Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2015
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au 48, rue Ramponeau/37, rue Bisson. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2015


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Les v?ux nos 148 et 148 bis sont relatifs au 46, rue Ramponneau/37, rue Bisson. La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Ce sujet, je pense que tout le monde commence à le connaître. Il s'agit de la parcelle du 48, rue Ramponeau/37, rue Bisson, sur cette parcelle où nous avons à la fois une métallerie - la plus ancienne métallerie de Belleville - un atelier d'artistes, des locaux d'une ancienne miroiterie qui appartiennent à la S.E.M.A.-EST. Celle-ci avait prévu initialement de revendre pour un projet d'hôtellerie, de tourisme. La mobilisation des habitants, la mobilisation des acteurs de cette parcelle et de l'ensemble du quartier a permis de mettre en échec ce projet-là. La S.E.M.A.-EST a dû rétropédaler, a dû renégocier et remettre en cause la promesse de vente. Enfin, nous allons pouvoir repenser le projet de cette parcelle. L'enjeu de ce v?u, c'est néanmoins de bien prendre conscience que tout n'est pas résolu. Nous souhaitons, et je souhaite en relayant ce v?u, d'abord saluer la mobilisation citoyenne et associative sur cette parcelle, et faire entendre à l?Exécutif qu'il va falloir prendre en compte que la concertation, ce n'est pas : "les services pilotent de A à Z un projet et, une fois qu'il est bouclé, le présentent aux habitants du quartier", et qu'il y a une nécessité, un enjeu de coproduire les projets depuis le début avec les habitants et de faire en sorte que les services soient là pour étudier l'ensemble des difficultés techniques ou des solutions ou, parfois, de l'absence des solutions qui sont proposées. L'enjeu de ce v?u est également d?exiger que la situation de l?actuel occupant, Mehdi HACHEM, de l?atelier d'artistes soit bien pérennisée et je dirai également - et je finirai, Madame la Maire - que l'entreprise, le patrimoine architectural de l'actuel lieu qui héberge la métallerie Grésillon, que ces locaux-là ne soient pas détruits car il faut garder le patrimoine architectural de ce quartier.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, la parole est à M. Jean-Louis MISSIKA, pour deux minutes maximum.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci. Chère Danielle SIMONNET, il n'y a pas moins de 19 considérants dans votre v?u. Je les ai lus attentivement et il m'a semblé qu'il manquait le considérant essentiel, celui qui aurait dû être en première position, un considérant signalant que le Conseil de Paris a voté le 30 septembre un v?u qui explicite clairement les bases sur lesquelles un nouveau projet devrait être concerté, v?u que vous avez voté, si mes souvenirs sont bons. Tous les groupes politiques de cette Assemblée ont voté ce v?u. C'est donc sur cette base que nous travaillons. C'est bien de faire une palanquée de considérants, mais peut-être que c'est mieux de respecter le travail du Conseil de Paris. La première étape de cette feuille de route était que la S.E.M.A.-EST trouve un accord avec le porteur privé de projets hôteliers lui permettant de rompre la promesse de vente. Cette première étape a été franchie, c?est-à-dire que nous respectons exactement la feuille de route qui nous a été donnée par le Conseil de Paris. Et c?était indispensable parce que, pour pouvoir avancer sur la définition d?un nouveau projet, il fallait clôturer le précédent projet. C?est ce que nous avons fait conformément à ce fameux v?u de septembre 2015, dont vous semblez ignorer l?existence. Je vous propose, Madame SIMONNET, de continuer le travail conformément au v?u de septembre dernier. Comme vous proposez un v?u, j?ai fait un v?u de l?Exécutif en remplacement de votre v?u, qui reprend les termes exacts de ce qui avait été dit la dernière fois, à savoir que la mairie du 20e organise une large concertation regroupant élus, associations, entreprises et habitants pour bâtir un projet respectueux de l?histoire et de l?esthétique du quartier, et garantissant le maintien d?une mixité des activités, notamment industrielles et artisanales. Que cette concertation soit lancée au premier trimestre 2016, qu?un nouveau projet puisse être élaboré sur la base des conclusions de cette concertation et en accord avec les objectifs de la Ville concernant le développement de projets innovants et relevant de l?économie circulaire et que la situation de l?atelier de Medhi Hachem soit pérennisé, ce que nous avons déjà commencé à engager. J?ajoute, chère Madame SIMONNET, une dernière conclusion : que la gesticulation politique, c?est aussi de cela que les électeurs ont marre. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Ce sera donc un avis défavorable sur le v?u n° 148. J?ai été saisie d?une explication de votes de Jérôme GLEIZES, je crois.

M. Jérôme GLEIZES. - J?avoue que la réponse de M. MISSIKA n?était pas des plus habiles. Je vous conseille de regarder les résultats électoraux de ce quartier, vous verrez que c?est quand même le quartier où les Ecologistes et le Front de Gauche ont fait le meilleur score de France.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous vous en félicitons si c?est le cas, mais vous êtes là pour faire une explication de vote et peut-être pas une analyse électorale. Moi-même, je peux vous parler de mon bureau de vote !

M. Jérôme GLEIZES. - Je pense qu?il faut faire attention à pas mépriser les gens dans les réponses. Pascal JULIEN a été victime aussi de cela, je continue par rapport à cela.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Personne ne méprise personne mais allons au but.

M. Pascal JULIEN. - On a le droit à notre temps de parole. Tout à l?heure, j?ai été coupé par vous, à tort !

M. Jérôme GLEIZES. - Je trouve que c?est d?autant plus maladroit que - je vais aller dans le sens de la réponse de M. MISSIKA - qu?il manquait dans les considérants à mon avis le plus important, c?est le projet de délibération de la DDEEES sur la prolongation sur la parcelle de Grésillon, sur le fait qu?il y a un avenant qui dit spécifiquement qu?il y aura un projet artisanal concerté. Pour moi, c?est cela la victoire, parce que je fais la différence entre un v?u et un projet de délibération, et je préfère avoir des projets de délibération modifiés, comme on le verra tout à l?heure avec "La Miroiterie", que des v?ux. Et en l?occurrence, ce projet de délibération répond tout à fait sur la bataille que l?on a menée depuis un certain nombre de mois et sur laquelle on a gagné. Cette bataille s?est faite en concertation, pas uniquement avec la mobilisation militante mais aussi avec le travail des élus dans cette Assemblée et au niveau de l?arrondissement. C?est pourquoi nous allons voter bien sûr le v?u de l?Exécutif qui répond en partie à ce qui a été fait et qui est dans la continuité de ce qui a été fait avant. Mais il s?est passé des choses quand même, on ne peut pas dire que l?on soit dans la même situation qu?au mois de juin, parce qu?une bataille politique et technique a été menée sur tous les terrains. Merci.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 148 avec un avis défavorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est rejeté. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 148 bis de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est adopté. (2015, V. 400).