Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DJS 372 - Modification, à l'occasion de leur renouvellement, des autorisations d'occupation temporaire du domaine public du centre sportif Jean-Bouin (16e) délivrées à l'association Paris Jean-Bouin et à la société Team Lagardère.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons à l'examen du projet de délibération DJS 372 relatif à la modification, à l'occasion de leur renouvellement, des autorisations d'occupation temporaire du domaine public du centre sportif Jean-Bouin délivrées à l'association "Paris Jean-Bouin" et à la société "Team Lagardère".

La parole est à M. GAREL, pour 5 minutes.

M. Sylvain GAREL. - Monsieur le Maire, je ne vais pas prendre ces 5 minutes parce que le débat sur Jean-Bouin, nous l?avons eu à de multiples reprises.

Tout le monde sait ce que nous en pensons. Pour nous, c'est un projet inutile et cet argent pourrait servir à beaucoup d'autres choses, en particulier à accélérer le prolongement du tramway jusqu'à la Porte d'Asnières.

Mais je voulais profiter de cette délibération pour interroger l'Exécutif sur les menaces d'abattage d'arbres qui nous ont été signalées à cause de ce projet. Plusieurs dizaines d?arbres, qui sont actuellement autour de l?enceinte de l?actuelle salle de rugby, seraient menacés d'abattage rapide et nous aimerions, à l'occasion de cette délibération, interroger l'Exécutif pour savoir ce qu'il en est, s'ils doivent bien être abattus, si oui, quand et qu'est-ce qui va se passer : est-ce qu?on va les remplacer ou est-ce que ces arbres vont passer par pertes et profits ?

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.

La parole est à M. David ALPHAND.

M. David ALPHAND. - C'est presque de la télépathie avec Sylvain GAREL car, effectivement, il s'est produit au cours des derniers jours à Jean-Bouin un phénomène extrêmement troublant. Je ne sais pas si c'est ce qu'on appelle le "naming", selon l'Exécutif municipal, puisqu?on vient de parler du P.O.P.B., mais il se trouve que, sur certains arbres de l'enceinte de Jean-Bouin, sont apparues des taches blanches. Sylvain GAREL parlait de plusieurs dizaines ; en réalité, ce sont 37 arbres qui ont fait l'objet de ces taches blanches.

Nous souhaitons demander au Maire de Paris, qui poursuit sa course folle autour de Jean-Bouin, qui va mener à une catastrophe industrielle, ce que signifient ces taches blanches sur ces troncs ; est-ce que cela signifie que ces arbres seront abattus de manière imminente ?

Il ne nous semble pas d'ailleurs que, ni dans le permis de démolition ni dans celui de construction, cette autorisation ait été accordée à la Ville de Paris. La question est donc très simple, elle appelle une réponse également claire et simple.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Monsieur le Maire du 16e, voulez-vous rajouter un mot ?

M. Claude GOASGUEN, maire du 16e arrondissement. - Plusieurs, cher ami, plusieurs !

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Ne soyez pas trop long !

M. Claude GOASGUEN, maire du 16e arrondissement. - Je voudrais moi aussi, bien entendu, dire que ce projet de délibération n'est en réalité provoqué que par la casse qui se prépare. C'est la raison pour laquelle, tout en soutenant les associations qui sont concernées, nous avons voté contre dans le cadre du Conseil d'arrondissement.

La casse qui se prépare sur le stade Jean-Bouin est désormais manifeste et va au-delà des simples problèmes juridiques puisque, par plusieurs actions, on voit bien que l'irréparable va être commis, malgré toutes les difficultés juridiques, financières et de principe qui ont été soulignées, notamment par M. GAREL.

Moi, je voudrais simplement dire que nous voterons contre cette espèce de maquillage qui, en réalité, camoufle une destruction et une voie de fait, en précisant que cela va au-delà des abattages d'arbres - on me parle, à moi, de 70 arbres en question - mais aussi des pressions qui sont faites sur les professeurs d'éducation physique des lycées environnants pour qu'ils déménagent dans les plus brefs délais tout leur matériel qui permettra de finir l'année scolaire, afin de faire partir les bulldozers plus tôt sur ce fameux stade dont on aura tant parlé.

Je crois qu'il n'y a plus rien à dire maintenant, il ne reste qu'à voir la détermination et les conséquences de la détermination du Maire de Paris à vouloir casser cet emblème du sport de proximité parisien. Puisqu'on a décidé de passer en force, bien entendu, vous vous devez de nous donner les explications préliminaires concernant les menaces qui sont faites sur l'environnement et sur les professeurs d'éducation physique.

Monsieur VUILLERMOZ, je vous entendrai avec beaucoup de plaisir. Puisque je vous lis sans vous entendre, pour une fois je vais avoir le plaisir de vous entendre !

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je donne la parole à M. Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Deux choses.

La première, par rapport à ce que vient de dire M. GOASGUEN : soyons clairs, les bulldozers, comme il dit, n'interviendront qu'à partir du moment où les scolaires n'auront plus à aller sur ce site, c'est-à-dire fin juin, début juillet. Nous avons donc tout fait, et vous le savez bien, pour que les scolaires n'aient pas à pâtir de la phrase de casse, de travaux de démolition, de Jean-Bouin et ils seront relogés avec...

(Mouvements divers).

M. Claude GOASGUEN, maire du 16e arrondissement. - C'est quoi, la casse ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, rapporteur. - Oui, c'est forcément la casse de Jean-Bouin pour reconstruire quelque chose de beaucoup plus important et intéressant pour tout le monde, et notamment pour les Parisiennes et les Parisiens et pour tous ceux qui aiment le rugby.

Soyons clairs, il n?y aura pas d'intervention des bulldozers avant fin juin, début juillet et les scolaires n'auront pas à pâtir de ces travaux. Vous le savez, avec le Rectorat, nous avons mis sur pied dès le début de l'année prochaine, c'est-à-dire de l'année scolaire 2010-2011, un programme qui permet à l'ensemble des scolaires d'obtenir des créneaux essentiellement sur le 16e arrondissement et sur Suzanne Lenglen.

Nous attendons avec impatience, avec une très grande impatience, que le Ministre BORLOO nous donne l'autorisation de construire sur les pelouses d?Auteuil, ce en quoi, Monsieur le Maire, je réitère ma demande. N?hésitez pas à défendre ce projet auprès du ministre parce que ce serait vraiment quelque chose de très important pour l?ensemble de la population du 16e arrondissement notamment.

En ce qui concerne l'abattage des arbres, il ne faut pas non plus se cacher derrière son petit doigt, à partir du moment où il y a des travaux sur un site, et que des arbres gênent la construction de ce site, il est évident que nous sommes amenés à couper les arbres.

Je rappelle qu'en ce qui concerne les travaux pour le tramway, nous avons aussi fait ce genre de chose, que ce soit sur le premier tronçon et sur le deuxième tronçon, mais qu'à chaque fois, et là, il en sera de même, il y a une replantation d'arbres supérieure au nombre d'arbres qui ont été coupés. Ce sera également le cas pour Jean-Bouin.

C'était un projet de délibération qui portait sur les A.O.T. ; je vois que cela n'intéresse personne.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - D'accord ?

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 372.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DJS 372).

Il a été donné le compte rendu des votes électroniques à tous les présidents de groupe ; vous pourrez vérifier qui a fait quoi.