Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DAC 35 - Subventions (582.500 euros), convention et avenant avec l’association "Théâtre Paris Villette" (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DAC 35 : subventions, convention et avenant avec l?association "Théâtre Paris Villette". La parole est à Danièle PREMEL pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

Mme Danièle PREMEL. - Madame la Maire, chers collègues.

Lors de notre Conseil de décembre 2015, nous avions souligné nos craintes sur l?avenir et le devenir du projet qu?avait porté le Grand Parquet à travers une offre artistique exigeante et diversifiée, tout en impulsant des actions participant à la vie de ce quartier, dont il a assumé sa part de requalification.

La formulation du projet de délibération qui nous était soumis était d?un caractère très général et ne nous indiquait nullement le cahier des charges artistique, culturel et d?ouverture sur le quartier, qui incombait au T.P.V. dans le cadre de sa nouvelle gestion. De plus, nous regrettions le fait qu?un comité de suivi n?ait pas été mis en place. Ce comité, composé de représentants du Théâtre Paris Villette, d?associations locales du 18e et 19e, de nouvelles associations, "Les amis du Grand Parquet", et d?élus des deux arrondissements, à la fois garantissait et aidait l?évolution du projet envers le quartier. Les relations partenariales aidaient à construire avec la population, ainsi que tout ce qui était question des usages et de sécurité. C?est au regard de ces attentes que nous avons examiné ce projet de délibération. Sur le plan du financement, nous sommes aujourd?hui satisfaits. La subvention a été augmentée pour prendre en compte le transfert de la gestion du Grand Parquet. La programmation et le projet du T.P.V. ont pris en compte la qualité artistique et l?ouverture sur le quartier, comme en direction des associations, des bibliothèques et des écoles, ce qui est pour nous un point essentiel et déterminant. Cette programmation nous a été du reste présentée hier, lors d?une réunion publique, dans une salle réaménagée et fort bien réaménagée. Ces avancées nous amènent à soutenir ce projet de délibération. Toutefois, pour le groupe Communiste - Front de Gauche reste un point : celui de la constitution du comité de suivi. Il ne s?agit pas là d?une revendication de principe, c?est parce que nous insistons sur le fait que nous pouvons aider et que nous sommes persuadés que ce comité de suivi pourrait être un appui au projet même du T.P.V. et de sa continuité, et qu?il pourrait être une force positive relevant de l?éducation populaire pour laquelle la culture est un facteur d?émancipation. Donc nous aimerions bien que soit mis en place enfin ce comité de suivi, dont j?ai rappelé la composition au début de mon intervention. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci. Je donne la parole à Pascal JULIEN pour le groupe Ecologiste de Paris.

M. Pascal JULIEN. - L?arrivée de l?équipe du Théâtre Paris Villette, le T.P.V. comme on dit dans le 18e arrondissement, n?a pas suscité grand enthousiasme. Non pas que les publics locaux soient rétifs à tout changement, ils ont parfaitement admis qu?autre chose allait naître. Il en va ainsi de la vie artistique.

La première raison des incompréhensions tient d?abord au fait, Monsieur le Premier adjoint, que vous avez choisi de confier le Grand Parquet au T.P.V., sans passer par un appel d?offres ou par un appel à projets, donc sans procédure transparente, ce qui ne pouvait que susciter un soupçon de sélection par copinage.

Ensuite, dans ce contexte peu favorable, la future association gestionnaire a tardé à nouer des contacts avec les acteurs et le milieu associatif qui avait localement accompagné le Grand Parquet depuis sa création par Danielle FOURNIER, alors adjointe à la culture du 18e.

L?équipe du T.P.V. avait peut-être sous-estimé à quel point l?histoire du Grand Parquet repose sur l?imbrication étroite des publics avec l?équipe d?animation de cet équipement, et que, dans ces conditions, il était nécessaire d?aller au plus tôt à la rencontre des acteurs locaux pour se présenter et discuter, cela malgré le fait que les "Métamorphoses singulières" occupaient encore les lieux.

L?association des "Amis du Grand Parquet" est née en décembre dernier de cette frustration de dialogue et de concertation. Heureusement, depuis le 1er janvier, la situation a évolué positivement, quoique lentement. La consultation des premiers programmes sur Internet a permis de voir se dessiner le projet des nouveaux gestionnaires, mais c?est surtout hier soir que le voile s?est levé vraiment sur leurs intentions, avec la réunion publique qui s?est tenue au Grand Parquet, non pas à l?initiative du T.P.V. mais à celle des mairies des 18e et 19e, devant quelques personnes, essentiellement associatives et venues du 19e. C?est à l?usage que l?on appréciera la qualité du projet qui a recueilli un a priori favorable de la part du public présent, attaché à ce que la nouvelle équipe maintienne malgré tout une certaine fidélité avec l?esprit fondateur du Grand Parquet, c?est-à-dire innovateur. N?est-ce pas ici que sont nés le Théâtre documentaire de Nicolas LAMBERT ou les "Conférences gesticulées" de Franck LEPAGE ? A ces difficultés d?approche du territoire s?est rajouté le fait que l?engagement de préserver en totalité l?emploi du personnel hérité du Grand Parquet n?a pas été tenu, puisque celui en C.D.D. n?a pas été repris. Sauf à plaider de mauvaise foi qu?il ne faisait pas partie de la totalité considérée. D?autre part, le comité de suivi, réclamé en vain depuis dix mois par les écologistes et les communistes, et auquel faisait allusion Danièle PREMEL, aurait pu au moins lever certaines incompréhensions que j?ai évoquées. Un mot sur l?esplanade. Un premier barriérage fut installé sur l?esplanade en juillet 2015 au lendemain de l?opération qui mit fin au campement de réfugiés. On a eu un peu de mal à croire que l?objectif était simplement de protéger du matériel de la DEVE entreposé provisoirement sur l?esplanade, d?autant que la situation est restée ainsi figée pendant des mois, privant le public de cet espace municipal et arboré. Et voilà que désormais les deux tiers de l?esplanade sont ceinturés par un affreux grillage, dont l?espace intérieur est confié au T.P.V. soudain promu gestionnaire d?un espace vert. Est-ce sa mission ? Or, dès l?origine des jardins d?Eole, cette esplanade fut voulue par les riverains et les associations pour être un lieu libre et ouvert jour et nuit. Et cela a parfaitement fonctionné jusque vers 2013, année où les conditions de sécurité se sont dégradées du fait des dealers et des rixes. J?ai d?ailleurs une pensée pour la salariée du Grand Parquet qui, l?an dernier, fut très gravement agressée. Ce n?est pas en grillageant un espace et en le sous-traitant à une association, dont la vocation est le théâtre et non d?assurer la police, que le problème des dealers et des rixes du secteur sera réglé. Dans cette affaire, nous regrettons que la Ville feigne d?ignorer le rôle majeur des riverains et de leurs associations dans l?agrégation, puis dans la gestion des jardins d'Eole. Et l?Esplanade fait partie des jardins d'Eole. La prise en charge de l?esplanade par le T.P.V. ne lui facilite guère la tâche, déjà pas simple, comme on l?a vu. Alors, nous voterons pour le projet de délibération. C?est un vote de confiance qui, en somme, purge certaines maladresses que l?équipe du T.P.V. a pu commettre dans son approche initiale des publics du Grand Parquet. C?est aussi un vote qui ne veut pas pénaliser une association culturelle que nous considérons, comme les riverains, victime de l?incapacité des autorités préfectorales et municipales à assurer par elles-mêmes l?ordre public dans ce secteur géographique. Je vous remercie.

(M. Mao PENINOU, adjoint, remplace Mme Pauline VÉRON au fauteuil de la présidence).

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci, Monsieur JULIEN.

La parole est à Bruno JULLIARD, pour vous répondre.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Merci à Danièle PREMEL, ainsi qu?à Pascal JULIEN pour son intervention toujours amicale et bienveillante sur ce sujet. Je note tout de même que séance après séance, la tonalité est tout de même changeante et, comme je l?avais d?ailleurs prédit il y a quelques mois, je ne doute pas que dans quelques mois, vous interviendrez en soutien du projet de délibération qui apportera la subvention récurrente au Théâtre Paris Villette pour la gestion du Grand Parquet. Et je me souviens que d?ailleurs, c?était une des réponses que je vous avais apportées il y a de cela quelques mois, puisque vous avez vous-même noté que les travaux d?association, de la part des équipes du Théâtre Paris-Villette, association des différents acteurs locaux alentours au Grand Parquet, avaient été pertinents ces derniers mois, tout comme la présentation du projet par l?équipe du T.P.V. a été respectueuse du projet précédent et de l?histoire du Grand Parquet. Je me souviens également que vous aviez quelques craintes. Alors, elles étaient encore moins dures que ce que vous avez cité maintenant, mais j?en ai encore appris sur les sombres désirs qui étaient les nôtres à l?époque. Un des reproches que vous nous faisiez était une volonté probable de diminuer les moyens attribués à ce lieu-là. Vous aurez noté que la subvention qui vous est demandée aujourd?hui d?accorder au Théâtre Paris Villette est supplémentaire et plus importante que l?addition même de la subvention au T.P.V. et au Grand Parquet. Quant à la question du comité de suivi, vous avez raison, Madame PREMEL, ainsi que M. JULIEN, de rappeler cet engagement. Je vous propose que dans les plus brefs délais, nous puissions prendre à nouveau contact avec les équipes du T.P.V., qui ont été par ailleurs extrêmement occupées ces dernières semaines, comme vous l?imaginez, pour qu?en effet, selon les modalités qui respecteront les engagements, mais qui pourront peut-être même être encore plus élargies, nous puissions mettre en place ce comité de suivi pour vérifier que l?ensemble des engagements soit bien respecté, comme c?est le cas depuis le début de ce choix qui a été de confier le Grand Parquet aux équipes du T.P.V.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 35.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DAC 35).