Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DGRI 18 - Adhésion au programme Cités interculturelles et convention avec le Conseil de l’Europe.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DGRI 18. Adhésion au programme Cités interculturelles et convention avec le Conseil de l'Europe. Je donne la parole à Mme Marie ATALLAH pour cinq minutes maximum.

Mme Marie ATALLAH. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, la plupart des pays d'Europe sont de plus en plus confrontés au phénomène des migrations. Mais c'est essentiellement aux villes qu'il incombe d'élaborer et de mettre en ?uvre des politiques territoriales d'intégration permettant de garantir l'accès au droit et à la cohésion sociale, et de contribuer à faire en sorte que l'immigration soit un véritable atout et une richesse plutôt qu'un handicap. Le concept de cités interculturelles a été développé pour la première fois dans le cadre d'un projet de recherche pour analyser les liens entre changement urbain et diversité culturelle. Ce projet a introduit un nouveau cadre dans la gestion de la diversité culturelle en milieu urbain. Suite au résultat de ce projet, le Conseil de l'Europe, conjointement avec la Commission européenne, a décidé de lancer en 2008 le programme "Cités interculturelles", qui compte aujourd'hui 95 villes participantes. Il aide les villes à analyser leur politique à travers un prisme interculturel et à élaborer des stratégies pour gérer la diversité de façon constructive et positive, en vue de faire de cette diversité un avantage et un enrichissement pour nos villes et nos sociétés. Je citerai comme exemple de réalisation grâce à ce programme, l'action de Barcelone où il existe désormais un commissaire au Maire pour l'immigration et le dialogue interculturel, qui coordonne les politiques d'immigration et le dialogue interculturel au niveau de la ville. Ce commissaire dispose de compétences transversales étendues, qui touchent à l'ensemble des services de la commune. Le fait que le Maire ait mis son autorité politique au service de la politique interculturelle dont il a fait une priorité de l'actualité municipale, est déterminant pour l'efficacité de l'action menée par le commissaire. La commune a également mis en place un Conseil municipal des migrations présidé par le Maire. Cet outil favorise le consensus politique et l'élaboration des projets municipaux, en prenant en compte la dimension de l'immigration. Le premier de ces projets a été adopté en 2009, à la suite d'une vaste consultation des acteurs sociaux, sur la base d'un solide consensus politique de l'ensemble des partis. Un deuxième projet est en cours de négociation dans le même esprit de consensus. Ce dernier est essentiel et indique clairement aux citoyens que la gestion des migrations est une priorité pour la collectivité entière. Nous nous félicitons donc de l'adhésion de notre ville à ce réseau de cités interculturelles, et souhaiterions, Monsieur le Maire, avoir un peu plus d'éléments d'information sur le projet de notre ville, que vous souhaitez réaliser ou proposer dans le cadre du programme signé avec le Conseil de l'Europe pour ce réseau de cités interculturelles. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Je vous remercie. Pour vous répondre, la parole est à M. KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Avant de répondre à Marie ATALLAH, je voudrais prendre quelques instants pour remercier particulièrement les groupes du Conseil qui ont bien voulu accepter de bousculer l'ordre du jour pour me permettre d'arriver directement de l'aéroport de Roissy jusqu'au Conseil, pour me permettre de répondre aux projets de délibération de la 7e Commission qui concernent les relations internationales. Merci. Concernant ce programme d'adhésion aux cités interculturelles et cette convention avec le Conseil de l'Europe, je remercie encore une fois le groupe Ecologiste de Paris et Marie ATALLAH d'avoir bien voulu attirer notre attention sur ce projet. Chacun connaît l'espace du Conseil de l'Europe, qui est beaucoup plus vaste que l'Union européenne, qui est l?espace de la règle de droit. Chacun connaît son émanation la plus importante, qui est la Cour européenne des droits de l'Homme naturellement. Le Conseil de l?Europe a mis en place un réseau de villes qui est ce programme de cités interculturelles, que Marie ATALLAH a extrêmement bien décrit. A ce stade, l'adhésion permettrait à la Ville, d'une part, de faire un diagnostic sur notre situation et, d?autre part, la mise à disposition d'outils et d'expertise du Conseil de l'Europe, donc de ses organismes associés. Si le Conseil vote ce projet de délibération, ce que je souhaite ardemment, nous pourrons communiquer dès le 7 mai - la fête de l'Europe - sur cette adhésion. Nous devrons désigner un chef de projet coordinateur du programme et organiser une visite d'experts du Conseil de l'Europe de deux jours à Paris. Evidemment, l'idée de la Ville, en rejoignant ce programme, était de mettre en avant notre politique d'accueil des migrants et de travailler avec le Conseil de l'Europe sur cette thématique. Mais, j'ajoute, chère Marie ATALLAH, que je suis totalement ouvert à des propositions de vous-même ou de votre groupe, si vous avez des idées plus précises à nous soumettre pour nourrir cette convention et ce programme d'adhésion. Voilà ce que je voulais vous dire en vous encourageant à adopter ce projet de délibération.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 18.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DGRI 18).