Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif aux conditions de travail dans le nettoyage.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2015


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 173 relatif aux conditions de travail dans le nettoyage. La parole est encore à Mme SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - C'est un v?u sur l'ensemble des conditions de travail dans le nettoyage, puisque vous savez qu'il y a, on en a parlé aujourd'hui, la grève des salariés de l'OMS, société de sous-traitance de Paris Habitat, mais nous avons eu sur Paris d'autres grèves, que ce soit d?une société de sous-traitance pour le service des impôts, que ce soit pour la bibliothèque François Mitterrand, ou que ce soit à Beaubourg. Egalement, les fonctionnaires de la Ville de Paris étaient en grève ce lundi, c'est bien la preuve que tout n'est pas fait pour résorber l'emploi précaire, loin de là. Visiblement, c'est un secteur, le nettoyage, où un bon nombre d'entreprises pensent qu'elles peuvent tout se permettre. Je vous rappelle aussi la grève des dames-pipi, qui n?est toujours pas résolue, une bataille en justice continue par rapport à la société "2theloo", qui se permettait de ne pas appliquer la loi et estimait avoir le droit de ne pas reprendre les salariés. Je demande à travers ce v?u que l'on regarde enfin cette réalité, cette réalité de travailleurs surexploités qui exercent pourtant quelque chose d'essentiel pour nous toutes et tous et essentiel pour l'ensemble des Parisiennes et Parisiens, que ce soient en tant qu?usagers d'un service public ou en tant que salariés. Je demande donc deux choses à travers ce v?u, quelque chose évidemment en tant que non inscrite que je n'aurai pas, mais au moins je souhaite interpeller les groupes sur ce point, il s'agit d'une Mission d'information et d'évaluation, parce que ce serait fort utile que l'on dispose d'un état des lieux pour proposer des solutions et réfléchir à ce qui pourrait permettre d'améliorer les conditions de travail dans le secteur du nettoyage sur la Capitale. Nous avons, en tant qu?élus, à nous préoccuper des conditions de travail des salariés sur la Capitale et j'aimerais que l'on s'occupe des plus démunis. Deuxième chose, où là par contre la Ville peut agir, et j'attends des réponses sur ce point, que la Maire de Paris saisisse l'Inspection générale en vue d'une mission et d'un rapport sur les conditions de travail dans le nettoyage pour tous les contrats relevant de l'ensemble des services centraux et de proximité concernant le nettoyage. Merci.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - La parole est à M. Emmanuel GRÉGOIRE.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Comme vous le savez, Madame SIMONNET, la création d'une M.I.E. ne dépend pas de la Maire mais des membres de ce Conseil, article 22 de notre Règlement intérieur. Il vous suffit de convaincre un sixième des membres de notre Assemblée, et vous aurez la M.I.E. que vous souhaitez. Concernant ce qui relève de notre responsabilité, c'est l'Inspection générale, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, j'ai d'ores et déjà demandé l'inscription au plan de travail 2016 de l'Inspection générale d?une étude sur la fonction nettoyage qui touche notamment les prestataires extérieurs avec lesquels nous sommes en contrat. En revanche, je vous le dis, nous avons circonscrit le champ d'étude aux services de la Ville et pas aux organismes satellites pour des raisons de capacité de travail et de pouvoir d'intervention.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - J'imagine que le v?u est maintenu ?

Mme Danielle SIMONNET. - Non, puisque l'Inspection générale, ce sera sur l'ensemble des services dépendant directement de la Ville. On est bien sur le tiers qui est sous-traité, donc je retire mon v?u puisque j'ai gain de cause.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Excusez-moi, Madame SIMONNET. Merci beaucoup du retrait de ce v?u.