Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DVD 5 - Accueil des autocars de tourisme dans les parcs de stationnement payant fermés et sur voirie de Paris dans le cadre du Pass Autocar - Marché de services.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Le premier projet de délibération que nous allons étudier ce matin est le DVD 5 : accueil des autocars de tourisme dans les parcs de stationnement. La parole est à M. VESPERINI.

M. Alexandre VESPERINI. - Je suis perturbé par mes collègues retardataires.

Monsieur le Maire, avec ce "pass" Autocar, on en vient un peu à parler d?un des principaux serpents de mer en termes de transports de touristes à Paris. Je crois qu?il y a un certain nombre d?observations à faire quand même sur ce projet de délibération sur lequel notre groupe s?abstiendra.

D?abord, d?une part, c?est très bien d?augmenter la tarification des autocars mais on a un problème à un moment donné, on a deux problèmes.

Le premier problème : il n?y a pas assez de places de stationnement pour les autocars, ce qui fait qu?il est très compliqué de verbaliser les autocars de tourisme à partir du moment où ils n?ont pas de places pour se garer.

Je crois que, de mémoire, vous me contredirez peut-être, il y a 400 ou 500 places de stationnement, et nous avons en général à Paris 1.000 autocars qui circulent en basse saison et 2.000 en haute saison, ce qui pose donc un vrai problème de stationnement et d?efficacité de cette tarification de ce "pass" Autocar. Deuxième problème auquel on est confronté aussi, ce sont les autocars de touristes étrangers qui sont immatriculés ailleurs, ce qui pose également un gros problème de verbalisation. Bon courage pour la verbalisation. Vous nous direz d?ailleurs peut-être si, de ce côté-là, il y a eu des améliorations depuis deux ans. Tout cela pour dire que c?est un peu une politique donquichottesque finalement : on augmente la tarification progressivement, même si elle reste assez inférieure à celle des autres grandes métropoles touristiques et, dans le même temps, on ne se donne pas les moyens de régler la question de la place des autocars de tourisme. Moi qui suis élu de l?hypercentre de Paris, je peux vous dire que cela fait des années que ce problème est posé et nous sommes régulièrement interpellés par les riverains, par les habitants de Paris mais également aussi, je crois, par les touristes qui, eux aussi, seraient tout à fait favorables à ce qu?ils soient, par exemple, déposés aux portes de Paris ou près de la Seine, et qu?ils puissent ensuite être véhiculés sur ce magnifique fleuve qui est, je crois, sous-exploité en termes de transport de personnes jusqu?à présent. Il y a véritablement des idées et des alternatives à ce système qui est assez inefficace. D?ailleurs, je crois pouvoir me faire l?écho, de mon groupe évidemment et aussi, au sein de ce groupe, de Julie BOILLOT qui est notre experte transports et qui vous a déjà interpellés sur cette idée de créer un système de dépose des touristes à l?extérieur de Paris ou aux portes de Paris, en tout cas à l?entrée de Paris, et que l?on puisse ensuite les faire se transporter sur la Seine, puisque la grande majorité des bâtiments et des monuments les plus visités se situent à proximité de notre fleuve. Voilà ce que je voulais dire. Je profite aussi de ce projet de délibération pour vous interpeller sur un autre problème, en termes de transports de touristes, qui est celui du pullulement de tuk-tuk, de pousse-pousse qui se multiplient dans Paris, dans des conditions, excusez-moi, mais c?est véritablement dans une disposition de désordre assez remarquable. J?avais posé une question écrite à la Maire de Paris. J?ai eu une réponse franchement assez baratin technocratique où on m?expliquait que des verbalisations allaient être mises en place. Ces verbalisations, je ne les ai pas vues. Peut-être que vous les avez vues mais je ne les ai pas vues. Je crois qu?il faut que la Mairie de Paris et la Préfecture de police soient extrêmement vigilantes sur la multiplication de ce mode de moyen de visite de Paris, qui ne me paraît absolument pas à la hauteur de l?image que nous devons donner à Paris. D?ailleurs, j?aimerais bien savoir si ces entreprises paient leurs charges, j?aimerais bien savoir quelles sont les conditions de travail des gens qui proposent de visiter Paris aux touristes et j?aimerais bien d?ailleurs savoir dans quelle mesure est-ce que nous ne pouvons pas leur créer des espaces spécifiques à côté de zones touristiques. Voilà ce que je voulais dire entre parenthèse. Mais évidemment le problème reste celui des autocars de Paris. J?aimerais vous entendre sur ce sujet. A nos yeux, les réponses que vous nous apportez avec ce projet de délibération ne nous semblent pas véritablement être à la hauteur des problèmes des autocars, de circulation des autocars, de places des autocars à Paris. Vous êtes, je crois, très attentifs à la place de la voiture à Paris. C?est le moins que l?on puisse dire. J?aimerais vous voir tout aussi mobilisés sur la question des autocars de tourisme. Merci.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur VESPERINI. Que de questions pour M. NAJDOVSKI, pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

M. VESPERINI a un peu débordé du cadre du projet de délibération, mais pour en rester sur le projet de délibération lui-même et répondre à la question de la place de l?autocar à Paris, la Ville de Paris accueille en moyenne 1.000 à 1.200 autocars par jour, dont une majeure partie pour des activités touristiques. Et cette activité est très concentrée sur certains quartiers, notamment les quartiers les plus touristiques. La gestion du stationnement de ces autocars est assurée par le "pass" Autocar, qui est un système d?abonnement qui permet d?utiliser... Monsieur VESPERINI, donc, ce sont 459 emplacements de stationnement que nous avons dans Paris, qui sont répartis de la manière suivante : il y en a 215 dans des parcs de stationnement couverts et 244 emplacements sur la voirie. Ce "pass" permet de stationner pour une durée de 3 à 24 heures, avec une tarification qui varie en fonction de la qualité environnementale des véhicules, puisque nous avons introduit cette différenciation lors d?une réforme des tarifs de stationnement en 2015, et nous allons la poursuivre en 2017 en renforçant l?aspect environnemental de cette tarification. Et l?arrêt et le stationnement doivent se faire sur les emplacements réservés. Tout arrêt ou stationnement en dehors de ces arrêts est considéré comme gênant et le contrôle, vous le savez, est à la charge de la Préfecture de police. D?ailleurs, je regrette que, alors que c?est une question qui concerne éminemment la Préfecture de police et que vous êtes intervenu sur des questions qui intéressent beaucoup la Préfecture de police, il n?y ait pas malheureusement de représentant de la Préfecture de police ce matin pour assister à nos débats. Je vous dirai également que, pour ce qui concerne les emplacements de stationnement pour autocars, vous savez, c?est la patate chaude que chacun veut se refiler et que personne ne veut avoir chez soi. Si vous avez des propositions à me faire pour des emplacements de stationnement pour autocars, je suis tout à fait preneur. On avait par exemple, à une époque, évoqué la possibilité d?en réaliser dans le tunnel Dauphine, dans le 16e arrondissement, mais un refus du maire du 16e arrondissement nous a été opposé. Et s?il y a des propositions que certains maires de votre famille politique peuvent accepter, évidemment, je serai très favorable à ce que nous ayons des propositions très concrètes, que nous étudierons donc avec beaucoup d?attention. Vous exprimez une préoccupation concernant la verbalisation des autocars étrangers. C?est aussi notre préoccupation. D?ailleurs, nous avons un comité autocar que nous réunissons régulièrement, qui s?est réuni d?ailleurs très récemment, et je pense que nous pourrons inscrire aussi cette question de la place des autocars en ville, dans notre ville, lors d?une prochaine Commission extramunicipale des déplacements, puisque c?est un sujet qui est éminemment parisien et auquel tous les groupes politiques du Conseil de Paris sont invités à participer, de manière à ce que l?on puisse faire justement un point d?étape sur la politique menée par la Ville de Paris en la matière. Nous ne sommes pas du tout restés inactifs, au contraire. Nous sommes dans une stratégie de régulation de la place de l?autocar dans Paris. Simplement, il faut bien voir que cette activité est extrêmement concentrée, comme je le disais tout à l?heure. Dans le secteur du quartier de l?Opéra, par exemple, vous avez environ 300 autocars par jour dans ce seul secteur, qui nécessitent un besoin de stationnement qui est l?équivalent d?un linéaire de 2 kilomètres de voirie. On voit donc bien que même si on répondait à la totalité de la demande, ou même ne serait-ce qu?à la moitié de la demande des autocaristes, on ne pourrait pas le faire uniquement sur voirie, ce qui nécessite effectivement d?organiser les choses. Ceci étant, quant à votre proposition d'utiliser la Seine, c?est peut-être une solution qui pourrait être une solution d?appoint, mais qui ne saurait être en tout état de cause la solution qui permettrait de réguler l?ensemble du trafic des touristes dans Paris. Cela me paraît complètement illusoire de croire que l?on va organiser massivement le dépôt des touristes étrangers aux portes de Paris pour les faire utiliser massivement ensuite la Seine, avec, là aussi, des problèmes de report de charge. Quand vous avez des gens qui visitent les quartiers des grands magasins, ils ne sont pas près de la Seine et donc, cela nécessiterait de toute façon d?autres transferts, qui seraient aussi tout à fait nuisibles pour l?environnement. On est d?accord, je pense, pour que l?on ait une approche de régulation face à ces questions. On y travaille donc avec le comité autocar. On renforce la tarification environnementale et les contraintes en la matière. On a bien fait comprendre aussi à la profession et aux donneurs d?ordre qu?il fallait réguler cette activité. Et donc, je vous invite à ce que très prochainement, on ait un débat en ce sens dans le cadre de cette Commission extramunicipale des déplacements, de manière à ce que chacun puisse s?exprimer. On travaille aussi avec les mairies d?arrondissement - je le fais par exemple notamment avec la mairie du 5e arrondissement, avec la mairie du 9e - sur la question des emplacements de déposes-reprises à proximité des grands sites touristiques, et on travaille en bonne intelligence pour trouver des solutions, donc si vous avez des propositions, l?Exécutif parisien y sera très sensible. Et je vous invite plutôt à être dans une opposition constructive pour ensemble trouver des solutions à l?accueil des touristes à Paris, en ayant un accueil de qualité. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 5.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DVD 5).