Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DAC 50 - Signature d'une convention avec l'association PROCREART (18e), relative à l'attribution d'une subvention. Montant : 49.500 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2010


 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous commençons par l'examen de la 9e Commission et nous examinons le projet de délibération DAC 50 relatif à la signature d'une convention avec l'association PROCREART (18e), relative à l'attribution d'une subvention de 49.500 euros, sur lequel l'amendement n° 39 a été déposé par le groupe "Les Verts".

La parole est à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Madame la Maire, merci.

Il s'agit de l'association PROCREART qui gère deux lieux dans le 18e arrondissement, le "Lavoir Moderne Parisien" et "l'Olympic Café" ; deux lieux qui sont situés sur le même axe qui traverse la Goutte d?Or, il s'agit de la rue Léon. Ces deux lieux contribuent à animer le quartier, à y faire venir des spectateurs et des artistes du monde entier et, de fait, introduisent la mixité culturelle et la mixité sociale de manière très vivante et très dynamique.

Chaque année, ce sont de nombreux spectacles qui sont présentés, aussi bien musique que théâtre, arts vivants, et ce, tout au long de l'année, aussi bien l'hiver que l'été.

D'ailleurs, cette association investit l'espace public à la belle saison notamment, pendant le festival de la rue Léon, et contribue à des rencontres inédites et vraiment très intéressantes pour ceux qui ont pu y participer.

Plusieurs fois, des élus du 18e sont intervenus pour souligner que l'association a des difficultés. D'ailleurs, le projet de délibération qui est proposé aujourd'hui le précise. On peut noter, par exemple, que les charges de cette association ont fortement augmenté : par exemple, le loyer qui en 10 ans a augmenté de 45 % alors que la subvention de la Ville de Paris est identique depuis 2002.

(M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, remplace Mme Gisèle STIEVENARD au fauteuil de la présidence).

Compte tenu du bilan culturel et social de cette association, je vous propose d'amender le projet de délibération et d'augmenter la part de la Direction des Affaires culturelles qui est actuellement de 38.000 euros et de la porter à 68.000 euros, ce qui, eu égard à l'activité intense du lieu, est un montant à la fois bien faible encore et, je crois, parfaitement légitime.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Les Verts", socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche).

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Madame FOURNIER.

En effet, depuis 2001, le Lavoir Moderne connaît de grandes difficultés financières. L?association PROCREART avait été mise en redressement judiciaire en 2003, puis elle a présenté un plan de redressement qui a été respecté jusqu'en 2005 mais qui, malheureusement, ne semble plus l'être depuis 2006.

La subvention de la Ville est passée de 37.000 euros en 2001 à environ 50.000 euros aujourd'hui.

Par ailleurs, en complément de cette subvention de fonctionnement, l?association a bénéficié plusieurs fois d'une subvention exceptionnelle de la Ville : 10.500 euros en 2004, 27.500 euros en 2005, 12.500 euros en 2009. En effet, l'an dernier, à un moment où l?association risquait la mise en liquidation par le tribunal de grande instance de Paris, en raison d'une dette de près de 50.000 euros non réglée à l?U.R.S.S.A.F., nous avions décidé de l?aider à faire face à ses difficultés en versant une nouvelle fois une subvention exceptionnelle.

Mme FOURNIER a eu raison de dire, et je partage son opinion, que c?est un lieu culturel qui fait l'objet de toute notre attention et qui est un beau lieu culturel, mais je crois que la mairie du 18e le soutient également.

Cependant, force est de constater que les difficultés financières de l?association sont structurelles, les aides exceptionnelles successives n'ont rien pu faire et la situation n'a pu être redressée durablement. Or, les subventions exceptionnelles sont comme les primes, elles ne doivent pas être des primes à une gestion discutable.

Dans le contexte budgétaire actuel, malheureusement, où l'ensemble des grandes structures culturelles sont amenées à faire des efforts d?économie et de meilleure gestion, nous avons choisi de préserver les structures les plus fragiles. Le maintien de la subvention au Lavoir Moderne Parisien de 50.000 euros est un gage de soutien et de notre confiance.

Pour toutes ces raisons, Mme FOURNIER, je pense, comprendra que je ne puisse donner un avis favorable à son amendement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame FOURNIER, retirez-vous votre v?u ?

Mme Danielle FOURNIER. - C'est un amendement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - C?est un amendement, pardon. C?est un amendement, excusez-moi !

Mme Danielle FOURNIER. - Je vais le maintenir, je regrette que le réalisme budgétaire s'applique à cette association. Pas à d?autres, tant mieux !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Bien.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 39 déposée par le groupe "Les Verts", assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstention ?

La proposition d?amendement n° 39 est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 50.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DAC 50).