Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DEVE 17 - Dénomination "Jardin Clara Zetkin" attribuée au jardin situé 21, avenue Boutroux (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DEVE 17 : dénomination "Jardin Clara Zetkin" attribuée au jardin situé 21, avenue Boutroux dans le 13e arrondissement. La parole est à Jean-Noël AQUA, pour cinq minutes, et ensuite, Danielle SIMONNET.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Fille d?un instituteur et d?une militante féministe, Clara Zetkin, née Eissner, nait en 1857 en Allemagne. Elle étudiera à l?Ecole normale de femmes de Leipzig. En 1878, à 21 ans, elle adhère au S.A.P., ancêtre du parti social-démocrate allemand, le S.P.D.

Les lois antisocialistes la contraindront à l?exil, expulsée de Saxe, elle passera par Zurich avant de s?installer en 1882 aux côtés de son compagnon dans le 13e arrondissement de Paris, où ils habiteront près de quatre ans. C?est là où elle deviendra correspondante du journal du S.P.D. et où son compagnon prendra la tête du premier mouvement des ouvriers immigrés à Paris.

Elle participera en 1889 au congrès de la deuxième Internationale. Revendiquant l?émancipation des femmes par le travail et l?égalité totale des droits sociaux et professionnels entre hommes et femmes, elle déclarera : "la situation des travailleuses est identiques à celles des travailleurs", et affirmera la place que devront prendre à l'avenir les femmes dans la lutte des classes.

Son retour dans une Allemagne libérée des lois antisocialistes lui permettra de développer le mouvement féminin socialiste et de créer en 1892 le journal "L?Egalité". Membre du parti social-démocrate allemand depuis 1906, elle sera élue dès 1907 présidente de l?Internationale socialiste des femmes. Elle proposera en 1910, avec Alexandra Kollontaï, la création de la "Journée internationale des femmes", afin de militer pour le droit de vote des femmes, objectif principal de l?Internationale des femmes socialistes, l?égalité des sexes et le socialisme. Cette journée est à l?origine de la "Journée internationale des droits des femmes", officialisée en 1977 par l?ONU. L?Internationale des femmes socialistes était également résolument pacifiste. Alors que la grande guerre est imminente, Clara Zetkin dénoncera en 1914 la course à l?armement, et appellera au "sens de la solidarité des prolétaires" et au "sublime message de la paix socialiste". Elle fondera clandestinement, avec son amie Rosa Luxemburg, notamment, la ligue Spartakiste, s?opposant à la guerre et militant pour le pouvoir aux conseils ouvriers. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la révolution allemande de novembre 1918 permet aux femmes l?obtention du droit de vote et d?être élues. Clara Zetkin, alors exclue du S.P.D., adhérera en 1920 au parti communiste allemand, le K.P.D., dont elle sera plus tard une dirigeante, et sera élue députée de 1920 à 1933. Elle participera au 18e congrès de la S.F.I.O. à Tours en 1920, qui verra une branche adhérer à la troisième Internationale, donnant naissance à la section française de l?Internationale communiste. En 1932, présidente du Reichstag, en sa qualité de doyenne, elle s?opposera courageusement au nazisme et au fascisme, et devant un Reichstag avec de trop nombreux députés nazis, elle appellera à : "le front uni de tous les travailleurs pour repousser le fascisme, et pour conserver ainsi aux esclaves de l?exploitation la force et la puissance de leurs organisations, et même tout simplement pour les conserver en vie". Après l?arrivée des nazis au pouvoir, le parti communiste allemand sera interdit et Clara Zetkin, alors exilée à Moscou, s?éteindra en 1933. C?est avec une profonde admiration de son parcours de femme et une éternelle reconnaissance de ses luttes que nous voterons ce projet de délibération. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Mme Danielle SIMONNET a la parole.

Mme Danielle SIMONNET. - Après cet exposé ô combien complet, je serai du coup beaucoup plus courte, et je remercie mon collègue, parce que je pense que c?est extrêmement important de saluer chaque décision que nous prenons de donner à un jardin, à une place, à une rue, le nom d?une femme, et qui plus est, une femme engagée, et là, qui plus est, une femme engagée et révolutionnaire.

Donc, oui, je suis ravie et je salue cette décision de donner à ce jardin du 13e arrondissement le nom de Clara Zetkin, parce que ce n?est pas anecdotique ni marginal de redonner aux femmes, et plus spécifiquement à de grandes révolutionnaires, comme on l?a fait il y a quelques mois avec Claire Lacombe, avec Pauline Léon, toute leur place dans l?espace public et dans les noms de rues dans l?imaginaire collectif. Et vous savez à quel point il manque de représentations de femmes dans l?imaginaire collectif politique.

Clara Zetkin, oui, était une grande journaliste qui a fondé le journal "L?Egalité", outil de formation politique et d?éducation populaire, d?abord à destination des femmes, dédié à la conquête par les femmes de droits fondamentaux. Elle s?est ainsi battue pour l?obtention du droit de vote des femmes, mais pas seulement.

Ainsi, dès 1889, elle déclarait ceci à la tribune, au congrès fondateur de la deuxième Internationale : "les pays dans lesquels existe le suffrage dit universel, libre et direct, nous montrent qu'en réalité il ne vaut pas grand-chose. Le droit de vote sans liberté économique n'est ni plus ni moins qu'un chèque sans provision. Si l'émancipation sociale dépendait des droits politiques, la question sociale n'existerait pas dans les pays où est institué le suffrage universel. L'émancipation de la femme comme celle de tout le genre humain ne deviendra réalité que le jour où le travail s'émancipera du capital".

Elle est belle, cette phrase ! Et j?espère que vous serez nombreux à y réfléchir, et du coup, à savoir quoi faire demain dans les rues de Paris.

Donc, oui, Clara Zetkin, initiatrice de la journée des droits des femmes, organise en 1907 à Stuttgart, la première Conférence internationale des femmes socialistes, événement fondateur de l?Internationale socialiste des femmes. Et comme mon collègue a pu le dire précédemment, comme il l?a très bien décrit, elle s?engagera contre la guerre avec Rosa Luxemburg, puis sera une grande résistante contre le nazisme, avant de devoir s?exiler par la suite. Donc, j?espère non seulement que tout le monde votera ce projet de délibération, mais aussi que dans le 13e arrondissement et au-delà, nous saurons faire partager justement la mémoire de cette grande révolutionnaire que fut Clara Zetkin. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Mme Catherine VIEU-CHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Surtout pour entendre les louanges de Clara Zetkin, c?est important quand même. Jean-Noël AQUA et Danielle SIMONNET ont vraiment brossé le portrait magnifique de cette très grande femme parisienne, qui aura son nom inscrit dans un jardin au 21, avenue Boutroux dans le 13e arrondissement. C?est vraiment important pour Paris de célébrer l?engagement politique, la liberté et le féminisme. Effectivement, vous avez rappelé beaucoup de choses. Ses convictions lui ont survécu. Elle a défendu aussi une conception moderne du couple au sein duquel les partenaires doivent être égaux en droits. Elle a vraiment milité pour le travail des femmes. Je trouve que c?est important que Paris lui rende hommage, comme il avait rendu hommage à Rosa Luxemburg, l?amie de Clara Zetkin. Je serai très heureuse, dans quelque temps, d?inaugurer avec ma collègue Pénélope KOMITÈS ce très beau "jardin Clara Zetkin" dans le 13e arrondissement. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Très bien.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 17.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le projet de délibération est donc adopté à l?unanimité. (2016, DEVE 17).