Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à la sécurité dans le métro.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u n° 108, qui est relatif à la sécurité dans le métro. Et c?est M. HÉLARD qui prend la parole pour deux minutes.

M. Eric HÉLARD. - Merci.

Madame la Maire, Monsieur le Préfet de police, avec ce v?u, nous voulons signifier que la R.A.T.P. n?est pas un groupe "hors-sol". Il est tenu à des règles définies par un arrêté, celui du 9 décembre 1968, qui est très précis sur un ensemble de points tenant à la fois à la propreté, à la salubrité de ses stations et de ses dépendances.

Il en est de même pour la mendicité et le trouble à la tranquillité des voyageurs dans les rames ou les quais des stations. Aujourd?hui, hélas, on en est loin : persistance de la présence d?auteurs de vols à la tire, violences physiques et verbales, vols de portables à l?arraché, comme je l?ai vu hier encore sur la ligne 7, et des avaries techniques de plus en plus fréquentes, qui exaspèrent les voyageurs. Je pourrais multiplier les exemples à l?infini, tant les conditions dignes de transport des voyageurs ne sont plus réunies aujourd?hui. On est loin, très loin de la propreté et de la sécurité, par exemple du métro de Tokyo, que j?ai visité en février dernier. J?espère d?ailleurs que la Maire de Paris s?en est rendu compte lors de son déplacement nippon, si elle a utilisé ce moyen de transport en commun, car on est sidéré, et le retour à Paris est vraiment brutal. La situation doit évoluer. Il en est impossible autrement. Au groupe UDI-MODEM, nous souhaitons connaître le bilan précis des actions engagées par la Préfecture de police depuis cinq ans et les objectifs qu?elle entend atteindre dans les cinq ans à venir. Je souhaiterais, dans le même temps, connaître les mesures que la Maire de Paris compte prendre à l?encontre de la R.A.T.P. pour que ce groupe respecte enfin les dispositions spéciales de police et de sécurité qui régissent l?exploitation de son réseau de transport. C?est un débat que nous lançons aujourd?hui avec notre président de groupe Eric AZIÈRE, et nous entendons bien nous y investir pleinement dans les semaines à venir. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur HÉLARD. Monsieur NAJDOVSKI, pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Monsieur le Conseiller, je tiens d?abord à souligner que je considère votre v?u comme particulièrement étonnant, pour ne pas dire déplacé, en premier lieu parce que vous amalgamez, dans vos considérants, les phénomènes d?insalubrité ou de mendicité, malheureusement inhérents à la très grande précarité de certaines personnes, à des délits particulièrement graves et crapuleux, comme les vols, les violences physiques ou les trafics de stupéfiants ; en second lieu, en raison du procès injuste que vous intentez aux forces de l?ordre et aux équipes de la R.A.T.P. chargées de la sécurité et de la prévention dans les espaces du métro.

Dans le contexte tragique que nous connaissons depuis plus d?un an de menace terroriste maximale, je crois au contraire que l?ensemble des intervenants de la police et des équipes de sûreté de la R.A.T.P. ou de la S.N.C.F. se sont pleinement mobilisés pour assurer la présence humaine la plus rassurante et dissuasive possible, gérer les nombreux incidents liés aux colis suspects, tout en maintenant les activités classiques de prévention et répression des délits crapuleux. Avant de laisser la parole à M. le Représentant du Préfet de police, je souhaite préciser également que l?ancien président du S.T.I.F., avec le soutien de sa majorité de l?époque, a décidé, dans le nouveau contrat S.T.I.F.-R.A.T.P. 2016-2020, un renfort extrêmement important des effectifs des équipes de sécurité et de prévention de la R.A.T.P. Les 1.000 agents de la R.A.T.P. qui sont en service actuellement seront renforcés dès cette année par 100 agents supplémentaires, mais ces agents doivent d?abord être recrutés et formés. Et un effort encore plus important, avec un recrutement de 300 agents supplémentaires, a également été décidé pour la S.N.C.F. Et, que je sache, la nouvelle présidente de Région et du S.T.I.F., Mme PÉCRESSE, hérite de cette décision prise par son prédécesseur et semble s?en satisfaire, puisque dans son budget 2016, qu?elle a fait voter hier au S.T.I.F., elle n?a pas souhaité engager de moyens supplémentaires en ce domaine. Je suis donc au regret de vous dire que la Maire de Paris ne prendra donc aucune mesure à l?encontre de la R.A.T.P., comme vous le dites dans votre v?u, et je vous invite plutôt à vous adresser directement à la présidente du S.T.I.F., en charge de l?organisation des transports et donc, de la tutelle de la R.A.T.P., pour vos demandes démagogiques en la matière.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI. La parole est au Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Simplement pour rappeler que dans le réseau R.A.T.P., nous disposons quand même d?un service coordonné actuellement avec la R.A.T.P. et le Service régional de la police des transports, qui partagent les mêmes locaux avec un représentant également de la S.N.C.F., de manière à avoir une action coordonnée, efficace et la plus efficiente possible, ce qui fait que je ne peux pas laisser dire qu?il y a une situation qui n?est pas maîtrisée.

Juste pour l?information de l?ensemble des élus, et contrairement à ce qui a été évoqué dans le v?u, dire que les vols à la tire et les vols simples ont diminué entre 2015 et 2014, que les violences volontaires contre les particuliers ont diminué de 6 % en 2015 et que les vols avec violence ont également diminué, là, de 46 %.

Bien évidemment, il faut continuer à travailler, mais ne laissons pas croire non plus que c?est une zone de non-droit et que les choses ne sont pas contrôlées. Il y a une action avec un peu plus d?un millier de policiers dédiés à la police des transports sur l?Ile-de-France. Et donc, leur action est efficace et cohérente avec les autres services de sécurité de la R.A.T.P. et de la S.N.C.F.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Monsieur le Représentant du Préfet de police.

Ce v?u est donc, j?imagine, maintenu ?

M. Eric HÉLARD. - Oui, évidemment. Le débat ne fait que commencer.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Entendu, merci beaucoup, Monsieur HÉLARD.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 108 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le v?u est rejeté.