Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à des brigades d’agents spécialisés des écoles maternelles (A.S.E.M.) remplaçants.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Nous passons à l'examen de v?ux non rattachés, le v?u n° 9 relatif aux brigades d'agents spécialisés des écoles maternelles, les A.S.E.M. remplaçants. Je donne la parole à Mme BERTHOUT pour le groupe les Républicains.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Oui, Madame la Maire, Madame l'adjointe à la Maire, nous avons et vous ne découvrez pas le problème, je le sais, beaucoup de difficultés pour remplacer les absences des A.S.E.M., en particulier les absences de courte durée. Je sais que vous avez fait beaucoup d'efforts, très louables pour ceux de longue durée, mais à ce jour nous avons des absences cumulées en R.T.T., en congé maladie de courte durée ou formation, et ces absences ne sont pas remplacées. C'est très préjudiciable à la qualité de l'accueil des enfants et au bon fonctionnement des écoles. C'est singulièrement vrai pour le 5e arrondissement, mais j'imagine pour d'autres arrondissements. J'ai plus particulièrement des problèmes à l'école maternelle de l'Epée de Bois, il est très fréquent que le quota d'A.S.E.M. réglementaires ne soit même pas respecté, très fréquent aussi à l'école maternelle de la rue Buffon, l?équipe est incomplète pendant près de 50 % du temps scolaire. C'est, accordez-moi, absolument incroyable, parfois jusqu'à 3 A.S.E.M. absents le même jour. C'est le cas de la rue des Lyonnais, sur le mois de mars le taux de présence des A.S.E.M. n'était que de 60 %. Donc, par ce v?u, Madame l'adjointe, je demande que vous puissiez mettre en place dans chaque circonscription des affaires scolaires et de la petite enfance, chaque C.A.S.P.E., des brigades d'agents spécialisés des écoles maternelles A.S.E.M. remplaçant spécifiquement les absences de courte durée. Je vous remercie beaucoup de votre attention.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Alexandra CORDEBARD.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe. - Madame la Maire, Madame la Maire du 5e arrondissement, chers collègues. D'abord merci de l'intérêt que vous portez aux A.S.E.M., ces agents spécialisés des écoles maternelles. Je le signale en passant, bien que le mot agent soit masculin, ces personnels sont en réalité, à une écrasante majorité, des femmes. La présence des A.S.E.M. au sein des écoles participe à leur bon fonctionnement. Je vous rappelle que cela n'est pas une compétence obligatoire, mais que la Ville a choisi de s'y engager fortement tant sur le temps scolaire qu'aujourd'hui périscolaire, puisqu?elles sont également animatrices - je me permets de féminiser le nom - pour beaucoup d'entre elles, pour les ateliers périscolaires proposés par la Ville. Leur présence sur ces deux temps est rassurante pour les enfants, qui les considèrent avec leurs enseignants comme un adulte référent permanent. Comme je vous l?expliquais récemment par courrier, chère Madame BERTHOUT, en mettant en ?uvre la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013, la Ville a fait le choix d'augmenter leur nombre, j'y reviendrai, et de leur proposer de participer aux ateliers périscolaires, en leur permettant de s'inscrire dans un parcours de valorisation professionnelle auquel le CAP petite enfance, qu'elles détiennent, leur permet de prétendre. Cela leur permet de ne plus être cantonnées aux activités d'hygiène et de ménage, ce qui est un progrès à mes yeux. Quant à leur nombre, nous avons choisi de l'augmenter considérablement en le fixant désormais à 1 par classe dans les écoles maternelles comptant jusqu'à 4 classes, et à 1 de moins que le nombre de classes dans les écoles comptant 5 classes et plus. Cela a eu pour conséquence un recrutement de 400 agents supplémentaires sur la période 2013-2015, ce dont vous vous félicitez avec raison et ce dont je me félicite avec vous. Ce renfort bénéficie majoritairement au temps scolaire d'ailleurs, pour 70 % de leur temps de travail, c'est donc considérable. Je tiens ensuite à vous redire que les brigades de remplacement que vous souhaitez voir créer existent déjà. Les circonscriptions des affaires scolaires disposent en effet d'agents volants chargés de faire face aux absences, même de courte durée. Je vous rappelle également que les R.T.T. et les formations n'entrent pas dans le cadre des absences remplaçables, contrairement aux maladies, même de courte durée. Le nombre de ces agents a d'ailleurs été également revu à la hausse à la faveur des recrutements auxquels je faisais référence à l'instant. Nous avons aujourd'hui une capacité de remplacement bien plus importante et de fait, des A.S.E.M. bien plus nombreuses dans les écoles. C'est l'arrivée de ces nouveaux agents qui a permis de faire baisser sensiblement le nombre d'absences non prévues et non remplacées, qui malheureusement interviennent en général en hiver, comme pour les enseignants d'ailleurs, lorsque certaines maladies se propagent. Enfin pour terminer, j'avoue ma perplexité toujours grandissante face au paradoxe qui consiste pour l'opposition à critiquer dans la presse et devant notre Conseil, le niveau des dépenses de la Ville en matière scolaire et périscolaire, et dans le même temps, à nous demander même quand c'est inutile, d'en faire toujours davantage. Par conséquent, je vous demande de bien vouloir retirer votre v?u, faute de quoi j'émettrais un avis défavorable.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame CORDEBARD. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 9 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Vous voulez répondre, deux minutes.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Rassurez-vous ce sera très rapide, je trouve quand même, Madame CORDEBARD, que vous avez bien commencé, mais vous finissez très mal. Expliquer que le remplacement sur de courtes durées des A.S.E.M. est totalement inutile, je pense que les parents apprécieront. Merci.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Les parents apprécient toujours. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 9 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le voeu est rejeté.