Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à la circulation des usagers du métro Château-Rouge.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2015


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Le v?u n° 100 est relatif à la circulation des usagers du métro Château-Rouge. La parole est à M. HONORÉ pour 2 minutes.

M. Christian HONORÉ. - Mes chers collègues, il s?agit des travaux qui ont eu lieu à la station de métro Château-Rouge. Pour ce faire, il y a ce que l?on appelle une baraque de chantier. J?ai été alerté par des riverains, je suis allé sur place. Cet aménagement est très volumineux et il empiète sur le domaine public et il réduit considérablement l?accès à la station de métro. Sachant qu?il y a de plus des vendeurs à la sauvette, les riverains se plaignent. Le transit du métro pour l?entrée et la sortie est très difficile et ils ont peur d?accidents. Je suis allé sur place pour vérifier et, en effet, il y a de sérieux problèmes. Le v?u vise à demander à M. le Préfet et à Mme la Maire de Paris de veiller à un nouvel aménagement pour que les accès à ce métro soient facilités. Je vous remercie, mes chers collègues.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur HONORÉ. Pour vous répondre, la parole sera à Christophe NAJDOVSKI puis à Mme la Représentante du Préfet de police.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. La station de métro Château-Rouge est actuellement en travaux et ce, pour une longue période, puisque la R.A.T.P. mène une opération lourde de restructuration des espaces, avant d?enchaîner dans cette même station les travaux relatifs à l?automatisation de la ligne 4. Les emprises et installations de chantier de la R.A.T.P. ont inévitablement des impacts sur le domaine public attenant qui se trouve en surface. Plusieurs phases de travaux vont se succéder et, au printemps 2016, une montée en charge des travaux impliquera la fermeture prolongée pour plus d?un an de la station. Ce chantier, long et complexe, compte tenu des caractéristiques du site et des flux piétons importants qui le fréquentent, conduit nécessairement à des circulations moins aisées qu?en situation habituelle et on peut le regretter. Cependant, il s?agit des désagréments inhérents à tout chantier se déroulant dans un environnement urbain dense et la situation finale, à l?issue des travaux, sera bien meilleure pour les riverains et les usagers. Je rappelle qu?il est question de construire un deuxième accès, une deuxième sortie à cette station de métro. En revanche, je ne pense pas que l?on puisse laisser entendre, comme vous le faites, Monsieur HONORÉ, que la situation ne respecte pas les normes de sécurité pour un chantier de cette nature. En effet, les différentes configurations de chantier mises au point par la R.A.T.P., avant le début du chantier, ont bien entendu été vérifiées avec soin par les services de la Ville de Paris et par les services de la Préfecture de police, tant sur le plan de la continuité nécessaire des cheminements que de la sécurité et de la conformité de la signalisation. Tout ce qui pouvait être fait au niveau technique pour rendre la circulation des piétons la moins pénible sur le site a été recherché. Le choix a été fait de laisser la station ouverte, tant que c?était possible, pour ne pas trop pénaliser les usagers du métro. De plus, les fonctionnaires de la Ville de Paris et de la Préfecture de police continuent à exercer un contrôle pendant le déroulement des travaux sur la maintenance des emprises de chantier, ainsi que sur le passage d?une configuration de chantier à une autre. Votre v?u est sans objet et je devrai émettre un avis défavorable.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI. Mme la Représentante du Préfet.

Mme LA REPRÉSENTANTE DU PRÉFET DE POLICE. - Les travaux du métro de la station Château-Rouge, avec l?emprise de chantier sur le trottoir, créent en effet un rétrécissement au niveau des numéros 40 à 46 du boulevard Barbès. La situation se trouve accentuée par la présence en effet de vendeurs à la sauvette qui entravent la circulation et contre lesquels nous luttons avec détermination.

Pour remédier à ces difficultés, toutes les solutions envisageables matérielles possibles ont été étudiées, comme l?indiquait M. NAJDOVSKI. Notamment, une réunion s?est tenue le 29 septembre dernier à cette fin, à laquelle participaient des représentants de la mairie du 18e arrondissement, de la R.A.T.P., du Commissariat central et des services de la Ville avec pour objectif de repenser autant que possible l?emprise des travaux sur le secteur pour fluidifier autant que possible les voies de circulation. Pour lutter contre le phénomène des vendeurs à la sauvette, des patrouilles spécifiquement dédiées ont été affectées à la surveillance de ce secteur qui est inscrit, je le rappelle, dans la zone de sécurité prioritaire, Z.S.P. Ces patrouilles conduisent à des contrôles, des évictions, des opérations de saisie des marchandises des vendeurs à la sauvette. Ainsi, depuis le 1er juin 2015, les policiers de l?arrondissement ont rédigé 695 procès-verbaux simplifiés de vente à la sauvette aux abords du métro. Par ailleurs, dix opérations dites "opérations de grossistes" ont été réalisées, permettant la saisie de 6.767 pièces contrefaites. Enfin, des opérations de sécurisation de lutte contre la délinquance sont très régulièrement menées sur réquisition du Procureur de la République. La dernière opération, conduite fin octobre, a permis d?interpeller 22 personnes pour infraction à la législation sur les étrangers, dont 16 se sont vues notifier un placement en rétention. Tout particulièrement sensibilisés à cette problématique, les services de police locaux poursuivront leurs actions de sécurisation, autant que de besoin sur le secteur, pour permettre d?améliorer la physionomie et faciliter la difficulté de circulation que vous avez mentionnée. Je vous remercie.

(M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, remplace M. Bernard JOMIER au fauteuil de la présidence).

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci beaucoup. Monsieur HONORÉ, maintenez-vous votre v?u ?

M. Christian HONORÉ. - La réponse de la Représentante du Préfet me satisfait plus que la réponse de l?adjoint au Maire, ce qui prouve que la police est allée sur place et a vu les résultats. Je maintiens mon v?u et je demanderai toutefois à ce qu?une action supplémentaire soit faite pour éviter les vendeurs à la sauvette qui posent un réel problème. Je maintiens mon v?u, bien évidemment.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Monsieur NAJDOVSKI ?

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Juste pour vous signaler, Monsieur HONORÉ, que je me suis aussi rendu sur place avec l?adjoint au Maire du 18e, M. BEPPO et je sais aussi de quoi il retourne.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 100 avec avis défavorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est rejeté. Oui, c?était un v?u non rattaché.