Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à l'intégration des apprentis au dispositif "Initiative emploi".

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Je crois que nous examinons le dernier v?u pour ce matin : le v?u n° 74 relatif à l?intégration des apprentis au dispositif "Initiative emploi". C?est Mme Leïla DIRI qui le présente, en deux minutes maximum.

Mme Leïla DIRI. - Madame la Maire, chers collègues, le dispositif intitulé "Initiative emploi", déployé par la Mairie de Paris, est destiné à mettre en relation les entreprises qui rencontrent des difficultés à recruter avec des chômeurs en recherche d?emploi sur le territoire parisien. Le v?u ici présenté propose d?inclure les centres de formation d?apprentis dans le cadre de ce dispositif.

En effet, au regard des objectifs du dispositif, que nous trouvons pertinents, il nous semble néanmoins nécessaire de compléter l?offre aux Parisiens avec celles que proposent les C.F.A., pour au moins quatre raisons : la première, c?est que les C.F.A., financés majoritairement par la Région et la taxe d?apprentissage, ont du mal à remplir certaines sections, faute de candidat, sur des formations diplômantes ou qualifiantes rémunérées, au fort potentiel de recrutements car pourvue d?employeurs ; environ 9.000 places vides dans les C.F.A. franciliens.

La seconde raison, c?est que les C.F.A. forment des jeunes dans des secteurs qui rencontrent des difficultés de recrutement, comme l?artisanat ou les services à la personne. Si le taux de chômage est en constante augmentation, nous savons et cela a été rappelé tout à l?heure que 30.000 offres sont difficiles à pourvoir faute de candidats. De nombreux secteurs ne parviennent pas à recruter dans les domaines de l?informatique, du numérique, de la vente, de l?hôtellerie-restauration, des services à la personne, du médicosocial, de l?artisanat, etc., faute d?une part d?une inadéquation de l?offre à la demande, et d?autre part d?une orientation défaillante et polluée de représentations négatives, et souvent dégradantes sur certains métiers.

La troisième raison, c?est que les C.F.A. franciliens, même hors Paris, franciliens donc, forment beaucoup de jeunes Parisiens, mais sont également des structures plébiscitées par un grand nombre d?entreprises parisiennes pour recruter des apprentis.

Et enfin, une quatrième raison, et pas la moindre, c?est que l?apprentissage demeure l?une des clés de l?emploi des jeunes et une voie d?accès efficace au marché du travail. En fonction des secteurs, entre 62 et 85 % des apprentis trouvent un travail après leur formation, et en moyenne, 50 % des contrats d?apprentissage se poursuivent par une embauche au sein de la même entreprise.

Pour toutes ces raisons, nous souhaitons que la plateforme "Initiative emploi" associe les C.F.A. franciliens pour diffuser leurs offres de formation et d?emploi et tout autre dispositif permettant à des jeunes et moins jeunes de bénéficier de leurs opportunités.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, la parole est à Pauline VÉRON.

Mme Pauline VÉRON, adjointe. - Chers collègues, vous avez raison : le principal défi en matière d?emploi à Paris, je l?ai souvent dit, est le rapprochement de l?offre et de la demande. Paris est un territoire dynamique économiquement, qui bénéficie de l?investissement public de la Ville. Aujourd?hui, 30.000 offres d?emploi sont difficilement pourvues à Paris. Il s?agit principalement d?opportunités dans les secteurs de l?hôtellerie-restauration, de la sécurité, du médicosocial et de la construction ou du numérique. Nous menons une politique proactive en développant les outils permettant de faire connaître ces offres auprès des chercheurs d?emploi et de les former à ces métiers. Et les C.F.A. sont des partenaires précieux pour former le plus de jeunes possibles dans ces secteurs. Le nouveau service "Initiative emploi" a été créé dans cette perspective de mise en relation entre employeurs qui cherchent à recruter et chercheurs d?emploi, en organisant notamment, je le rappelle, une trentaine de sessions de recrutement par mois dans les points "Paris Emploi" de la Ville de Paris. Les C.F.A. ne sont pas oubliés. Consciente de l?excellent taux d?insertion de leurs élèves en sortie de formation, j?ai souhaité les associer aux activités du service "Initiative emploi", par exemple à l?occasion du forum de l?apprentissage organisé par la Ville, où des dizaines de C.F.A. sont présents chaque année, mais aussi en les invitant à nos rencontres de l?emploi sur les secteurs d?activité en tension, que nous organisons pour identifier les freins à la mise en relation, comme celui que nous avons organisé l?année dernière lors de celui consacré à l?artisanat avec Olivia POLSKI.

Mais vous avez raison, nous pouvons aller plus loin. Je réponds donc favorablement à votre v?u concernant le projet de répertorier les offres des C.F.A. sur la plateforme "Initiative emploi" de la Ville, sous réserve de la suppression des premier et dernier considérants de votre v?u, qui portent sur l?extension du service "Initiative emploi" à toute l?Ile-de-France, car nous sommes compétents uniquement sur Paris. J?allais dire "malheureusement", mais en même temps, c?est déjà cela. Et donc, je vous assure également de notre volonté de continuer à associer les C.F.A. aux activités du service "Initiative emploi".

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Est-ce que ces propositions d?amendements vous conviennent, Madame DIRI ?

Mme Leïla DIRI. - Je les accepte. Néanmoins, c?est important de rappeler que les Parisiens travaillent aussi hors Paris et que les C.F.A. parisiens recrutent des apprentis franciliens indépendamment du lieu d?habitation, même si? Voilà, je les accepte et je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Très bien.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 74 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le v?u amendé est adopté. (2016, V. 82).