Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DPE 34 - Subventions du SYCTOM pour des actions de prévention des déchets. - Création de déchetteries. - Signature de deux conventions. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DPE 34 et le v?u n° 114 bis. La parole est à Mme Aurélie SOLANS.

Mme Aurélie SOLANS. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, je voudrais ici saluer l'engagement de notre Exécutif qui s'empare de l'enjeu de développer le secteur du réemploi. Relever ce défi d'augmenter la part de réemploi dans notre ville est colossal puisque nous partons de très peu. Cela passe, en particulier, par une évolution nécessaire de nos déchetteries pour qu?elles contribuent à cet objectif.

C'est l'objet de la proposition que nous avons faite sur ce projet de délibération qui concerne deux nouvelles déchetteries à Pantin et à Ménilmontant. Prévoir un espace pour le réemploi qui suppose une adaptation des dispositifs habituels, un changement en quelque sorte culturel dans notre conception de la déchetterie. Elles pourront ainsi devenir des sites de collecte d'objets, de matériaux réemployables, avec une évidente mise en cohérence avec tous les dispositifs de la prévention : la valorisation des déchets, de leur tri, de leur réemploi, y compris les ressourceries.

Paris suit une stratégie d?amélioration de la gestion des déchets et nous la soutenons. Paris doit se lancer pleinement dans la stratégie de zéro déchet. Là, notre marge de progression reste importante. D'après le SYCTOM lui-même, 42 % des déchets de nos poubelles ne devraient pas s'y trouver puisqu?ils sont recyclables et répondent à des consignes du tri existantes. L'amélioration du tri est donc bien évidemment un objectif majeur. Je sais que notre majorité est investie sur cette question. Nous avons cette occasion historique, en nous engageant dans une démarche zéro déchet, zéro gaspillage, de diminuer le recours à l'enfouissement. C'est un défi, un pari, pas si risqué que cela, et aussi une chance pour le développement économique local. Parmi les actions à poursuivre ou à lancer, il nous faut, par exemple, tripler le compostage domestique et de quartier, lutter contre le gaspillage alimentaire ou encore communiquer massivement sur la nécessité de lutter contre l'obsolescence programmée par la promotion de pratiques de consommation responsables. Nous devons accélérer le développement des activités du réemploi et de la réparation en soutenant la structuration de ces secteurs, en travaillant à mettre en place la tarification incitative d'enlèvement des ordures ménagères. Collecter et trier, c?est positif, nécessaire même, mais ne pas produire de déchets va plus loin, car c?est ce qui permettrait à nos collectivités de faire le plus d'économies, de préserver nos ressources, de créer des emplois. La réparation, le réemploi, la collecte de bio-déchets sont autant d'activités beaucoup plus intenses en travail humain et non délocalisables, que la mise en décharge ou l'incinération. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à Mao PENINOU.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Merci, Aurélie SOLANS, de cette intervention. Il y a de cela quelques semaines, lors du dernier Conseil, au mois de février, j'avais présenté une communication sur la propreté et sur le plan de relance du tri. C'est bien dans cette dynamique que nous nous trouvons aujourd'hui avec ce projet de délibération. Vous l'avez souligné, la Municipalité parisienne, notamment Antoinette GUHL et moi-même, travaillons depuis maintenant deux ans sur un plan destiné à réduire très fortement les déchets, et surtout les déchets qui sont gâchés dans le sens où ils ne sont ni recyclés, ni réemployés. Je corrigerai simplement ce que vous avez indiqué, en disant qu'il ne s'agit pas de limiter l'enfouissement, mais bien de le supprimer totalement, et, par contre, en effet, de limiter l'incinération puisque c'est le choix que nous faisons aujourd'hui, notamment dans le cadre de cette stratégie zéro déchet. Dans ce contexte, d'ailleurs, j'ai fait parvenir à l'ensemble des conseillers de Paris avant-hier la nouvelle campagne de communication qui, depuis hier soir, s'étale sur les panneaux de la Ville de Paris et sera doublée de l'envoi à 1,5 million d'exemplaires d'un guide du tri à l'ensemble des ménages parisiens. C'est dans ce cadre justement que nous ouvrons deux nouvelles déchetteries. Nous avons un plan destiné à installer des déchetteries sur l'ensemble du territoire parisien d'ici la fin de la mandature. Il s'agit là de deux déchetteries qui avaient été lancées sous la précédente mandature. La première, celle de la porte de Pantin, qui va ouvrir cette année, d?ici cet été, et la deuxième, celle du boulevard Ménilmontant, qui sera l?une des premières déchetteries en quartier dense. Elle sortira dans les deux ans qui viennent. Nous l'espérons. Je tiens à vous dire notre accord total avec votre amendement, mais il est compliqué de l'intégrer en tant qu'amendement parce que cela retarderait l'ensemble de la procédure. C'est pourquoi je vous propose de le transformer en v?u. J'ai pris l?engagement devant le Conseil du 19e arrondissement, et je le reprends ici, que dans ces deux déchetteries il y ait bien des lieux qui soient destinés au réemploi, qu'avec Antoinette GUHL nous pourrons conventionner avec des associations pour que l'on puisse effectivement traiter des déchets, non seulement dans le recyclage, mais aussi dans le réemploi, donc à la source. Si vous acceptez de transformer cet amendement en v?u, j'y donnerai bien entendu un avis très favorable.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Madame SOLANS, acceptez-vous ?

Mme Aurélie SOLANS. - Nous l'acceptons et nous saluons tout à fait cette démarche vraiment très positive.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Bien. Donc l'amendement n° 114 est retiré.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 114 bis de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2016, V. 98).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 34.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DPE 34). Je vous remercie.