Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Ouverture de la séance.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, la séance est ouverte. Hommages aux victimes des attentats de Bruxelles.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, Monsieur le Préfet de police, Monsieur le Bourgmestre de Bruxelles, cher Yvan MAYEUR, mardi dernier, la barbarie terroriste a encore frappé, tuant 35 personnes et faisant plusieurs centaines de blessés en plein c?ur de Bruxelles. Au nom de notre Assemblée et au nom des tous les Parisiens, je me suis immédiatement rendue à Bruxelles où j'ai pu dire la solidarité absolue de Paris vis-à-vis de l'une de ses villes s?urs. C'est au nom de cette solidarité que nous accueillons aujourd'hui Yvan MAYEUR, le Bourgmestre de Bruxelles, et avec lui, l'ensemble des Bruxelloises et des Bruxellois frappés par le terrorisme. Nos pensées vont bien sûr à chacune des victimes et c'est avec une très vive émotion que j'adresse à leurs familles et à leurs proches, les condoléances de notre Assemblée. Nous assurons le peuple belge de notre complète solidarité et de celle des Parisiens. La Belgique est un pays ami, un pays frère. Chacun de nous est meurtri par ces actes abjects, aveugles, lâches. Je veux avoir une pensée particulière aussi pour les victimes et les rescapés des attentats du 13 novembre, qui sont replongés aujourd'hui à travers ces événements tragiques dans l?enfer qu'ils ont vécu. Je voudrais saluer d'ailleurs les associations des victimes et notamment l'Association du 13 novembre, avec son président Georges SALINES, qui est aussi un membre de notre Ville puisqu'il travaille dans notre Ville. Je veux aussi saluer tous les services de secours qui étaient présents lors des attentats de Paris et qui sont aujourd'hui avec nous, ici, dans ce moment de recueillement pour les victimes des attentats de Bruxelles. Maintenant, s'ouvre pour la Belgique et pour Bruxelles une longue et douloureuse période de deuil et de reconstruction. Je sais que les Belges sauront traverser cette épreuve dans le rassemblement, la solidarité et l'esprit fraternel et chaleureux qui les caractérisent, malgré les tentatives de violence d'une minorité animée par la haine et le racisme. Je sais que des Belges feront triompher leur vivre ensemble. Ils feront triompher la vie et nous serons à leurs côtés, nous qui avons vécu des événements semblables. L'Europe a été visée en son c?ur une nouvelle fois, ce sont nos valeurs fondamentales qui sont attaquées. La liberté, l'humanisme, la tolérance, la mixité, notre attachement inébranlable à la démocratie. Mais je n'oublie pas ici les villes plus lointaines, mais non moins éprouvées qui ont été frappées ces derniers jours. Je pense bien sûr ici aux chrétiens pakistanais massacrés à Lahore alors qu?ils célébraient la fête de Pâques, et je pense aussi à nos amis ivoiriens qui font face aux mêmes attaques. Je dis haut et fort, en présence du bourgmestre de Bruxelles, la solidarité de Paris avec toutes les villes victimes du terrorisme. Notre réponse doit être ferme et intransigeante. Nous devons poursuivre et amplifier nos efforts afin d'assurer la sécurité de nos concitoyens et je salue à nouveau le professionnalisme et le courage des forces de police, Monsieur le Préfet, sous votre autorité, des forces de la gendarmerie et de l'armée qui sont chaque jour mobilisées sur le terrain. Nous devons d'autre part poursuivre et accentuer encore nos actions en matière d'éducation, de vivre ensemble et de dialogue entre toutes les composantes de notre communauté nationale. Parce que c'est l'Europe qui est visée, c?est aussi à l'échelle de l'Europe que nous devons combattre ces fanatiques, trouver des solutions communes pour renforcer notre sécurité, s'unir autour des valeurs que nous avons en partage. Face à cet ennemi qui n?est guidé que par la haine, la mort et le fanatisme, nous avons le devoir de rester debout et la responsabilité de ne rien céder à nos convictions. Aucune menace, aucun crime ne parviendra à nous faire renier ou encore oublier ce qui nous rassemble. C'est en étant fidèles à ce que nous sommes que nous résisterons à ceux qui espèrent nos divisions et nos reniements pour nous vaincre. Nous ne céderons jamais, nous ne céderons jamais. En mémoire des victimes des attentats du 22 mars à Bruxelles, je vous invite à présent à écouter le Bourgmestre de Bruxelles, M. Yvan MAYEUR, puis à observer ensemble une minute de silence.

M. Yvan MAYEUR, Bourgmestre de Bruxelles. - Madame la Maire de Paris, chère Anne HIDALGO, Mesdames et Messieurs les conseillers, permettez-moi, chers collègues, Paris, le 13 novembre 2015, 130 morts et plus de 400 blessés ; Bruxelles, le 22 mars 2016, 35 morts et plus de 300 blessés. Après Paris, Bruxelles est à son tour frappée d?effroi. Nos deux villes attaquées et meurtries, des familles entières endeuillées, des enfants, des femmes, et des hommes blessés et mutilés. C'est la même cellule terroriste qui a commis les attentats dans nos deux villes. Cette cellule terroriste qui a trouvé refuge à proximité immédiate de nos villes.

Avec les victimes et leurs familles mais aussi pour l'ensemble de notre collectivité, nous sommes en droit d'exiger que les enquêtes conjointes fassent toute la lumière sur ce qu'il faut bien appeler une base arrière du djihadisme dans certains quartiers et les complicités qu'elle y a trouvées.

Au travers des victimes de toutes origines, c'est la diversité européenne de notre ouverture sur le monde qui est attaquée. Le fanatisme et la barbarie s?en sont pris à nos valeurs fondamentales : la démocratie, la liberté, l'égalité entre les hommes et les femmes, l'humanisme, les lumières. Ce sont ces valeurs précisément et notre modèle social qui nous ont permis de relever notre continent dans l'unité de la construction européenne après la déflagration de la Seconde Guerre mondiale. A Bruxelles, c'est donc le symbole de l'Europe qui est attaqué.

Ces actes de violence aveugle ne peuvent bénéficier d'aucune excuse. Il n'y a pas de situation sociale ou culturelle, de frustration ou même d'exclusion qui puisse justifier de tuer. Mais il est du devoir de nos sociétés de rendre intelligibles ces phénomènes de radicalisme pour qu?à la suite de nos émotions, les réponses adéquates soient apportées afin d'éradiquer ces mouvements extrémistes.

Comment des jeunes nés ici en Europe, éduqués par nos soins, bénéficiant des standards de vie et des valeurs les plus élevées que l'humanité ait produites pour le plus grand nombre, comment ont-ils basculé dans la haine et le fanatisme meurtrier ? Nous devons avoir le courage de rechercher la vérité et de la dire. Déjà, des liens s'établissent aujourd'hui clairement avec les milieux criminels et le grand banditisme, ce qui doit élargir le champ de nos investigations et les enquêtes pour déjouer les futurs attentats. Il est urgent aussi d'opposer des conditions drastiques au retour des combattants qui veulent poursuivre ici l?échec de leur guerre sainte. Mais l'organisation et l'enseignement des cultes, les phénomènes sectaires, les pratiques non conformes à l'État de droit, en particulier le respect de nos libertés et de l'égalité hommes-femmes, autant de sujets sur lesquels il faut des réponses claires et non équivoques des autorités et n'acceptant aucun estompement de la norme démocratique. Notre société de liberté est fondée sur l?éthique de responsabilité et celle-ci incombe à tous, des autorités jusqu'aux citoyens. Car il n'est pas de droit sans devoir. Cela implique de la part de chacun le respect de nos règles de vie commune. Sans jamais transiger avec notre sécurité ni avec nos valeurs démocratiques, nous devons continuer à construire une société inclusive ou chacun bénéficie des mêmes chances de trouver sa place. C'est dans la mixité et exclusivement grâce à l'indispensable mixité sociale, culturelle, de générations que nos villes-monde pourront se développer au bénéfice de chacun. C'est la mixité qui produit les progrès de notre société. Le repli sur soi, la ségrégation spatiale, la ghettoïsation sont les levains des drames que nous avons vécus et sans doute d'autres à venir. C'est par l'éducation, la science et la culture que l'on vaincra les ténèbres. Madrid, Londres, New York, Tunis, Ankara, Bamako et malheureusement d'autres grandes villes ont également subi des attentats terroristes. A chaque fois, les citoyens se sont mobilisés pour dire non à la haine et pour reconstruire leur ville. Aujourd'hui, du monde entier, des messages de condoléances et de soutien à notre population arrivent à l'Hôtel de Ville de Bruxelles. C'est avec gratitude que nous recevons ces messages d'encouragement. Ils sont adressés aux victimes mais aussi aux forces de l?ordre et aux services de secours, qui ont une fois de plus démontré leur grand professionnalisme. Permettez-moi de vous adresser, au nom du Conseil communal de la ville de Bruxelles, nos remerciements pour vos marques de soutien et de réconfort que votre Maire, Anne HIDALGO, est venue nous apporter le lendemain des attentats. Les Parisiens et les Bruxellois sont debout. Avec force et dignité, ils relèvent la tête. Montrons-nous, leurs élus, à leurs côtés et à la hauteur des efforts qui nous attendent pour reconstruire et défendre nos villes et nos citoyens. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Je vous propose de procéder à une minute de silence.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Je vous remercie. Je vais raccompagner notre collègue qui va passer la journée parmi nous et pouvoir rencontrer différents services, organismes et associations. Nous reprenons dans 2 minutes.

(Suspension de séance de 2 minutes).