Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe SOCA relatif à la dénomination d'une rue ou d'un lieu portant le nom de Zabel Essayan.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons maintenant au v?u non rattaché n° 85, relatif à la dénomination d'une rue ou d'un lieu portant le nombre de Zabel Essayan. M. Philippe DUCLOUX a la parole.

M. Philippe DUCLOUX. - Oui, Monsieur le Maire.

Là aussi, je voudrais m'exprimer sur une grande dame : Zabel Essayan qui est née en 1878 à Scutari et qui a disparu dans le goulag soviétique en 1943. C'est une femme de lettres arménienne, la plus importante du XXe siècle et plusieurs de ses ouvrages ont été traduits et publiés en français. Il faut savoir qu'elle a vécu en exil à Paris, qu'elle a milité pour la création d'une éphémère Ligue de solidarité des dames ottomanes sans distinction de nationalité. Zabel Essayan a été très proche à Paris de plusieurs militantes féministes dont Mme Marya Chéliga-Loevy, la fondatrice du théâtre féministe, mais elle a toujours refusé l'étiquette de "féministe", même si elle l'était évidemment, au motif qu'elle voulait militer pour tous les opprimés. Elle a également écrit un ouvrage magistral qui s'appelle "Dans les ruines", en 1911, où elle souligne fortement ces considérations. Elle invite le lecteur à ignorer toute réaction de haine raciale, tout préjugé et tout sentiment préconçu, à ignorer et même oublier la nationalité des uns et des autres, pour ne retenir que la douleur, l'indignation, la rage, le désespoir d'êtres humains opprimés. Vous l'aurez compris, évidemment, le 11e arrondissement a voté ce v?u à l'unanimité. Comme Zabel Essayan a fait preuve d'une immense détermination pour soutenir l'instruction des jeunes filles, mais aussi des innombrables orphelins rescapés du génocide des Arméniens, nous souhaitons, François VAUGLIN, les élus du 11e arrondissement et moi-même, que le nom de Zabel Essayan soit donné, soit à une place, soit à une rue mais un lieu emblématique de notre arrondissement, un lieu de mémoire par excellence. Je vous remercie, mes chers collègues.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Mme Catherine VIEU-CHARIER pour vous répondre.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je m'associe pleinement à cette volonté de rendre hommage à cette femme arménienne francophone, un temps parisienne, libre, engagée, qui a vécu et écrit sur la catastrophe du Génocide arménien dont, vous vous en souvenez, nous avons commémoré l'an dernier les 100 ans, notamment avec le massacre d?Adana. A la suite des massacres contre les Arméniens, Zabel Essayan a consacré plusieurs années de sa vie à porter la voix des victimes du génocide, notamment en collectant des témoignages de survivants et en organisant des conférences pour les transmettre. Malheureusement, Zabel Essayan a été rattrapée par l'horreur stalinienne et elle a effectivement disparu dans le Goulag, qui est la face la plus noire que l'on puisse connaître du communisme. Dénommer un lieu au nom de Zabel Essayan, c'est témoigner de notre attachement à reconnaître pleinement les discriminations, les génocides et à lutter contre cela. C'est un travail de témoignage, de mémoire, de transmission, dans lequel justement Zabel Essayan s'était pleinement investie. C'est donc un avis favorable que j'émets à ce v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Parfait.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 85 avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ? Le v?u est adopté. (2016, V. 88).