Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par M. TIBERI relatif à l’extension des limitations de vitesse aux voies de bus.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Le v?u n° 110 est relatif à l'extension des limitations de vitesse aux voies de bus. Monsieur TIBERI, vous avez la parole, pour deux minutes.

M. Dominique TIBERI. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, la Ville de Paris a depuis longtemps créé des quartiers dits tranquilles, zone 30, lieux de rencontre, où la vitesse des véhicules était limitée à 30 kilomètres/heure, voire 20 kilomètres/heure.

Le 5e arrondissement était dès le départ pionner dans le domaine, comme tant d?autres, puisque comportant le plus grand nombre de rues dites zone 30. Madame la Maire de Paris a souhaité étendre largement ces zones 30 pour d'évidentes raisons environnementales et de sécurité. Toute mon intervention est fondée et poursuit comme objectif la sécurité des cyclistes. Je ne mène pas cette démarche par intérêt personnel, pas uniquement, mais tout le monde comprendra bien que la coexistence au sein de voies de bus limitées par un trottoir d'un côté avec souvent des feuilles en automne et un remblai de l'autre côté, avec des vélos qui roulent entre 10 et 15 kilomètres/heure pour la plupart, des bus et des taxis qui roulent à 50 kilomètres/heure, que l'on n'entend parfois pas arriver lorsque le taxi arrive en mode électrique, comme c?est le cas pour les "Prius", cela pose un vrai problème. Je propose donc pour des raisons de sécurité, que l'on retrouve d'ailleurs dans les rues où le contresens vélo est autorisé, une des conditions qui est imposée, c'est la limitation à 30 kilomètres/heure. Toujours les mêmes questions de sécurité qui doivent nous guider. Je voudrais être consensuel, si ce n'est en recherchant l'unanimité de cette Assemblée, en recherchant la sécurité, qui a guidé Edith GALLOIS lorsqu'elle parle de la traversée de la place de la Concorde et qu'elle cherche des voies moins dangereuses que de faire le tour de la place ; Christophe GIRARD lorsqu'il évoque le stationnement dans l'Ile Saint-Louis, ou M. BROS lorsqu'il parle de la circulation des véhicules et gyropodes, c'est quelque chose qui est absolument indispensable. On ne peut pas continuer à coexister de cette manière, sauf à me proposer une autre solution qui constate et lutte contre ce danger qui est cette coexistence, je propose de limiter la vitesse au sein des voies de bus qui acceptent - la quasi-totalité accepte les vélos -, de limiter à 30 kilomètres/heure la circulation dans ces voies. Merci, Madame la Maire.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. La parole est à M. NAJDOVSKI pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Votre v?u, Monsieur le Conseiller, pose la question de la sécurité des cyclistes, qui est un objectif tout à fait prioritaire pour l?Exécutif municipal et nous partageons ensemble cette préoccupation.

Je tiens à rappeler en préambule que même si des accidents peuvent survenir dans les couloirs bus, ceux-ci, lorsqu'ils sont protégés physiquement et sont suffisamment larges pour permettre les déplacements en toute sécurité, c'est-à-dire d?une largeur de 4,50 mètres, constituent un gain de sécurité et de confort apprécié par les cyclistes, par rapport à une situation sans couloirs protégés ou sans pistes cyclables. Il existe cependant des pratiques dangereuses de circulation ou de stationnement illicite dans ces couloirs, et j'encourage la Préfecture de police à sévir autant que nécessaire pour dissuader et réprimer ces infractions. Concernant la mesure que vous proposez précisément, consistant à limiter la vitesse des bus et taxis dans les couloirs bus ouverts aux vélos, à une vitesse inférieure au reste de la voie, celle-ci n'est pas faisable sur le plan réglementaire. Il faut en effet préciser que la limitation de vitesse sur un axe est la même sur toutes les portions de chaussée, et un couloir bus, même protégé physiquement comme il en existe de nombreux à Paris, ne peut être soumis qu'à la même limitation de vitesse qui s?applique sur le reste de l'axe. Ceci étant, puisque nous allons développer le nombre d?axes à 30 kilomètres/heure dans le cadre de la politique municipale d'apaisement de la circulation, le nombre de couloirs bus qui verront leur vitesse limitée à 30 kilomètres/heure va se multiplier, donc cela répondra aussi à votre préoccupation. Pour ce qui concerne les autres axes qui resteront limités à 50 kilomètres/heure, ceux-ci bénéficient déjà ou bénéficieront, dans le cadre du Plan Vélo actuellement mis en ?uvre, d'itinéraires protégés et exclusivement dédiés aux cyclistes au moyen de pistes indépendantes et séparées de la chaussée. Ainsi, sur ces axes, les cyclistes seront très prochainement le plus en sécurité possible, sans avoir à emprunter les couloirs de bus pour les autres véhicules. Pour toutes ces raisons, je vous propose malheureusement de retirer votre v?u. À défaut, je serai obligé de vous donner un avis défavorable.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI.

Monsieur TIBERI, maintenez-vous votre v?u ?

M. Dominique TIBERI. - Même si je suis heureux que l'objectif de sécurité soit partagé par tout le monde, la réponse ne me paraît pas satisfaisante. En effet, vous reconnaissez vous-mêmes que, lorsque c'est possible, il faut sortir les voies cyclistes des voies de bus. C'est donc que le danger existe et tous les utilisateurs dans cette salle ou à cette tribune me comprendront. Donc, je le maintiens.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur TIBERI.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 110 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ? Le v?u est rejeté.