Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DASES 7 - Signature d'une convention avec l'association Collectif Les Morts de la Rue pour son action d'accompagnement des convois des défunts indigents. Montant : 20.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2010


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DASES 7 relatif à la signature d?une convention avec l?association "Collectif Les Morts de la Rue" pour son action d'accompagnement des convois des défunts indigents, montant 20.000 euros.

La parole est à Mme Fabienne GIBOUDEAUX, pour 5 minutes.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je souhaite, par cette intervention, rappeler l'action de la Ville de Paris avec le "Collectif Les Morts de la Rue" pour accompagner dans la dignité les convois des défunts indigents.

En effet, depuis 2001, Mylène STAMBOULI et Yves CONTASSOT ont fait poser des plaques avec le nom des défunts, ce qui a permis aux morts de la rue de sortir de l'anonymat. Depuis cette date, les tombes de ces défunts sont fleuries par la Ville de Paris chaque année à la Toussaint.

Depuis 2004, la Ville de Paris a aussi mis en place une procédure de prise en charge des obsèques des personnes démunies. Cette volonté forte de permettre à chacun de bénéficier d'obsèques dignes, et surtout selon ses derniers souhaits, a pu être concrétisée grâce à une convention avec le "Collectif Les Morts de la Rue".

En effet, depuis sa création en 2002, ce collectif a fait un travail remarquable auprès des personnes sans abri. Son objectif est de mieux faire connaître la situation des personnes de la rue et de dénoncer notamment les causes parfois violentes de leur fin de vie.

D'autre part, "Les Morts de la Rue" développe des actions afin de permettre des funérailles dignes de la personne humaine et d'accompagner sans distinction toutes les personnes endeuillées.

La convention qui lie la Ville de Paris au "Collectif Les Morts de la Rue" s'inscrit dans la politique sociale et solidaire de la Municipalité, ainsi que dans sa volonté clairement exprimée de lutte contre l'exclusion sociale. Elle permet la prise en charge de l?acheminement des défunts jusqu?au cimetière et l'organisation de la célébration par le collectif.

De son côté, la Ville de Paris relaie chaque mois sur son site Internet les noms des défunts. Les personnes défuntes sont inhumées au cimetière parisien de Thiais, après une cérémonie personnalisée : lecture d'un texte, dépôt de fleurs.

Les services funéraires de la Ville ont donc été sollicités afin de travailler sur le déroulement des cérémonies et sur l'organisation des convois mais aussi sur la qualité des cercueils des défunts, sur le transport dans un véhicule digne et afin de permettre la réalisation des inhumations individuelles.

Ce dispositif est en place depuis maintenant six ans et il ne fait aucun doute que le "Collectif Les Morts de la Rue" a su créer un accompagnement de qualité, profondément respectueux de la personne défunte, et qui permet également aux proches de mieux vivre cette épreuve.

La première année de la convention, 290 défunts ont été concernés par ce dispositif et ont été accompagnés depuis l'institut médicolégal et d'autres hôpitaux jusqu?au cimetière de Thiais. En 2009, 186 personnes décédées ont été transportées en 56 convois de 4 personnes. Le maintien de l'organisation des convois collectifs est donc une nécessité et l'action du "Collectif Les Morts de la Rue" se révèle être toujours aussi précieuse pour la Municipalité parisienne.

Notre soutien à cette association pour cette action particulière auprès des personnes sans abri se justifie donc pleinement.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame. Et merci notamment d'avoir respecté le temps de parole.

Pour vous répondre, la parole est à Mme TROSTIANSKY.

Mme Olga TROSTIANSKI, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Maire, le "Collectif Les Morts de la Rue" regroupe 47 associations de toutes tailles, de toutes confessions et de toutes origines mais qui ont en commun la prise en charge des plus démunis dans le champ de l'hébergement, de l'aide alimentaire ou de l'accompagnement social.

Six associations, ATD Quart Monde, Emmaüs ou encore Macadam Café et les Compagnons de la Nuit, pour n'en citer que quelques-unes, ont aussi pour objectif que les personnes décédées dans la rue aient des obsèques dignes associant autant que possibles parents et amis.

La collectivité parisienne soutient ces actions en octroyant chaque année une subvention de 20.000 euros à cette association.

Je voudrais aussi rappeler que les services funéraires de la Ville de Paris proposent aussi des obsèques à de très faibles coûts, à la demande des proches, pour les personnes sans ressources décédées sur le territoire parisien, ainsi que des convois collectifs gratuits.

Le "Collectif Les Morts de la Rue" accompagne donc toutes les personnes décédées sans entourage au cimetière de Thiais - 186 en 2009 - et soutient les familles endeuillées.

Le collectif organise deux fois par an des hommages collectifs à Paris où sont égrenés toutes les personnes mortes de vivre à la rue.

Cette cérémonie a eu lieu d'ailleurs ce soir, place Stalingrad.

Pour conclure, Monsieur le Maire, je voulais dire que nos demandes réitérées sans cesse auprès de l'Etat, relayées par les associations pour pérenniser les places ouvertes durant la période hivernale trouvent leur signification dans la lecture des noms des 247 personnes décédées depuis six mois, à 46 ans de moyenne d'âge, qui rappelle aussi avec force que la rue ne tue pas uniquement en hiver mais toute l'année.

Je vous propose de voter ce projet de délibération.

(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire.

Je crois effectivement que la Ville de Paris s?honore par le soutien qu'elle apporte depuis tant d'années à cette action d'accompagnement.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 7.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DASES 7).