Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DASES 111 G - Subventions (120.000 euros) et conventions avec six associations pour le fonctionnement de huit actions d’aide à l’insertion et de mobilisation dans le cadre de jardins solidaires.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DASES 111 G relatif à l'attribution de subventions à hauteur de 120.000 euros à six associations pour le fonctionnement de huit actions d?aide à l?insertion et de mobilisation dans le cadre de jardins solidaires. Je donne la parole à Claudine BOUYGUES, puis à Christian HONORÉ.

Mme Claudine BOUYGUES. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire. Je souhaite attirer votre attention sur ce projet de délibération qui est relatif au soutien que porte le Département de Paris à huit actions menées dans le cadre des jardins solidaires. Ces projets sont destinés à la fois à lever les freins à l?insertion sociale et à soutenir les publics en grande difficulté dans leur parcours vers l?emploi. Je veux saluer particulièrement les six associations qui portent ces programmes, à savoir "Arfog - Lafayette", "Culture(s) en herbe(s)", "Emmaüs Solidarité", "Halage", "Espaces", "La Régie de quartier du 19e arrondissement". Ces associations ont une grande expérience et des compétences en matière de lutte contre l?exclusion par l?insertion, et les initiatives innovantes qu?elles portent visent une approche globale et intégrée. Je ne citerai pas l?ensemble des projets, vu l?heure qu?il est, mais en tout état de cause, je m?arrêterai peut-être sur un en particulier qui concerne le 18e arrondissement. Il s?agit du projet de l?association "Emmaüs Solidarité", qui souhaite mettre en place dans le futur jardin solidaire de Jessaint, le dispositif Premières Heures. Je me permets de préciser que ce dispositif avait été initié par la Mairie de Paris, il permettra en l'occurrence aux personnes en situation de grande exclusion de reprendre une activité professionnelle selon un rythme progressif de 1 heure à 16 heures par semaine. Les bénéficiaires de ce dispositif seront accompagnés pendant un an par un travailleur social et un animateur encadrant présent sur le jardin. A l'issue de cette période, un conseiller en insertion professionnelle pourra proposer aux personnes une orientation vers des entreprises et des organismes de formation partenaires. Les jardins solidaires sont conçus comme des outils de remobilisation sociale et professionnelle, pour les personnes en situation d'exclusion. D'une part, ce type d'activité collective leur permet de tisser des liens sociaux et favorise un bien-être physique et psychologique. D?autre part, le respect de techniques botaniques contraignantes, le travail de groupe, la gestion participative du jardin les aide à développer leur confiance en soi, une capacité à prendre des initiatives et sens des responsabilités. Ce type d'activité favorise des comportements de type professionnel et favorise aussi des passerelles entre le jardin solidaire et les dispositifs d'insertion par l'activité économique, comme les chantiers d'insertion. Ces projets symbolisent donc toute l'ambition du pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, grande cause de la mandature. L'ambition de Madame la Maire et de notre majorité ne se limite pas, en effet, à mettre à l'abri les personnes les plus vulnérables ou en situation de rue, et on sait à quel point c?est en soi un défi de taille, mais également à agir en amont pour mieux prévenir la grande exclusion, et en aval pour insérer durablement les personnes. Plusieurs centaines d'acteurs ont été mobilisés dans cette dynamique et les premières réalisations sont déjà nombreuses : créations de nouvelles maraudes pour mettre fin aux zones blanches, accroissement significatif du nombre de places d'hébergement, ouverture de nombreux services comme les bagageries ou le coffre-fort numérique, développement des actions d'insertion comme l'illustre ce projet de délibération, ou plus généralement la montée en charge du dispositif Premières Heures. C'est de cela dont je voulais vous parler concernant ce projet de délibération qui est particulièrement intéressant, et je vous en remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci, Madame BOUYGUES. Monsieur HONORÉ, vous avez la parole.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous aurions aimé voter ce projet de délibération, c'est la raison pour laquelle nous vous demandons un vote différencié par article sur ce projet de délibération, car nous souhaitons nous abstenir sur le square de Jessaint dans le 18e arrondissement et voter les autres subventions. Je vais vous expliquer pourquoi. De quoi s'agit-il en fait ? Ce secteur, la place de la Chapelle, comprend deux squares : Louise de Marillac, et le square de Jessaint. Ce square est occupé par des migrants, des réfugiés, des SDF, des trafiquants en tous genres, bref il est fréquenté par tout le monde, sauf par les riverains. Il fallait trouver une solution. Nous en sommes d'accord, pour que ce square retrouve sa destination première, c?est-à-dire un espace vert de proximité. Or, vous voulez en faire un jardin solidaire, c?est-à-dire en fait, vous voulez pérenniser une situation inacceptable, c'est-à-dire en déposséder les riverains. Alors que la bonne solution aurait été de créer un jardin partagé où des associations auraient accueilli les habitants et leurs enfants, pour les initier au jardinage, leur enseigner la culture des fleurs, des fruits, des légumes, je ne sais quoi d'autre. Vous aviez l'occasion de permettre aux habitants de ce quartier populaire de se réapproprier ce square, de faire ?uvre pédagogique au service de la protection de l'environnement. On peut imaginer que peu à peu, chacun aurait pris plaisir à revenir dans ce square s?y reposer et profiter de cet espace vert de proximité. En fait, vous avez baissé les bras, c'est la raison pour laquelle nous allons nous abstenir comme je vous l'ai dit en préliminaire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - J'ai un problème, je ne connais pas les articles sur lesquels vous comptez vous abstenir, et je ne sais pas qui concerne le nous. Quand vous dites, nous allons nous abstenir, c'est qui ?

M. Christian HONORÉ. - Je peux parler, en fin de soirée, vous ne savez pas de quel groupe nous parlons ?

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je vous pose la question parce qu?on me donne des interprétations différentes. Il y a eu des discussions à ce propos, avec des interprétations différentes sur qui est le nous.

M. Christian HONORÉ. - C'est le groupe les Républicains, nous allons nous abstenir sur l'article 3 concernant le square de Jessaint, et voter pour les autres délibérations et subventions.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - C'est noté. Je mets d'abord aux voix l'article 3? Non, avant il faut répondre. La parole est à Mme Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - J'utiliserai mes cinq minutes à fond. Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vais tout de suite répondre à Monsieur HONORÉ en lui disant que je n'ai pas le sentiment qu'on baisse les bras en confiant un jardin solidaire à l'association Emmaüs Solidarité, mais c'est une question de point de vue. Par ailleurs, je remercie Claudine BOUYGUES pour avoir salué cette action des jardins solidaires, une très belle action qui me paraît vraiment d'une utilité tellement évidente et se situe dans le cadre de nos engagements du pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, grande cause de la mandature qui a été votée d'ailleurs dans cet hémicycle à l'unanimité, et j'en remercie encore l'ensemble des élus. Il y a peu de temps, début mai, j'ai eu le plaisir avec plusieurs de mes collègues, de présenter le bilan de travail réalisé en un peu plus d'un an, et qui est extrêmement important. Je veux remercier les 16 adjoints de l'Exécutif qui sont mobilisés pour la réalisation des 108 actions que nous avons signées et dont 70 % sont déjà réalisées ou en bonne voie de réalisation. Je veux rappeler quelques actions qui ont été faites et qui sont importantes, que vous trouverez dans cette clé USB qui vous a été remise, et qui récapitulent le travail qui a été fait, je le rappelle, par l'ensemble des acteurs associatifs, l'ensemble des acteurs institutionnels et des entreprises partenaires ainsi que de nombreux bénévoles, citoyens, Parisiens. Pour vous donner quelques exemples de choses qui ont été faites sur l'accès au droit par la C.A.F. de Paris : 8.274 rendez-vous des droits ont été tenus en 2015, les délais d'ouverture des droits à l'Aide Médicale Etat ont été réduits à 30 jours au lieu de 90 jours jusque-là - et c'est vraiment quelque chose sur lequel on butait beaucoup. Je veux saluer aussi le coffre-fort numérique qui permet de garantir la sauvegarde des documents, des pièces d'identité des personnes sans domicile fixe et qui a été expérimenté dans tous nos gymnases pendant le Plan Hiver et dans certains centres d'hébergement d'urgence. Je veux aussi rappeler tout ce que nous avons fait en prévention de la perte du logement, par exemple avec Ian BROSSAT : la nouvelle charte des mutations qui a été signée par la Ville, l'Etat, AORIF, qui permet de favoriser l'accès au logement adapté à la composition et aux ressources de la famille ; nous sommes également en train de finaliser la révision du règlement intérieur du fonds de solidarité logement ; nous avons réalisé avec les équipes d'ICF Habitat des permanences en pied d'immeubles pour informer les ménages des dispositifs d'aide au logement. Ce sont des actions concrètes et importantes. Sur les interventions de terrain - cela a été dit par Claudine BOUYGUES -, nous avons développé de nouvelles maraudes, notamment pour mettre fin aux zones blanches ; par exemple dans les 5e et 6e arrondissements : des maraudes pour les migrants primo-arrivants, une maraude pluridisciplinaire pour les personnes ayant des problèmes d'addiction autour de la Gare du Nord et de la Gare de l'Est. Egalement, nous avons ouvert et aménagé de nouvelles bagageries, ouvert un huitième restaurant solidaire dans le 19e arrondissement, un neuvième sera ouvert en octobre 2016 dans le 12e arrondissement, c'est vraiment important. Sur la partie de l'insertion durable qui est très importante, avec Pauline VÉRON, le dispositif d'insertion Premières Heures pour les personnes en difficulté a été vraiment augmenté et de nombreuses personnes en bénéficieront en 2016, c'est-à-dire qu'elles pourront trouver un travail alors qu?elles sont en sortie de rue. C'est vraiment absolument essentiel. Également avec Ian BROSSAT, nous avons fait monter en charge le dispositif du "Louez solidaire" qui bénéficie actuellement à 931 familles. Il faut savoir que le dispositif "Louez solidaire", c'est l'accès à un logement ensuite dans la prolongation de façon certaine. Nous le ferons monter d'ici 2020 à 2.000 logements en "Louez solidaire". Cela, c'est du concret. Egalement, il y a des actions en matière de culture, avec une I-10 box, médiathèque mobile, qui fait le tour des centres d'hébergement temporaires. Enormément de choses ont été réalisées. Beaucoup restent à faire. Je peux vous dire que le 5 mai, avec les acteurs et moi? L?un de mes thermomètres est la F.N.A.S. La F.N.A.S. Ile-de-France a considéré que l'on était vraiment sur la bonne voie. Tout le monde est conscient qu'il y a beaucoup à faire. On a fait beaucoup parce que l?on est tous ensemble : la Ville, l'Etat, les associations et les entreprises. C'est cela qui fait que nous avançons, tout en étant conscients de tout ce qu'il nous reste à faire. Je m'arrêterai là parce que j'ai pris 30 secondes, Monsieur le Maire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Je mets aux voix, à main levée, l'article 3 du projet de délibération DASES 111 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? L'article 3 du projet de délibération est adopté. Je mets aux voix, à main levée, l'ensemble des autres articles du projet de délibération DASES 111 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? L'ensemble des articles du projet de délibération est adopté. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 111 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DASES 111 G).