Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DLH 111 - Modification de la délibération 2009 DLH 224 portant location au profit de la Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP) de l'immeuble communal situé 39 rue Castagnary (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DLH 111 relatif à la modification de la délibération 2009 DLH 224 portant location au profit de la Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP) de l'immeuble communal situé 39 rue Castagnary (15e).

La parole est à Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous sommes bien loin de ce fameux temps d'avance qui a longtemps rythmé les discours électoraux du Maire de Paris. A Castagnary, les projets accusent un vrai temps de retard.

Depuis des années, les habitants supportent les nuisances liées à l'état d'abandon d'immeubles murés et d?emprises en friche, pour la plupart propriété de la Ville de Paris.

Depuis des années, nous vous interpellons sur l'enlisement du réaménagement du secteur et ne pouvons nous satisfaire des informations communiquées lors de notre dernière séance. Elles répondent de façon partielle aux problématiques posées et ne conviennent pas aux nombreux riverains qui attendent une amélioration de leur cadre de vie.

Quelle est la situation ? En 2004, vous annonciez pour le 139-141, rue Castagnary, la réalisation de logements sociaux, d'une crèche de 70 places et d'une halte-garderie de 25 places avec un démarrage du chantier à l'été 2005.

Or, aujourd?hui, alors que de centaines d?enfants attendent des places en crèches, il n?y a encore ni halte-garderie ni crèche sur ce terrain municipal, le seul changement perceptible sur ce site étant, d'une part le remplacement des vieilles barrières de chantier par des palissades neuves et, d'autre part, le projet de délibération DLH 82 qui nous annonce un surcoût de 1,7 million d'euros pour cette opération mal évaluée, qui peine à voir le jour.

Autre exemple, en 2004 toujours, la Ville murait au n° 39 un bâtiment de quatre étages. Alors que les riverains attendent toujours la démolition de ce bâtiment glauque, vous faites du rétropédalage dans la délibération DLH 111 en nous demandant de corriger les erreurs contenues dans le projet que vous nous avez soumis en décembre 2009.

J'en viens maintenant aux terrains qui longent les cuves de la C.P.C.U. et le faisceau des voies S.N.C.F., c?est-à-dire entre le n° 43 rue Castagnary et la rue Jacques-Baudry. Le paysage est plutôt sinistre, avec son enfilade de locaux plus ou moins désaffectés et ces terrains vagues.

Devant l?exaspération des riverains, nous vous interrogeons depuis six ans sur le devenir de ce secteur. Nous avions encore évoqué ce sujet lors de notre séance du 3 mai.

Chacun s'en souvient, avec Philippe GOUJON, avec Jean-François LAMOUR, nous avions émis le v?u que des discussions entre la Ville, R.F.F., la C.P.C.U. et la mairie du 15e soient engagées sur l?évolution de ce secteur. Nous avions plaidés pour l?amélioration du cadre de vie des riverains et la réalisation d?une trame verte le long de la voie ferrée.

Quelle a été votre réponse ? Un rejet du v?u, un refus de la végétalisation, aucune prise en compte des besoins exprimés par le quartier.

Monsieur le Maire, nous vous demandons une nouvelle fois d?engager le dialogue avec la mairie du 15e, d?écouter les élus locaux, d?écouter les riverains.

Le quartier Castagnary doit retrouver une nouvelle dynamique, un environnement plus satisfaisant, des projets prenant en compte les attentes des habitants et non devenir le déversoir de tous les programmes que vous n?arrivez pas à caser ailleurs.

Ayons, mes chers collègues, un peu d?ambition pour améliorer le cadre de vie dans cette rue qui porte le nom d?un ancien président du Conseil municipal de Paris.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Pour vous répondre, la parole est à M. Jean-Yves MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Honnêtement, je suis un peu surpris de l'intervention de Mme CLERMONT-TONNERRE. En même temps, nous avons, par courrier, comme nous nous y étions engagés, répondu adresse par adresse, projet par projet, date par date, quant à toute l'évolution indispensable et incontestable de la rue Castagnary, y compris sur la dernière partie de votre intervention.

Mme HIDALGO, lors de la dernière séance, vous a répondu avec précision en précisant que nous avons un projet de logements pour les jeunes, mono-orienté, isolé du bruit des autres riverains potentiels et ne devant pas gêner les jeunes qui y vivraient parce qu'il ne serait pas orienté vers les voies ferrées. Nous avons donc répondu point par point à l'ensemble de vos remarques, qui étaient objectivement justifiées. Nous avons fourni des dates de dépôt des permis, de début de chantier, de projet précis.

En conséquence, votre v?u n'a finalement qu'une vocation : montrer de façon répétitive aux habitants du 15e que vous vous en occupez. Nous répondons de notre côté sur le fond et donc ne pouvons soutenir votre v?u.

Objectivement, je pense que vous disposez de toutes les réponses, toutes fournies en temps utile. Oui, il est possible qu'à un mois près, les choses n'évoluent pas sur le terrain, ce qui, en matière de construction, vous en conviendrez, est assez fréquent.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à M. Philippe GOUJON.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Je remercie M. MANO de la lettre qu?il m?a envoyée pour m?exposer ce qui se passait rue Castagnary, mais je dis que c'est de l'information ; ce n'est pas vraiment de la concertation puisqu'il ne s'agit pas d'un v?u de ma collègue mais d'une intervention sur la délibération.

Nous avons déposé le v?u le mois dernier au dernier conseil, et nous regrettions que notre projet de végétalisation du talus adossé à la voie ferrée, près des cuves C.P.C.U., n'ait pas été retenu. En effet, dans ce site extrêmement difficile, le long des voies ferrées, coincé entre les cuves de la C.P.C.U., établissement sensible, réaliser une résidence pour étudiants et travailleurs ne nous paraissait pas conforme à ce qui était souhaitable et surtout, ce n'est pas du tout le v?u des riverains, qui souhaitent vraiment un aménagement paysager.

Alors aujourd'hui, on a trois modifications techniques qui révèlent un certain nombre de retards dans les livraisons, et ces projets ne correspondent pas non plus aux souhaits des riverains, qui s'indignent de vivre dans des habitations entourées de friches, de maisons murées, etc.

Mais c?est vrai qu?un travail est fait : nous n'en disconvenons pas, mais il est trop lent et il ne nous satisfait pas en tout.

Dernier point, Mme HIDALGO, justement, lors du v?u que nous avions discuté ici même le mois dernier, avait promis une concertation avec les élus du 15e pour faire le point, et je m'étonne qu'on nous présente aujourd'hui un projet, même trois projets de délibération sur la rue Castagnary, sans que cette concertation n'ait été engagée, contrairement à ce qu'elle avait été elle-même suggéré.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 111.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DLH 111).