Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif aux ateliers santé Ville.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u référencé n° 85 est relatif aux ateliers santé Ville, et c?est Didier LE RESTE qui va prendre la parole.

M. Didier LE RESTE. - Merci, Monsieur le Maire. Depuis de nombreux mois, une réflexion est engagée au sein de la Ville de Paris, visant à revoir le portage des ateliers santé Ville. Ce dispositif, aujourd?hui porté par des associations, est l?outil principal de la politique de la Ville en matière de santé. C?est ce qui permet de coordonner les acteurs locaux, de travailler à développer une approche ciblée au plus près des besoins des habitants des quartiers populaires, pour lutter notamment contre les phénomènes de non recours aux soins. Nous avions déjà abordé ce sujet en octobre 2014 sur la base d?un v?u, déposé conjointement par les élus communistes et verts, qui avait été adopté par cette Assemblée. Nous avions envisagé ensemble que dans l?éventualité d?une municipalisation, les ateliers santé Ville puissent être intégrés aux équipes de développement local de la politique de la ville. Cette configuration correspond à l?échelle de travail des A.S.V., c?est-à-dire, les quartiers "politique de la ville", et permet de continuer le travail engagé par les ateliers santé Ville dans le cadre du projet de territoire. Je tiens d?ailleurs ici à saluer l?engagement des A.S.V. au sein des équipes opérationnelles du projet de territoire, et aussi des équipes pluridisciplinaires de la réussite éducative. Dans le 10e arrondissement, par exemple, cette intégration de l?A.S.V. à l?équipe de la réussite éducative nous permet de mettre en place des parcours de soins pour des élèves qui ne seraient pas forcément suivis autrement. Contrairement à ce que nous avions envisagé en 2014, il semblerait que l?option qui soit sur la table aujourd?hui soit celle d?une intégration des A.S.V. au sein de la DASES. Il nous semble qu?il conviendrait tout au moins de prendre le temps d?étudier sérieusement l?opportunité d?une intégration au sein de la mission politique de la ville et donc, des équipes de développement local, et en associant dans cette réflexion les élus d?arrondissement en charge de la santé et de la politique de la ville. Il est prévu, dans le cadre de la réforme du statut de la Ville de Paris, de renforcer les compétences des mairies d?arrondissement dans le cadre de la politique de la ville. Faisons attention à ce que la municipalisation des A.S.V. permette de maintenir, voire renforcer le lien avec les arrondissements. Par ailleurs, j?attire votre attention sur la nécessité d?être vigilants quant à l?impact de cette réforme pour les associations qui portent aujourd?hui ce dispositif. Et je souhaiterais également que nous puissions être à l?écoute, non seulement des associations, mais aussi directement des personnes qui portent aujourd?hui les A.S.V., et que nous puissions bénéficier de leur avis, de leur retour d?expérience, afin d?enrichir la réflexion sur les différentes options envisageables. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Merci, Monsieur LE RESTE, pour votre intervention. Nous avons, avec Colombe BROSSEL, effectivement mis en chantier une réflexion sur les A.S.V., avec la volonté que soient maintenus des dispositifs spécifiques d?intervention sur les territoires "politique de la ville" en termes de santé, et dans la droite ligne de la politique de santé de notre municipalité qui est, je vous le rappelle, de lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé. A cet effet, nous avons rencontré l?ensemble des associations porteuses d?A.S.V. pour leur faire part de nos projets et nos réflexions. Nous avons échangé avec l?Etat, qui est un partenaire incontournable des A.S.V., et nous avons programmé pour le lundi 30 mai la réunion avec les élus d?arrondissement que vous appelez de vos v?ux, donc tout cela pour une réforme dont la mise en application est prévue pour 2017. Nous avons donc pris le temps de ces échanges. Et moi, je crois qu?il faut avoir une vision qui soit proche du terrain et ancrée dans la réalité de ce dispositif. Et je souscris volontiers à votre souci que ceux qui vont continuer à animer, à mener ce travail des ateliers santé Ville le mènent au plus proche du terrain, et autant que faire se peut, d?ailleurs, par une proximité géographique avec les équipes de développement local. Nous allons regarder pour que, autant que faire se peut, ils partagent les locaux. Il n?y a rien de mieux que d?être proches géographiquement pour travailler ensemble sur le territoire. Et donc, il n?est évidemment pas question d'une centralisation qui serait contre-productive, mais dans le même temps, cette politique de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé et d'actions spécifiques sur les territoires "politique de la ville" est une politique de santé. Donc, il est logique que la D.A.S.E.S. soit un acteur pilote des A.S.V. Nous allons donc poursuivre la discussion. J'entends la proposition que vous faites dans votre v?u. C'est pour cela que j'y émettrais un avis favorable, parce que je l'entends comme la volonté que se poursuive un travail le plus proche du terrain possible et le plus intégré possible aux équipes de développement local. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. C'est donc une demande de retrait.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Favorable.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Favorable ? Mes informations étaient mauvaises et mon ouïe encore pire. Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u relative aux ateliers santé Ville, déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est adoptée. (2016, V. 134).