Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DDATC 42 - Signature avec la RIVP d'une convention de transfert temporaire de maîtrise d'ouvrage au titre de l'article 2 de la loi sur la maîtrise d'ouvrage publique, pour la réalisation d'un patronage laïque, équipement public municipal polyvalent, au 72, avenue Félix Faure (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons maintenant en 5e commission, par l'examen du projet de délibération DDATC 42 relatif à la signature avec la R.I.V.P. d?une convention de transfert temporaire de maîtrise d'ouvrage au titre de l'article 2 de la loi sur la maîtrise d'ouvrage publique, pour la réalisation d'un patronage laïque, équipement public municipal polyvalent, au 72, avenue Félix Faure (15e).

La parole est à M. Claude DARGENT.

M. Claude DARGENT. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, chers collègues, ce n'est pas la première fois que nous évoquons dans notre Conseil le devenir du patronage laïque du 15e arrondissement, mais aujourd'hui c'est une grande étape qui est franchie vers la préservation de ce lieu de mémoire du 15e et de Paris.

Créés à la fin du 19e par des militants ouvriers et des instituteurs, les patronages laïques avaient pour objectif d'offrir des loisirs éducatifs aux enfants les plus modestes. Cet héritage doit être préservé. Aujourd'hui, le patronage est un lieu de convivialité ouvert aux associations et aux forces sociales.

Cette institution située rue Félix-Faure, dans le 15e arrondissement, a fait l'objet de la plus grande attention de la part de la Municipalité, et ce, dès son élection, et il y avait de quoi puisque l'ancienne municipalité du 15e arrondissement avait programmé la destruction du patronage laïque.

Et c'est uniquement grâce à l'élection de Bertrand DELANOË que cette institution a été sauvée à cette époque pas si lointaine, car il s'agit de 2001, et que beaucoup des élus qui soutenaient, à droite, cette politique du maire du 15e à l'époque sont toujours élus au Conseil de Paris et siègent à nos côtés.

Cette intervention est aussi pour moi l'occasion de saluer l'engagement d?Anne HIDALGO qui, en fonction de sa charge de l?urbanisme et de l?architecture, pour la préservation et la réhabilitation de ce lieu, a mis en place un dispositif, un comité de pilotage, pour accompagner ce projet de réaménagement, objet de ce projet de délibération.

Les locaux construits il y a près d'un siècle sont aujourd'hui particulièrement dégradés. Ce comité réunit des associations du 15e arrondissement et de Paris, les adjoints au Maire de Paris concernés et le maire du 15e ou son représentant, en l?occurrence sa représentante, Mme de CLERMONT-TONNERRE.

Ce comité, qui s'est réuni à plusieurs reprises, a pour mission de définir le rôle et le programme du patronage laïque et sera associé tout au long des étapes de cette rénovation. A ce propos, on peut regretter que Mme Claire de CLERMONTTONNERRE ait décidé de quitter ce comité en novembre 2009, je pense qu'il est souhaitable que dans ce comité la mairie du 15e continue à être représentée.

Compte tenu de la vétusté du bâtiment, il est apparu nécessaire de procéder à une reconstruction. Personne et notamment pas la mairie du 15e n'avait demandé la protection du bâtiment en lui-même dans le cadre du P.L.U. Ce qui est important, c'est le lieu de mémoire, ce n'est pas le bâtiment en tant que tel dans l'exemple que nous étudions ici. La Ville a également saisi cette occasion pour construire de nouveaux logements sociaux, conformément à ses engagements de mandature et pour combler le déficit dont souffre particulièrement le 15e dans ce domaine. On ne peut que se réjouir d?avoir réussi à implanter des logements sociaux sur cette parcelle qui font partie de la DLH 36.

Enfin, cette intervention est l'occasion pour moi de parler surtout de l'équipement public "Patronage laïque", un établissement unique dans son genre dans la Capitale, qui sera ouvert aux associations et aux habitants du quartier dans la tradition qui est la sienne.

Le projet de délibération porte sur le transfert de maîtrise d'ouvrage à la R.I.V.P., désignée par la Ville de Paris pour la construction des logements sociaux.

Et donc, il s'agit ici de réaliser un patronage laïque plus grand, plus confortable, accessible aux personnes à mobilité réduite avec une grande salle modulable, et des salles d?activité complémentaires.

Nous construirons ainsi un lieu qui pourra être considéré comme étant le patronage laïque du XXIe dont le 15e arrondissement et Paris plus largement ont besoin.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Gilles ALAYRAC, 5 minutes.

M. Gilles ALAYRAC. - Je ne les prendrai pas, je viendrai en soutien à ce projet de délibération pour dire que le Patronage laïque est une institution unique à Paris. Et avec le vote de ce projet de délibération nous faisons franchir une étape tout à fait décisive à ce projet pour un nouveau Patronage laïque moderne adapté au XXIe siècle.

L'année dernière, le projet avait été lancé à l'initiative d?Anne HIDALGO et nous avions d'ailleurs également voté une subvention de 10.000 euros pour l?association qui le gère aujourd'hui, "Patronage Laïque du 15e - Maison pour tous".

Cette année, nous passons aux actes si je puis dire, puisque nous allons charger la R.I.V.P. de la maîtrise d'ouvrage de la réalisation de ce projet.

Comme l?a dit M. Claude DARGENT à juste titre, il s'agit bien de réaliser un patronage laïque et non pas de le réhabiliter. L'immeuble appartient à la Ville, il est aujourd'hui en mauvais état, et je pense qu'il a été décidé, à juste titre, de le démolir pour le reconstruire. Le projet tel que conçu dans sa mixité, c?est-à-dire un grand équipement municipal moderne avec une salle modulable et des salles d'activité et qui comprendra également 30 logements pour travailleurs, finalement il est voulu comme populaire et ceci est de nature à nous plaire. Je vois l'intérêt non démenti de notre collectivité pour ce projet, depuis 2001, grâce à l?action d?une majorité progressiste, nous l?avons sauvé.

Et quand je parle d'institution, bien sûr je me réfère à l'origine de ce Patronage laïque né en 1892, tourné vers les enfants des classes populaires qui étaient alors privés de loisirs.

Je terminerai mon propos en disant que la générosité du Patronage, l'ouverture aux autres, la diversité de ce qui s'y fait depuis plus d'un siècle, tout ceci constitue un esprit qu?il nous faut préserver, un esprit convivial, un esprit tout à fait particulier et je souhaite donc que le Patronage laïque de demain soit et demeure populaire, accessible à tous, ouvert à la vitalité démocratique associative, culturelle, syndicale et politique.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est au Président Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, il nous est demandé de délibérer sur la signature d'une convention avec la R.I.V.P. pour la réalisation du Patronage laïque au 72, avenue Félix-Faure dans le 15e.

Compte tenu de la vétusté du bâtiment, il a été décidé de procéder à une démolition-reconstruction. Ce projet de délibération vise à confier la maîtrise d?ouvrage unique à la R.I.V.P. afin de reconstruire cet équipement associatif polyvalent ainsi qu'un programme d'une trentaine de logements sociaux. L'association du Patronage laïque, rappelons-le, a été créée en 1892 par des militants ouvriers et des instituteurs afin de proposer des activités éducatives aux enfants des classes populaires. En 1908, le bâtiment a été construit sur un terrain prêté par la Ville qui en est devenue propriétaire.

Je tiens à souligner l'action remarquable du Patronage laïque dans le 15e arrondissement et l'attachement très fort des habitants du 15e à ce lieu et aux activités qui y sont organisées : ateliers ou cours artistiques et culturels. Il met ses locaux à la disposition des particuliers et des associations locales pour des réunions, des colloques, des forums, mais aussi pour des événements familiaux (mariages ou anniversaires) avec le souci de proposer des tarifs accessibles à tous.

Enfin, l'association propose, en partenariat avec des associations, des représentations de théâtre, des bals et quelques concerts.

C'est dire l'intérêt formidable que représente pour l'ensemble des Parisiennes et des Parisiens le Patronage laïque, équipement de proximité et créateur de lien social, et notre groupe se félicite de la remise à neuf de ces bâtiments.

Nous exprimons enfin notre pleine satisfaction de la construction d'une trentaine de logements sociaux dans ce quartier, dans le droit fil des objectifs de notre majorité municipale. Nous voterons avec enthousiasme ce projet de délibération. Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Ce projet de délibération résume tout votre projet pour ce lieu de mémoire et d?histoire du 15e arrondissement. C'est-à-dire la démolition d'un bâtiment centenaire assortie de la réalisation d?un équipement public polyvalent, et d'un programme de logements sociaux.

Avouez que c'est un peu court pour ce futur Patronage laïque du XXIe siècle que vous avez annoncé.

Je serai moins lyrique que M. Claude DARGENT. A ce jour, rien dans les comptes rendus des réunions du comité de pilotage ne nous permet d?être éclairés sur les missions du Patronage laïque, sur sa programmation, sur son mode de gestion. Les comptes rendus des réunions se résument en général à 10 lignes portant essentiellement sur le relogement de l?actuel directeur et de l'association gestionnaire. A aucun moment nous n?entrevoyons une quelconque ambition pour ce que vous qualifiez d?équipement d'intérêt général unique dans la Capitale.

Ce que nous avons, en revanche, très vite compris, c'est votre décision de faire table rase de l'actuel Patronage laïque et de saisir cette opportunité pour faire une opération de logement sans prendre la peine d'engager avec le maire du 15e une vraie discussion de fond portant sur le potentiel qu'aurait pu présenter ce projet pour répondre aux besoins d'équipement nécessaires à nos 235.000 habitants. Cela d?autant que vous aviez ici la possibilité de retrouver une partie des surfaces que vous avez supprimées sur la Z.A.C. "Boucicaut", où je le rappelle, l'équipement associatif de 1.100 mètres carrés a disparu, et les 3.800 mètres carrés de l?équipement culturel ont été réduits à 750 mètres carrés, soit un cinquième du programme initial.

Je vais donc, Monsieur le Maire, rappeler les propositions que nous avons transmises à votre première adjointe, exprimées par des v?ux en Conseil d'arrondissement ou en Conseil de Paris mais aussi lors des premiers comités de pilotage, jusqu'à ce qu'il nous soit signifié que nous n'étions pas les bienvenus dans cette instance où le maire du 15e est convié du bout des lèvres par voie d'avis.

Quelles sont nos demandes ?

Nous avons demandé communication des études réalisées par la Ville sur l'opportunité de démolir ou de réhabiliter le bâtiment.

Le choix qui nous est proposé ne s?imposait pas, plutôt que de détruire ce bâtiment centenaire, une rénovation-restructuration aurait pu être envisagée pour un moindre coût que celui annoncé et qui est déjà passé, hors logements, de 3,8 à 5 millions d'euros.

Nous avons demandé que les discussions sur le devenir du Patronage laïque associent l?ensemble des associations du 15e, ainsi que le conseil de quartier, et ne se limitent pas aux seules associations sélectionnées par le Maire de Paris.

Nous avons demandé que cet équipement, pour lequel nous souhaitons le maintien de la dénomination "Maison pour tous", puisse accueillir les répétitions pour les chorales, les formations musicales, les spectacles scolaires, que les habitants du 15e puissent y célébrer des événements familiaux, que soit examinée la possibilité d?y implanter une annexe de notre maison des associations qui est beaucoup trop excentrée, bref, que cet équipement réponde pleinement aux besoins qui s'expriment dans notre arrondissement.

Nous avons demandé que ce lieu soit destiné aux habitants du 15e. Notre arrondissement a besoin d'un nombre d'équipements en rapport avec la population de la huitième ville française.

La volonté de la Gauche de donner à ce bâtiment un dimension parisienne nous laisse penser que l'Exécutif a une arrière-pensée, cette stratégie a sans doute pour objectif d?éviter d?inscrire ce nouveau lieu à l?inventaire des équipements gérés par la mairie d'arrondissement, afin de le soustraire au 15e et de permettre au Maire de Paris de garder la main sur son fonctionnement.

A toutes ces questions posées lors d'un comité de pilotage en novembre 2009, Mme HIDALGO, a répondu "Vous aurez les réponses lors du passage en Conseil de Paris".

Vous comprendrez que dans ces conditions, je n'ai pas grand-chose à faire dans un comité de pilotage lorsqu'on me fait ce type de réponse.

Nous sommes en Conseil de Paris et nous n'avons ni étude patrimoniale, ni information claire sur le mode de gestion du futur équipement, ni prise en compte des demandes que nous avons formulées.

Dont acte !

Absence de dialogue avec la mairie du 15e, mainmise de la Maire centrale sur un équipement à vocation locale, jadis financé par les habitants du 15e : tout ceci augure mal du devenir de ce futur Patronage laïque du XXIe siècle. Une fois de plus, vous décidez à huis clos, vous organisez une consultation de façade pour, in fine, appliquer le passage en force.

Monsieur le Maire, dans l?attente d'une remise à plat du projet proposé pour le 72, avenue Félix-Faure, de l'ouverture d?un débat portant sur chacune des propositions que nous avons formulées et dans l?attente du lancement d?une véritable concertation avec la mairie du 15e, les associations locales et le conseil de quartier, sur chacune de nos propositions, en attendant, nous voterons contre le projet de délibération DDATC 42 et contre le projet de délibération DLH 36 qui, lui, a été inscrit en 8e Commission.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole est à M. BOUAKKAZ.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, en effet, le projet du Patronage laïque fera date. Et n'en déplaise à Mme de CLERMONT-TONNERRE, ce projet fera date non seulement pour la nouvelle page d'histoire qu'il va ouvrir mais aussi par la méthode exemplaire avec laquelle sa construction, sa reconstruction va être menée.

Le maire du 15e arrondissement est partout chez lui dans le 15e arrondissement, a fortiori au comité de pilotage d'un équipement emblématique de son arrondissement. Qui peut croire raisonnablement qu'il n'est convoqué que par voie d'avis ? Cela n'a évidemment pas de sens, il y a toute sa place et s?il en doutait, le voici rassuré !

Ce beau projet qui allie logements sociaux pour les jeunes et nouvelle histoire pour un bâtiment emblématique est à l'image de ce que construit notre Municipalité. Une municipalité qui est gérée par des managers publics qui tâchent de concilier des équipements pour satisfaire le plus de besoins de la population des arrondissements.

Alors, le Patronage laïque serait partie prenante de la mémoire du 15e ? Certes, mais c'est bien plus que cela. C'est un élément de la mémoire ouvrière de cette ville, de la mémoire de la laïcité de cette ville, voire de ce pays. C'est bien de cela dont il est question. Et c'est bien de cela dont il est question lors des comités de pilotage présidés par M. BLONDEL.

Il est bien question d'un équipement qui fera date et je suis persuadé que viendra bientôt la fin des polémiques, dès que ce comité de pilotage aura travaillé, aura continué d'étudier finement le budget, d'étudier finement l?allocation des locaux et des espaces.

La mairie du 15e ferait bien, me semble-t-il, de se raccrocher aux branches, tant qu'il en est encore temps, puisqu?au fond, nous exauçons son souhait : nous le détruisons, le patronage laïque ! C'était bien l'intention de l'ancienne mairie du 15e ! Et, si la nouvelle en avait d'autres, elle n'a pas pris soin de le signifier lors de la dernière modification du P.L.U.

Nous le détruisons mais nous, nous le reconstruisons pour le faire plus beau, plus grand, plus moderne, plus en phase avec le siècle qui s'ouvre.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et "Les Verts").

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDATC 42.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DDATC 42).