Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif au stationnement sur l'île Saint-Louis.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Le v?u n° 102 est relatif au stationnement sur l'île Saint-Louis. Je donne la parole à M. LEGARET, pour 2 minutes maximum.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Comme l'indique ce v?u, c?est par un mail en date du 18 décembre que le Maire du 4e a informé les Conseillers de quartier des Iles que, dans le cadre de l'installation des zones 30, le stationnement serait fortement impacté sur l'ensemble de l'île Saint-Louis, alors qu?en réalité, lors du vote de la délibération en mai 2015 sur la mise en place des zones 30, cette question n'avait jamais été abordée. Comme vous le savez, le Conseil de quartier des Iles a voté le 15 février dernier un v?u à l'unanimité pour demander un référendum local concernant le stationnement dans le quartier. Plus de 800 riverains et commerçants de ce quartier ont signé une pétition. Pour toutes ces raisons, ce v?u est très simple. Il demande que dans les plus brefs délais une concertation soit entreprise par la Mairie du 4e avec le Conseil de quartier des Iles, les riverains, notamment les pétitionnaires et les associations de riverains et de commerçants. Ce v?u demande également qu'après que cette concertation ait eu lieu, les habitants de l'Ile Saint-Louis soient globalement consultés. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur LEGARET. La parole est à M. Christophe GIRARD, maire du 4e arrondissement.

M. Christophe GIRARD, maire du 4e arrondissement. - Merci beaucoup.

L'intervention de Jean-François LEGARET arrive peut-être avec un petit peu de décalage par rapport au dernier Conseil d'arrondissement et les dernières consultations que j'ai pu avoir, aussi bien avec la Préfecture de police qu?avec le conseil de quartier, qui s'est d'ailleurs lui-même renouvelé.

J'avais noté tout à l?heure avec beaucoup d'intérêt, lorsqu'on a examiné le projet de délibération DVD 20, ce qu'avait dit Jean-François LEGARET, en insistant sur le fait que souvent la Ville de Paris avait pris du retard dans la mise aux normes de sécurité de nos rues, de nos installations ou de nos accès. Il s'agissait des parkings mais là il s'agit en effet? Lorsque j'ai organisé cette réunion publique en salle des mariages de la Mairie du 4e, le Représentant des pompiers, le Représentant de la Préfecture de police ont rappelé qu'il n'y avait pas de lien entre le passage en zone 30, et que si nous ne passions pas en zone 30, de toute façon la demande de mise aux normes datait des années 1980, sous Jacques CHIRAC, et qu?elle aurait pu être faite au fur et à mesure. Mais l'île Saint-Louis, finalement, avait été épargnée de cette mise aux normes. Aujourd?hui, les pompiers et la Préfecture de police considèrent qu?il n'est plus possible d'attendre. Très bien, il a été décidé d'instrumentaliser un peu cette inquiétude des habitants. Il se trouve que j'ai vu des commerçants, qu'on leur a expliqué qu'en effet les livraisons se feraient de manière habituelle, qu'il n'était pas question d'empêcher les livraisons, que les clients qui viennent en dehors de l'arrondissement pourraient toujours évidemment stationner quelques minutes s'ils ne gênaient pas en cas d'incendie ou d'accident le passage des pompiers. Simplement, je me suis rapproché de la Préfecture de police et je pense que le Représentant du Préfet de police, M. BOULANGER, pourra être également assez clair. Dans les courriers échangés entre Bertrand DELANOË depuis 2001 et les différents Préfets de police, que ce soit le premier Préfet de police, M. PROUST, M. MUTZ et ensuite ceux qui ont suivi, il est clair que la mise aux normes en sécurité pour l'accès des pompiers est absolument vital. Nous avons vécu dans l'île Saint-Louis l'incendie dramatique de l'hôtel Lambert et, en effet, les pompiers ont accédé à l'hôtel Lambert dans des conditions qui n'étaient pas optimales et qui n'étaient pas totalement assurées. Depuis les attentats, je sais que vous aimez bien rappeler ce que faisait Pierre LELLOUCHE hier quand on parlait des berges. À chaque fois que l'on améliorait, que l?on modifiait la circulation, on mettait en danger l'accès des secours. Moi, je me vois vraiment dans une position d'irresponsabilité que d'aller dire : "Oui, le confort immédiat des habitants doit passer avant leur sécurité." Je pense que je serais un Maire d'arrondissement irresponsable, et j'ai confiance en la Préfecture de police, j'ai confiance dans les ingénieurs, j'ai confiance dans la DVD, mais bien évidemment si nous pouvons obtenir - je termine - quelques améliorations, je suis évidemment preneur. C'est pourquoi j'ai nommé le médiateur de la Ville, Eric FERRAND, pour qu?il puisse rencontrer à la fois les pétitionnaires, les habitants, les commerçants et pour qu?il puisse en effet écouter les différents points de vue, mais franchement la sécurité et le droit prévaudront dans mon cas.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire. La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Pour confirmer ce qu'a dit M. le Maire du 4e et pour dire que c'est un programme pluriannuel qui a été engagé depuis 2001. Notre seul regard, bien évidemment, est celui de la mise en conformité de l'accès des moyens de secours, et ne porte pas sur les autres sujets de la Ville, sur lesquels nous n'avons pas à nous exprimer. Bien évidemment, à l'occasion des différents aménagements et projets qui sont mis en ?uvre par la Municipalité, il est évident que l'on a cette obligation de se mettre en conformité, avec cette possibilité d'examiner toutes les marges de man?uvre que l'on pourra identifier avec l'intervention du médiateur nommé par la Mairie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - La parole est à M. NAJDOVSKI, pour vous répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Notre collègue Christophe GIRARD a déjà dit un certain nombre de choses. Je ne serai pas très long. Permettez-moi d'être malgré tout surpris de voir que ce v?u passe totalement sous silence la question de la mise aux normes pompiers, si, grandement sous silence, le fait que ce sont des nécessités de sécurité qui prévalent pour les mises aux normes pompiers. Une réunion publique d'ailleurs s'est tenue le 28 janvier 2016 à la Mairie du 4e arrondissement. On a pu regretter, à l'occasion de cette réunion publique, que des policiers et des pompiers aient été pris à partie, parfois même assez violemment, par certaines personnes, sur ces questions de stationnement alors que l'on est prioritairement sur des questions de sécurité. Vous savez que depuis 15 ans, à Paris, nous mettons en ?uvre progressivement cette mise aux normes pompiers des voies parisiennes, qui sont indispensables pour permettre tout simplement le déploiement des camions échelles lors d'une intervention et qu?il ne peut donc pas y avoir de dérogation à cette mise aux normes de sécurité. Je souhaite en revanche que la Préfecture de police et la B.S.P.P. puissent nous donner à nous tous, élus Parisiens, la liste des voies pompiers qui restent encore à mettre aux normes au niveau parisien, que cette liste soit la plus partagée possible de manière à ce que chacun ait connaissance de ce qu'il reste à faire en la matière, pour mettre nos voies parisiennes aux normes de sécurité pompiers, afin que chacun partage cette préoccupation et que l'on fasse aussi de la pédagogie vis-à-vis de cette question. Si on peut aussi accompagner, comme l'a proposé d'ailleurs le Maire du 4e, cette mise aux normes pompiers par la possibilité, par exemple, de remplacer du stationnement qui était purement rotatif par du stationnement mixte, c'est-à-dire accessible aux résidents, faisons-le de manière à faire en sorte que la suppression de stationnements soit moins difficile, et en tout cas accompagnée pour permettre malgré tout aux riverains de pouvoir avoir des conditions de stationnement qui leur soient favorables. Bien évidemment, nous apporterons une réponse négative à ce v?u.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI.

Le v?u est maintenu, j?imagine ? Oui.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 102 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ? Le v?u est rejeté.