Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

23 - 2003, SGRI 36 G - Subvention à Médecins du Monde (18e) pour son projet intitulé "Amélioration de l'efficacité et de la qualité de la prise en charge chirurgicale dans la Bande de Gaza". - Montant : 25.000 euros

Débat/ Conseil général/ Juillet 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons au projet de délibération SGRI 36 G relatif à l'attribution d'une subvention à Médecins du Monde, domicilié dans le 18e arrondissement, pour un projet d'amélioration de l'efficacité et de la qualité de la prise en charge chirurgicale dans la bande de Gaza, pour un montant de 25.000 euros.
Le Président VUILLERMOZ et Mme GUIROUS-MORIN ont demandé la parole. M. LHOSTIS vous répondra.
M. Jean VUILLERMOZ. - Merci, Monsieur le Président.
Juste un mot sur ce projet de délibération qui vise à soutenir l'action que l'association "Médecins du Monde" mène sur le terrain et dans les territoires autonomes palestiniens auprès des populations civiles qui subissent les conséquences de la situation violente et meurtrière que nous déplorons. Il s'agit d'aider à améliorer la prise en charge chirurgicale de la population dans la bande de Gaza par l'organisation de huit missions chirurgicales spécialisées, en proposant d'organiser la formation théorique et pratique visant à permettre l'autonomie technique d'équipes chirurgicales palestiniennes. Ce projet rendra possible la prise en charge immédiate de 120 blessés graves dans cette zone.
Nous approuvons cette initiative que nous allons soutenir à hauteur de 16 % de son coût total soit, comme vous venez de le dire, 25.000 euros et qui intervient à un moment où il faut soutenir et appuyer les espoirs actuels de paix qui existent même s'il ne faut pas se masquer les difficultés nombreuses qui restent pour y parvenir.
En effet, il nous faut intégrer la situation nouvelle, cette fameuse feuille de route que tout le monde soutient et qui est porteuse d'un dynamisme nouveau. Les Palestiniens souffrent particulièrement de l'occupation de leurs territoires, ce qui est la source de leur Résistance. Nous rappelons notre conviction que le peuple palestinien doit pouvoir vivre dans une Patrie reconnue par la communauté internationale, ce qui renvoie d'ailleurs au respect des résolutions adoptées par l'O.N.U. et piétinées depuis trop longtemps.
La solution pour tous les peuples du Proche-Orient passe par une paix juste et garantie à court terme. Il s'agit d'obtenir le retrait des territoires occupés, de libérer tous ceux qui ont été privés de liberté pour avoir lutté pour leurs droits et de reprendre la marche en avant pour la constitution à court terme d'un Etat palestinien à côté de l'Etat israélien.
La Ville de Paris, Monsieur le Président, joue un rôle particulier et visible en prenant des initiatives pour contribuer à rassembler les énergies sur ce chemin de la Paix. Cette action est un témoignage parmi d'autres que les villes, les collectivités territoriales ont à dire et à faire pour assurer aux êtres humains un avenir plus juste et plus sûr. Notamment dans les territoires non encore reconnus comme Etats. C'est le cas en Palestine, c'est le cas par exemple au Sahara occidental et dans bien d'autres endroits.
C'est pourquoi nous voterons ce projet de délibération et nous en attendons d'autres. Merci.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur le Président VUILLERMOZ.
La parole est à Mme GUIROUS-MORIN.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Monsieur le Président.
Chers collègues, je voulais signaler qu'un autre projet de délibération sera présenté au Conseil municipal, la délibération SGRI 03-23 qui porte le montant total des subventions attribuées à "Médecins du Monde" sur ce programme à hauteur de 75.000 euros.
Voici deux projets de délibération qui méritent une attention particulière, compte tenu de la situation humanitaire dramatique que vivent les habitants de la région de Gaza. Sur 1.330.000 personnes vivant à Gaza, 70 % sont au chômage et deux tiers sont des réfugiés. Aux conditions de vie très précaires, au niveau de vie très faible s'ajoutent un problème d'eau crucial et des problèmes de collecte et de destruction des déchets insurmontables.
Pour compléter cette description, les problèmes sanitaires sont au delà de l'imaginable : 53 % des enfants sont anémiés. 75 % des femmes enceintes souffrent également d'anémie et de problèmes dentaires. Les familles sont composées de six à huit enfants.
Dans ce contexte, l'UNRWA et quelques ONG peuvent seules entrer dans les camps de réfugiés. Aussi nous considérons que cette proposition de délibération présentée par MM. LHOSTIS et SCHAPIRA est une réponse humanitaire à une urgence criante. Nous ne pouvons qu'approuver cette aide à "Médecins du Monde" qui fait partie des rares ONG à pouvoir s'implanter sur le site, une aide qui pourrait aider 120 blessés graves et peut-être apporter une goutte d'eau à ce puits sans fond de souffrances. Merci.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame.
M. LHOSTIS a la parole pour répondre aux deux interventions.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Je réponds effectivement à ces interventions, mais évidemment je réponds également au nom de M. SCHAPIRA qui m'a demandé de souligner la parfaite symbiose qui nous anime sur ce dossier. Vous l'avez dit, deux dossiers sont présentés, mais ils visent la même action que nous finançons à hauteur de 25.000 euros ici et 50.000 euros au municipal. La situation s'est détériorée dès le début de la deuxième Intifada. Un échange que j'avais eu avec les représentants de la délégation palestinienne, en 2002, a confirmé mes inquiétudes.
Le professeur OBERLIN, chirurgien orthopédiste à Bichat et le chef du Service de rééducation et de réadaptation de l'appareil locomoteur de l'hôpital Cochin m'ont exposé leur point de vue, leur vécu de cette situation puisqu'ils revenaient de Palestine où ils ont rempli plusieurs missions d'assistance sanitaire, et notamment le professeur OBERLIN opérant lui-même sur place.
Le besoin d'une aide à la formation des techniques opératoires en traumatologie et des personnels de kinésithérapie leur apparaissait comme prioritaire. J'ai saisi M. Bertrand DELANOË qui m'a donné immédiatement son aval pour que nous montions un dossier, avec les ONG présentes sur place et qui présentent une qualité de travail et de connaissance du terrain reconnues.
Avec Pierre SCHAPIRA, nous avons travaillé à la construction de cette coopération. C'est vrai, et nous le regrettons, nous avons mis un certain temps, peut-être trop de mon point de vue, mais aujourd'hui avec "Médecins du Monde", nous sommes engagés sur ce projet : 152.450 euros dont la moitié par la Ville et le Département de Paris.
Les deux intervenants ont évoqué les 120 blessés graves qui seront pris immédiatement en charge et qui ont commencé déjà à l'être. Surtout, ce qui importe c'est la mission de formation sur place des chirurgiens, qui est extrêmement importante. Je crois que cette aide est d'autant plus nécessaire sur le terrain qu'elle va vers une population très déshéritée, et notamment vers des enfants souvent victimes de tirs.
Notre démarche humanitaire à la Ville de Paris est constante. Elle contribue, je crois, à tous les efforts en faveur de l'établissement d'une paix durable entre les populations de cette région du monde.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur LHOSTIS, pour cette réponse.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 36 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, SGRI 36 G).