Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

24 - 2003, JS 1 G - Construction d'un gymnase dans le secteur d'aménagement Vignoles Est de la Z.A.C. "Réunion" (20e). - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer la convention de mandat de maîtrise d'ouvrage avec l'O.P.A.C. concernant les études et la construction dudit gymnase

Débat/ Conseil général/ Juillet 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen du dernier projet de délibération du Conseil général ayant donné lieu à inscriptions. Il s'agit du projet de délibération JS 1 G relatif à la construction d'un gymnase dans le secteur d'aménagement Vignoles Est de la Z.A.C. "Réunion" (20e). Il s'agit d'autoriser la signature d'une convention de mandat de maîtrise d'ouvrage avec l'O.P.A.C. concernant les études et la construction de ce gymnase.
Madame GUIROUS-MORIN, vous avez la parole.
Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Monsieur le Président.
Chers collègues, nous ne pouvons qu'être satisfaits du résultat de la concertation menée par le Comité de pilotage sur la Z.A.C. "Réunion" concernant le plan d'urbanisme. En effet, la discussion sur le programme d'aménagement a abouti à un consensus. Aussi nous ne pouvons qu'approuver le principe de la construction du gymnase dans le secteur d'aménagement Vignoles Est, qui va dans le sens attendu par les riverains conformément aux demandes que le groupe "Les Verts" avait exprimées dans le cadre d'un voeu adopté en mars 2002.
Néanmoins, nous tenons à souligner quelques difficultés liées au montage d'une opération de cette envergure et nous tenons à poser quelques questions. Ainsi, nous rappelons les termes du v?u que nous avons fait adopter en mars 2002, demandant notamment que :
- dans l'attente des résultats de cette concertation, les expulsions et les démolitions soient suspendues ;
- et qu'une étude complémentaire de l'APUR sur l'implantation du futur gymnase prenant en compte la nécessité de préserver les logements et respecter leurs occupants, de conserver et réhabiliter le bâti existant et de prévoir des accès de sécurité soit réalisée.
Or, si l'O.P.A.C. donne un accord de principe pour reloger tous les occupants des locaux concernés, elle maintient les procédures d'expulsion, même si pour l'instant ces personnes sont encore dans les murs. A juste titre, les locataires ainsi menacés souhaitent avoir des réponses précises sur leur relogement.
Ensuite, s'agissant du SADI, émanation de la DLH, qui gère des immeubles de la Ville, les résidents s'inquiètent d'une volonté visible de les expulser. Quelles sont les intentions de la Ville de Paris concernant les locations relevant de son propre parc ? Un artisan du 93, rue des Haies, aurait reçu une invitation très claire dans ce sens, mais aucune proposition de relogement ne l'a accompagnée. Que compte faire le Maire de Paris à ce sujet ?
Pour terminer, la réhabilitation du 79, rues des Haies devrait bientôt commencer et permettre le relogement de personnes du secteur Vignoles Est. Nous ne pouvons qu'en être satisfaits et espérer que les expulsions n'anticiperont pas sur les relogements.
Merci.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame GUIROUS-MORIN.
C'est M. CHERKI qui répond à vos questions.
M. Pascal CHERKI, au nom de la 7e Commission. - En effet, comme l'a rappelé ma collègue, le présent projet prévoit la construction d'un gymnase dans le secteur Vignoles Est, dans la Z.A.C. "Réunion", à Paris 20e.
Je tiens à dire qu'il s'agit d'un équipement public très attendu par la mairie d'arrondissement et par les habitants du quartier, parce que nous essayons de faire en sorte que, contrairement à ce qui pouvait se passer parfois dans la précédente mandature, chaque Z.A.C. soit pourvue de manière suffisante en équipements publics, car il n'y aurait rien de plus terrible qu'une Z.A.C. dépourvue d'équipements publics et nous devons rattraper un certain nombre (je vais être gentil...) d'omissions que nous avions pu constater.
C'est pourquoi le Département de Paris a souhaité que, dans le cadre de la construction de 30 logements sociaux par l'O.P.A.C., soit construit à l'angle de la rue des Haies et du passage Savart un gymnase au dessus d'un parc de stationnement d'environ 45 places.
Comme vous l'avez indiqué, Madame la Conseillère, il faut rappeler que cette implantation résulte d'une large concertation avec les habitants du quartier, puisque nous avons tenu avec la mairie d'arrondissement et avec l'O.P.A.C. 4 réunions de concertation, une le 7 juin 2000, une le 19 février 2001, une le 2 octobre 2002 et une le 29 octobre 2002, auxquelles ont participé les associations suivantes "La fontaine" et "le Port bagnard", "Charonne", "Côté cour", la FCPE et IEE Réunion.
Il a résulté de la concertation que deux variantes avaient été proposées et la variante adoptée par les associations présentes avait les caractéristiques suivantes (parce que nous avons travaillé vraiment en lien dans ce quartier particulier) :
- un maintien d'un système d'impasse, avec la mise en impasse du passage Savart ;
- la définition de l'implantation du gymnase qui a été légèrement déplacée vers le Nord par rapport au projet d'origine, en accord bien évidemment avec la mairie et les associations, de manière qu'on puisse avoir de la souplesse dans la conception de ce projet ;
- et enfin la sauvegarde du plus grand nombre de bâtiments existants et la diversification des gabarits pour éviter, limiter la densification.
Donc, il est prévu de construire un gymnase d'une dimension de 44 mètres x 23 mètres, sur 7 mètres de hauteur, avec ensemble des locaux d'accueil et des locaux dévolus au personnel, le tout pour une surface utile de 1.290 mètres carrés, ce qui n'est pas énorme mais tient compte du parti pris urbain particulier dans lequel nous nous trouvons et qui devait répondre à deux fonctions :
- d'abord les besoins scolaires qui sont importants dans ce quartier ; c'est pour cela que ce gymnase sera financé à parité avec la Direction des affaires scolaires et nous travaillons en étroite collaboration avec mon collègue Eric FERRAND là-dessus ;
- et, bien évidemment, pour le temps qui n'est pas réservé aux scolaires, une ouverture à l'ensemble des associations du quartier, de manière qu'elles puissent bénéficier d'un équipement très attendu. Je dois quand même rappeler pour l'information de l'ensemble du Conseil de Paris que le 20e arrondissement est l'un des arrondissements les moins bien dotés en équipements sportifs de proximité.
M. Michel CHARZAT. - Etait...
M. Pascal CHERKI, rapporteur. - ... il le sera de moins en moins mais le gymnase s'inscrit dans cette problématique.
Nous sommes dans un calendrier prévisionnel d'opération très tendu - avec mon collègue Jean-Pierre CAFFET on en discute souvent - puisque le début des travaux doit commencer au 3e trimestre 2005 et que la livraison de l'équipement est attendue pour fin 2006.
C'est ainsi que nous avons, après une phase de concertation très large, abouti à un projet qui recueille le consensus des associations.
Enfin, je dirai un dernier mot en ce qui concerne les questions sociales soulevées par ma collègue, bien que je ne sois pas le plus compétent pour y répondre. Nous y apportons la plus extrême attention puisque, d'après ce que m'avait dit mon collègue Jean-Yves MANO, l'ensemble des habitants qui se trouvent dans le secteur se verrait proposer une solution de relogement, qu'elle soit dans le secteur immédiat ou que ce soit une autre solution, conformément aux engagements pris par la Municipalité dès le début du lancement de la phase de concertation.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur CHERKI, pour cette réponse très complète.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 1 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, JS 1 G).