodalité. Cependant, la consigne Véligo de la gare Montparnasse, destinée aux personnes qui ont un vélo, avec ses seulement 60 places, est manifestement sous-dimensionnée pour un pôle aussi stratégique accueillant plus de 100.000 voyageurs par jour, connecté aux métros, trains grandes lignes et régionaux qui ne disposent d?ailleurs que de 150 arceaux alentour déjà bien sûr saturés. A titre de comparaison, les gares de Lille Flandres et Toulouse Matabiau, beaucoup moins fréquentées, comptent respectivement 600 et 678 places de stationnement vélo. On nous a indiqué qu?un garage de 2.800 places devrait être aménagé dans le passage souterrain de l?avenue du Maine, cela signifie-t-il que vous fermerez complètement le souterrain ? Première question. Par ailleurs nous regrettons, qu'il s'agisse de la consigne Véligo ou de votre projet de parking en souterrain du Maine, que ces infrastructures de stationnement de vélos soient très éloignées des voies. Si je me réfère au rapport de Fabienne KELLER sur la nouvelle gare, il préconise des abords immédiats des voies, moins de 70 mètres précise-t-on, comme cela existe d?ailleurs en Angleterre où les stationnements vélos sécurisés sont situés dans le hall de la gare face aux guichets, permettant de renforcer leur sécurisation par une présence humaine à proximité de surcroît. Il serait opportun que la Mairie étudie la faisabilité d'une implantation dans l'enceinte même de la gare et non aux seuls abords, et se hâte de les réaliser, car on voit mal comment, alors que 11 mois d'études sont prévus par la présente convention, ce qui nous mène à fin 2016 avant les travaux, on réalisera alors les 20.000 places de stationnement sécurisées d'ici 2020, votées dans le plan vélo. Vous avez par ailleurs demandé d?implanter des stationnements vélos sécurisés aux abords des stations du RER C, les réaliserez-vous, et dans quel délai ? Je profite que l'on évoque le 15e avec la gare Montparnasse pour demander, Monsieur NAJDOVSKI, où en est le Plan vélo dans le 15e puisque nous avions proposé un réseau cyclable structurant le long de la Seine, de Bir Hakeim à Issy-les-Moulineaux, ainsi que rue Lecourbe, rue de Sèvres et rue Balard, l?aménagement cyclable de rues secondaires, de la rue Cauchy à la rue Castagnary, et du boulevard Lefèbvre au boulevard Montparnasse ; la sécurisation de certaines places comme la place Cambronne, ou de carrefours comme la traversée de la rue de la Croix-Nivert en direction de la place Henri Queuille. Certaines de ces demandes rejoignent d?ailleurs celles des Parisiens exprimées dans le cadre du budget participatif, notamment la nécessité de colorer des bandes cyclables sur le trottoir, de créer une trame verte et d?aménager la place Cambronne et ses abords. Pouvez-vous nous indiquer si ces travaux débuteront et quand dans le 15e ? Si les infrastructures sont importantes, le cadre législatif, mes chers collègues, l?est tout autant. J?en profite pour dénoncer ce que je ne peux pas qualifier autrement qu'un double langage du Gouvernement, qui se vante, à la tribune de la COP 21, de proposer une indemnité kilométrique à 25 centimes permettant une incitation bienvenue à l?usage du vélo de 385 euros par an, et qui exactement dans le même temps, fait adopter en catimini dans le cadre du projet de loi de finances rectificative à l'Assemblée nationale, un amendement que je qualifierais de "scélérat", qui rabote complètement les effets de cette indemnité kilométrique vélo, en la plafonnant au même niveau, exactement au même niveau, mes chers collègues, que les frais de carburant et en la rendant facultative de surcroît. Et ce, tout en tentant, pour faire bonne mesure, de supprimer l?incitation aux flottes vélos d?entreprises. Voilà ce qu?il s'est passé, mes chers collègues, à l'Assemblée nationale la semaine dernière. C'est la raison pour laquelle le v?u des "Verts" qui demandaient d'instituer de façon déplafonnée cette indemnité kilométrique vélo doit absolument être adopté avant le vote du projet de loi de finances rectificative, et j?en fais la proposition, si vous avez une influence, les uns et les autres sur le groupe socialiste de l?Assemblée nationale et sur le Gouvernement, tant que l'indemnité kilométrique vélo incitative, que j'avais d'ailleurs introduite dans la loi, avec notre collègue Denis BAUPIN et également le député Alexis BACHELAY, produit encore ses effets, car ensuite la rétroactivité de la mesure gouvernementale la privera de son caractère incitatif, produisant le contentieux juridique qui avait été dénoncé en séance. C'est vraiment le moyen le plus efficace d'atteindre les 15 % de part modale du vélo, soit son triplement à l'horizon 2020, comme vous en fixez vous-même l?objectif dans votre Plan vélo.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON. La parole est à M. Buon Huong TAN.

M. Buon Huong TAN. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, notre ville mène depuis un moment une politique ambitieuse pour développer la pratique du vélo, mode de transport économique non polluant, et de surcroît bon pour la santé, de plus en plus sollicité par les Parisiens. C'est un objectif fort auquel notre groupe souscrit pleinement. Pour y arriver, la Ville a mis en place de nombreux outils, cela a été le cas à la création de Vélib', mais également les 700 kilomètres de pistes cyclables et les Parisiens répondent présents, puisque aujourd'hui 3 % des dépassements intra-muros, et 8 % des déplacements domicile-travail se font à vélo. Bien qu?encore modeste, ces chiffres ont quand même triplé en 10 ans. La mise en place de parkings sécurisés publics est un outil supplémentaire permettant à chacun de sécuriser son vélo particulier, trop souvent vulnérable au vol. Mais le développement de l?usage du vélo en ville repose également sur l'offre des réparations apportée aux usagers. Les cyclistes sont vulnérables lors de leurs déplacements, et ils le sont d'autant plus si leur matériel est en mauvais état ou mal entretenu. Les contrôles techniques pour les vélos n'existent pas encore et pourtant, nos deux-roues sont parfois mis à rude épreuve. Des contrôles tels que la vérification des serrages, l'état des pneus, des freins, le fonctionnement des équipements obligatoires tels que les feux avant et arrière sont essentiels. Quelques ateliers de contrôle existent aujourd'hui, mais la qualité et la variété des services proposés sont disparates et aucune information centralisée n?existe. Aussi, il est nécessaire d'accompagner les cyclistes. De bonnes expériences existent, je pense par exemple à l'action qui est menée depuis quelques années dans le 13e, qui permet à chacun d'apporter son vélo pour le réparer gratuitement, l?échanger, le vendre ou l'offrir. C'est une expérience qui pourrait être généralisée à tous les arrondissements de Paris. Et pour permettre à chacun de circuler en sécurité, le groupe R.G.C.I souhaite que la Ville puisse travailler à répertorier toute l'offre existante en la matière, et ensuite, rendre facilement accessibles ces informations sur la liste des ateliers de réparation. Ceci dans un double objectif : Informer les Parisiens sur les lieux existants pour faire réviser et réparer leurs deux-roues, et ?uvrer au développement équilibré sur le territoire des ateliers de réparation en étudiant les besoins de chaque arrondissement. Ces ateliers pourraient par ailleurs être couplés avec des parkings pour vélo, où l'on pourrait y déposer son deux-roues en allant au travail le matin et le récupérer le soir, révisé. Le développement de l'usage de la bicyclette pose également la question de savoir quant à l'entretien et aux réparations nécessaires. C'est pourquoi, nous souhaitons aussi que la Ville étudie la possibilité de labelliser des ateliers d?autoréparation, tels que les deux ateliers "vélorution" qui existent déjà à Paris. Cela permettra non seulement de rouler en toute sécurité, mais également de minimiser le prix de réparation des vélos et de recréer des espaces de partage dans notre ville. Ces mesures contribueront également à convaincre celles et ceux que la mécanique rebutent à se mettre au vélo. Pour ces raisons, je vous invite, mes chers collègues, à voter ce v?u. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur TAN. La parole est à Mme KONÉ.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci, Monsieur le Maire. Monsieur le Maire, chers collègues, cette année notre ville a connu plusieurs pics de pollution. En effet, les Parisiens sont aujourd'hui les Franciliens les plus touchés par la pollution de l'air. Pour réduire durablement la pollution, dans une ville telle que Paris, une politique cohérente en termes d'offres de transport en commun, de déplacements doux et d'aménagements de voirie est nécessaire et c'est bien le travail qui est entrepris. Depuis le début de la mandature, nous avons adopté au Conseil de Paris plusieurs programmes ambitieux portés par Christophe NAJDOVSKI : le Plan de lutte contre la pollution de l'air de la Ville, une convention entre la Ville et le Syndicat des transports d?Ile-de-France pour les études du prolongement du T3, dont le bilan annuel a été communiqué à ce Conseil, ou encore le Plan vélo. Ces programmes visent à réduire la circulation automobile et à promouvoir les déplacements doux pour améliorer la qualité de l'air et notre qualité de vie. Concernant le Plan vélo, nous l'avons adopté au Conseil d'avril 2015. Il est doté d'un budget de 150 millions d'euros, pour nous permettre de doubler les itinéraires cyclables d'ici 2020 et faire passer de 5 à 15 % la part du vélo dans les déplacements. Les voies cyclables passeront ainsi de 700 à 1.400 kilomètres. Le vélo est le mode de déplacement urbain qui a la meilleure efficacité énergétique. Le développement massif des déplacements à vélo est un instrument puissant pour améliorer la qualité de l'air. Mais le vélo étant un mode de déplacement de proximité, son développement passera par la mise en place d'aménagement garantissant sécurité et accessibilité. Clef de voûte de la mobilité durable, l'intermodalité, notamment entre le vélo et les transports en commun, doit être favorisée. Le service "véligo", dont le développement est partie prenante du Plan vélo, répond en ce sens aux besoins des usagers. Expérimentées dès 2012, des consignes "véligo" sont actuellement en service dans 21 gares franciliennes, la première du genre installée dans Paris, est installée au sein de la nouvelle gare Rosa-Parks dans le 19e arrondissement, qui est en service depuis le week-end dernier. Pour un abonnement annuel, entre 10 et 30 euros, les Franciliens détenteurs d?un "pass navigo" pourront laisser leur vélo pour la journée dans un espace de stationnement sécurisé et prendre le train, l'esprit plus serein. Nous nous réjouissons donc de la participation de notre Ville à l'installation prochaine de deux nouvelles stations "véligo" aux abords de la gare de Paris-Montparnasse et Paris-Saint-Lazare. Par ailleurs, pour inciter les Parisiens à utiliser leur propre bicyclette, 10.000 nouvelles places de stationnement sur l'espace public sont prévues d'ici 2020. Nous espérons donc que la Ville continuera à installer de nouveaux parkings sécurisés "véligo", ou d'autres accessibles à tous, dans les gares, aux stations RER et tramway dans Paris. Merci.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Madame KONÉ. Je suis sûr que M. NAJDOVSKI a des choses très intéressantes à vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Je voudrais remercier l'ensemble des orateurs qui sont intervenus sur ce projet de délibération et qui montrent l'attachement de notre Assemblée à la question du développement de la pratique du vélo et, en particulier, sur la question du stationnement sécurisé des vélos, et je suis très heureux aussi de présenter ce projet de délibération de convention de financement des études pour créer ces abris vélo sécurisés "véligo", dans deux gares parisiennes Paris-Montparnasse et Paris-Saint-Lazare. Notre collègue Fatoumata KONÉ a rappelé que la gare Rosa-Parks est la première gare parisienne qui est dotée de ce type de consignes à vélos sécurisées et d'autres gares vont venir. On a également des projets sur la gare de l'Est notamment et dans les autres gares S.N.CF. parisiennes. Ce projet de délibération s?inscrit dans le développement du stationnement sécurisé à Paris, et dans le cadre notamment du Plan vélo, pour limiter le vol de vélos qui représente aujourd'hui l?un des premiers freins à la pratique à Paris. La consigne "véligo" est un système destiné aux utilisateurs du "pass Navigo" avec pour objectif de favoriser l'intermodalité, le rabattement à vélo vers les gares. C?est un dispositif sur lequel nous travaillons désormais avec la S.N.C.F., et notamment gares et connexions, pour développer dans chacune des gares parisiennes ce type d'infrastructure. Pour compléter ce dispositif, la Ville de Paris travaille aussi à la réalisation de vélos stations, plus grandes, et accessibles notamment hors abonnement Navigo. C'est la raison pour laquelle, avec mon collègue Jean-Louis MISSIKA, nous travaillons notamment sur le souterrain de l'avenue du Maine, dans le cadre de l'atelier Montparnasse, avec une vélo station d'un potentiel de 2.800 places pour ce qui est de la gare Montparnasse avec une connexion, Monsieur GOUJON, relativement facile et aisée avec la gare. Nous avons également un autre projet, sur la gare de Lyon, avec l'un des deux souterrains Van Gogh, sur lequel nous avons un potentiel 1.800 places. Là aussi, nous avons des potentiels extrêmement intéressants et directement connectés à la gare elle aussi. Nous étudions aussi la possibilité d?installer dans Paris, ce que l'on appelle des "vélos boxes" sur l'espace public, par exemple sur l'emprise de places de stationnement, de manière à proposer un service de consignes de proximité qui peut accueillir jusqu?à une dizaine de vélos, à l?abri, dans un boxe sécurisé. Enfin, nous poursuivons le déploiement des arceaux vélos dans Paris, avec l?objectif réaffirmé de 10.000 arceaux sur la mandature en fonction des besoins identifiés par, notamment, les sections territoriales de voirie et un travail conjoint avec les mairies d'arrondissement. Il faut aussi mentionner l?adaptation des copropriétés privées. Je vous rappelle la subvention que nous avons votée à l'occasion du Plan antipollution qui permet aux copropriétés de bénéficier d'une subvention pour l?installation d?un local vélo sécurisé, qui peut aller jusqu'à 50 % du montant total des équipements. Enfin, il faut rappeler que dans le cadre du débat actuel sur l?indemnité kilométrique vélo, nous avons voté pas plus tard qu'hier une provision de 100.000 euros dans le cadre du budget primitif 2016 afin de mettre en place cette indemnité kilométrique vélo pour les agents de la Ville de Paris. Nous travaillons sur cette question, notamment avec mon collègue Emmanuel GRÉGOIRE et Célia BLAUEL mais aussi avec Julien BARGETON pour éventuellement provisionner encore davantage s?il le faudra, en cours d'année, ce montant. Cela montre bien à quel point nous utilisons tous les leviers qui sont à notre disposition pour développer de manière très volontariste la pratique du vélo à Paris. Je dirai quelques mots rapides sur la question des v?ux qui ont été déposés, pour répondre au v?u de Mme BÜRKLI, relatif à une consigne "véligo" aux abords immédiats de la station Auber, pour vous dire que l'installation de consignes "véligo" près des grands attracteurs de transport que sont les gares R.E.R., R.A.T.P. est aussi pertinente et qu?elle peut donc être étendue à d'autres gares ou stations. C'est la raison pour laquelle nous vous proposons, à travers un v?u de l?Exécutif, d'élargir le périmètre à tout Paris et de mener une étude à l'échelle de l'ensemble de la Capitale sans se limiter simplement au secteur du 9e arrondissement. Je vous remercie pour autant d'avoir proposé cette question. Il y aura des questions à regarder pour ce qui est de la station Auber, notamment en termes d'insertion dans l'espace public puisqu'on est quand même sur un site proche de l'Opéra et sur lequel, évidemment, l'architecte des Bâtiments de France aura son mot à dire. Je réagis également au v?u des élus du groupe Radical de Gauche et pour dire à M. TAN que nous accueillons favorablement son v?u avec un amendement qui précise que nous pouvons favoriser les ateliers de réparation mais aussi d'autoréparation associatifs. Sous réserve de l'adoption de cette mention, je vous propose donc de pouvoir adopter votre v?u. En quelques mots, pour vous dire que ce projet de délibération est extrêmement important et que, je l'espère, il pourra être voté à l'unanimité par notre Assemblée. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI. Je vais donc soumettre à vos suffrages le v?u n° 89 du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants. Je suppose que M. TAN est d'accord avec les amendements.

M. Buon Huong TAN. - Oui, tout à fait, c'était l'esprit.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci beaucoup, Monsieur TAN.

Je mets aux voix, à main levée, le voeu n° 89 ainsi amendé.

Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le voeu amendé est adopté. (2015, V. 377). En réponse au v?u n° 90, l?Exécutif a déposé le v?u n° 90 bis. Est-ce que le groupe les Républicains maintient le v?u n° 90 ? Madame BÜRKLI ? Non. Je vous remercie. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 90 bis de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est adopté. (2015, V. 378). Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 224. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2015, DVD 224). Je vous remercie.