Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 SG 1 - Versement de la contribution 2016 de la Ville de Paris (500.000 euros) au Groupement d’intérêt public "Atelier international du Grand Paris".

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous allons maintenant passer aux dossiers de Jean-Louis MISSIKA. Juste pour vous faire un petit point sur l?avancée de nos débats, nous irons donc ce soir jusqu?au projet de délibération DAE 175. Nous passons donc au projet de délibération SG 1 relatif au versement de la contribution 2016 de la Ville de Paris au Groupement d?intérêt public "Atelier international du Grand Paris". La parole est à M. Alexandre VESPERINI, pour 5 minutes maximum.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci.

On ne parle pas d?Advancity alors ?

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Non, les orateurs se sont retirés.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Monsieur le Maire.

Je me maintiens mais, rassurez-vous, je serai assez court.

C?est tout d?abord pour dire que naturellement au niveau du groupe les Républicains, nous voterons cette subvention.

C'est une subvention pour laquelle nous avons une attention particulière, en tout cas pour ma part, en tant que conseiller métropolitain et assez attentif à la construction et à la mise en ?uvre du fait métropolitain. C'est une contribution de la Ville de Paris à laquelle je suis très attentif, d'autant plus que c'est une somme assez conséquente, même si je ne la remets absolument pas en cause. Si l?A.I.G.P. a besoin de 500.000 euros, il ne faut pas hésiter dans ce domaine.

Cela étant dit, je voudrais faire trois observations.

La première concerne l'évaluation, la documentation qui concerne ce type de subvention. Evidemment, encore une fois, chez les Républicains, nous sommes très favorables à ce que la Ville de Paris s'investisse dans le réaménagement ou l'aménagement de ce nouveau territoire métropolitain qui se met en place progressivement, avec une date très importante en 2016 avec la mise en place de la Métropole.

Cela étant dit, nous souhaiterions qu'il y ait un peu plus d'évaluations, un peu plus de documentations, surtout sur ce type de subvention. D'ailleurs, cela avait été fait, je crois, en début de mandat. Nous avions fait des demandes en 5e Commission. L?A.I.G.P. nous avait fourni un certain nombre de documents sur ce qui était fait en termes de travaux sur le sujet.

Je profite de cette occasion pour vous demander, Monsieur le Maire, que nous puissions avoir à nouveau un certain nombre d'informations sur les travaux qui sont entrepris au sein de cet organisme.

Voilà ma première observation sur l'évaluation et la documentation. Il ne s'agit pas de jouer les scrogneugneux, mais je crois que lorsqu?il s?agit de 500.000 euros, je me mets à la place d'un Parisien qui est attentif à ce qui se passe dans le domaine métropolitain. En lisant simplement ce projet de délibération, je ne pense pas, si je suis un Parisien encore une fois un peu néophyte, je pense qu'à mon avis, je serai en droit d'attendre un peu plus d'information sur ce qui est fait. Je pense en particulier aux 500.000 euros qui ont été versés en 2015.

Si je regarde uniquement ce qui a été fait concernant le climat : deux manifestations en 2015, plus la participation - tout un paragraphe de 15 lignes qui concerne la participation au Comité interministériel du 14 avril 2015 - je ne dis pas que l?A.I.G.P. ne fait rien, je sais que l?A.I.G.P. travaille. Mais je pense qu'il serait bien que nous ayons plus d'éléments de manière à justifier de ce type de montant de subvention. C'est très important, surtout quand on voit à quel point l'opinion a tendance à décrier la multiplication d'organismes, d'acteurs qui travaillent sur la réflexion, la prospective, souvent à grands frais.

La deuxième observation que je voudrais faire, c?est sur la rationalisation de tout cela. Quand on lit ce projet de délibération, on se rend compte qu?il y a finalement l?A.I.G.P., l'APUR, la Région qui travaillent avec l'Institut d?aménagement urbain. Il y a aussi les services de l'Etat - pourquoi les oublier ? - et d'autres organismes qui naturellement ne sont pas décisionnaires. Là encore, il ne s'agit pas de prise de décision, mais il y a des organismes, des associations d'élus qui sont également associés aux travaux sur l'aménagement de la région capitale. A un moment donné, lorsque je me mets à la place de ce Parisien néophyte ou même à la place d'une entreprise, on aimerait y voir plus clair. Je sais que la Mairie de Paris et la Région commencent à se mettre d'accord pour rationnaliser un certain nombre de moyens et mutualiser un certain nombre de services. C'est le cas, notamment, dans le domaine touristique. Il serait pas mal qu'à un moment donné, on arrive à y voir clair. Quand je dis cela, je pense en particulier à la multiplication des initiatives, des projets sur le modèle de "Réinventer Paris". Inventons Paris : je crois qu'en termes de méthode, on peut le dire, c'était une très bonne idée. C'était une suffisamment bonne idée pour qu?ensuite, elle fasse des émules avec la Région et au niveau de la Métropole. Je crois qu'à un moment donné, le risque, c'est peut-être que nous n'y voyons pas assez clair et qu?il y ait une dérive en termes de rationalisation. Enfin, la troisième observation que je voudrais faire, vous en parlez un peu dans le projet de délibération, mais c'est un élément très important sur lequel l?A.I.G.P. doit travailler à mes yeux, c'est le rapprochement avec le citoyen, la démocratisation et les termes - je crois que vous en parlez expressis verbis - de "la vulgarisation de tous ces travaux". Ce débat sur l?architecture, sur la création architecturale, sur la nouvelle physionomie - le visage de la Métropole du Grand-Paris - ne doit pas être un débat d'experts. C'est vrai que c'est un débat technique, qu?il mêle des architectes, des promoteurs, etc., et des élus compétents. A un moment donné, il faut aussi que les citoyens soient associés davantage. Vous parliez de l'atelier participatif décentralisé : cela doit être une réalité. Je termine tout de suite pour vous dire, Monsieur le Maire, que nous voterons cette subvention avec trois choses qui, à mon avis, doivent être trois choses importantes : évaluation, démocratisation, vulgarisation et rationalisation. Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. Jean-Louis MISSIKA, à qui je souhaite bon courage pour répondre à tout cela en cinq minutes.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci beaucoup pour cette intervention, cher Monsieur VESPERINI. Je crois que vous avez soulevé des sujets qui sont tout à fait légitimes. D'abord, je voudrais rappeler que l?A.I.G.P. a joué un rôle important dans le lancement de l'idée de la construction du Grand Paris. Je voudrais juste donner comme exemple le fait que cet appel à projets "Réinventer la Seine", que nous avons lancé avec les maires de Rouen et du Havre, a été inspiré d'un certain point de vue par les travaux d?Antoine GRUMBACH lors des premières esquisses en 2009 de l'Atelier international du Grand Paris sur le Grand Paris et son idée du Grand Paris jusqu'à la mer, laquelle a, en quelque sorte, nourri notre réflexion. C?est à cela que sert l'atelier du Grand Paris. Oui, bien sûr, on a commencé à faire l?évaluation - vous l'avez rappelé - puisque le Président de l'Atelier est venu lui-même devant la 5e Commission présenter les travaux et la fonction de l'Atelier international du Grand Paris. Je suis tout à fait d'accord pour que nous réitérions l'exercice cette année. De la même façon, je voudrais rappeler que l?A.I.G.P. est en mesure de répondre directement à des commandes passées par la Ville de Paris. En 2015, en lien avec Plaine Commune, GPSO et La Défense, nous avons demandé à quatre équipes de travailler sur les mutations des quartiers d'affaires de la Métropole. Les rendus viennent de nous arriver et seront consultables par tous. Je vous propose, là aussi, que, devant la 5e Commission, un compte rendu de ce travail extrêmement intéressant sur la transformation des quartiers d'affaires au XXIe siècle et la stratégie internationale du Grand Paris en matière de quartier d'affaires, puisse être présenté. Sur la rationalisation, vous avez évoqué avec beaucoup de malice le fait que "Réinventer Paris" fait beaucoup d?émules en ce moment. Je le constate moi aussi. Je ne peux que m'en féliciter. Je suis comme vous, peut-être un peu inquiet par la multiplicité des initiatives. Nous avons déjà réussi un premier regroupement ou rationalisation en rapprochant l'appel à projets de la société du Grand Paris sur les "hubs" du Grand Paris avec celui de la Métropole sur "Inventons la métropole". Encore un petit effort et nous arriverons peut-être à convaincre la Présidente de la Région de rapprocher son appel à projets "Dessine-moi le Grand Paris" de ces deux projets, ce qui serait bienvenu, effectivement, pour la clarté du propos. Je pense que vous êtes peut-être mieux placé que moi pour essayer de convaincre la Présidente de la Région de faire cet effort. J'ajouterai qu'en matière de vulgarisation, en tout cas de participation du public, je suis tout à fait d'accord avec vous. Je crois que l'un des grands mérites de "Réinventer Paris" a été de réintéresser les Parisiens à la question urbaine et architecturale. L'exposition du pavillon de l'Arsenal ne désemplit pas. C'est un succès auprès du public. Aussi, j'ai tout à fait l'intention de demander au Président de l'Atelier international du Grand Paris d'accroître ses efforts en matière de présentation au grand public des travaux des architectes et des urbanistes. Effectivement, c'est comme cela que nous arriverons, non seulement à démocratiser la construction du Grand Paris, mais également à faire en sorte que le Grand Paris soit une construction collective. Je vous remercie et vous demande, bien sûr, de voter le projet de délibération.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 1.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2016, SG 1).