Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le Groupe Ecologiste de Paris relatif au centre Hubertine Auclert. Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif au centre Hubertine Auclert et au Pass Contraception. Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au centre Hubertine Auclert. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Les v?ux référencés nos 80, 81, 82 et 82 bis ont trait au Centre Hubertine Auclert. Je donne la parole successivement à Anne SOUYRIS ou David BELLIARD ? C?est David BELLIARD. Nicolas BONNET-OULALDJ ou Raphaëlle PRIMET peut-être ? Hervé BÉGUÉ. Et Danielle SIMONNET Donc, la parole est à David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, enfin ce qu?il en reste, la question de l?égalité femmes-hommes est une problématique centrale dans notre société, un véritable enjeu de santé publique. Comme nous l?écrivions dans notre v?u, il faut garder en tête quelques chiffres : une femme meurt tous les 2,7 jours victime de son conjoint et nous pouvons aussi parler du salaire des femmes, inférieur de près de 20 % à celui d?un homme pour un équivalent temps plein similaire. Le Centre Hubertine Auclert, centre francilien de ressources pour l?égalité femmes-hommes tient un rôle primordial, d?autant plus que, depuis 2013, l?Observatoire régional des violences faites aux femmes y est intégré. Malheureusement, la nouvelle majorité régionale vient d?acter une baisse de 30 % des moyens alloués à ce centre.  Nous connaissons la volonté de la Ville d?être exemplaire en matière de lutte pour l?égalité femmes-hommes, c?est pourquoi, nous vous demandons de rappeler l?attachement de notre Ville au Centre Hubertine Auclert et aux missions qui sont les siennes. Nous vous demandons aussi d?inviter la Région à revoir sa décision et remédier à cette baisse. Et le cas échéant, nous souhaitons que notre Ville s?engage financièrement, lors du budget supplémentaire, à compenser tout ou partie des financements perdus de la Région. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Hervé BÉGUÉ.

M. Hervé BÉGUÉ. - Monsieur le Maire, chers collègues, nous avions tous applaudi à la création du Centre Hubertine Auclert. Ce centre a réussi en quelques années à fédérer bon nombre d?énergies, en particulier du côté des associations mais aussi des collectivités locales qui se sont engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Cet organisme a travaillé et travaille encore à ce que ce nous ayons un lexique commun. Le centre a créé un guide pratique pour mettre en place des budgets genrés et a fait avancer les idées sur la question de l?espace public ouvert à tous et à toutes, donc aux femmes. Nous considérons que ce centre a une place incontournable désormais dans le paysage francilien. Diminuer le budget du centre et supprimer les crédits du "Pass contraception" sont un signe, un mauvais signe envoyé aux femmes, et aux jeunes femmes en particulier. Si le "Pass contraception" n?a pas trouvé son public, comme le dit la présidente Pécresse, c?est peut-être que la communication n?a pas été suffisante. Ces deux décisions budgétaires sont l?illustration d?un choix politique et idéologique de la droite. Quand elle entend les mots féminisme et contraception pour les mineurs, elle se scandalise. On est loin de l?unanimité qui avait guidé tous les parlementaires à voter la loi contre les violences faites aux femmes. C?est dommage. Nous voulons que les femmes parisiennes et les jeunes femmes puissent continuer d?accéder aux travaux du Centre Hubertine Auclert et à un "Pass contraception" qui permet d?avoir accès gratuitement aux moyens contraceptifs. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Quelle honte ! Quelle honte que cette mesure de Mme PÉCRESSE, qui n?hésite pas à réduire de 30 % les moyens alloués au Centre Hubertine Auclert. Oui, quelle honte ! On voit toute la réaction dans sa splendeur, qui finalement fait la part belle à la domination masculine, fait la part belle justement à notre société du patriarcat. Ah oui ! Ils sont loin les discours affichés d?engagement dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Sitôt en fonction à la tête de la Région Ile-de-France, quelle est la mesure qui est prise ? Réduire de 30 % les moyens alloués au Centre Hubertine Auclert. Mais on sait très bien les conséquences que cela a. Les conséquences ? C?est qu?on brise un centre qui mène un combat pour l?égalité femmes-hommes, des actions contre le sexisme et le harcèlement, des actions pour l?égalité professionnelle, des actions en direction des jeunes, des actions contre les violences faites aux femmes. On sait le rôle essentiel que joue le Centre Hubertine Auclert, en tant que centres de ressources et d?informations sur l?ensemble des inégalités femmes -hommes en Ile-de-France. On sait le rôle important qu?il joue également au niveau de l?Observatoire régional des violences faites aux femmes, puisque celui-ci est rattaché au Centre Hubertine Auclert et il est donc également menacé par cette décision. Nous, au niveau de la Ville de Paris, nous avons souhaité développer un Observatoire contre les violences faites aux femmes au niveau parisien, dans la même cohérence et dans la même lignée, que ce qui s?était fait d?abord dans le 93. Il faut à un moment donné assumer, mettre en place une politique d?austérité qui cible spécifiquement ce centre-là, prioritairement ce centre-là, est vraiment révélateur de la pire orientation réactionnaire qui soit. Vraiment j?espère que l?ensemble des v?ux déposés seront soutenus, notamment à travers le v?u de l?Exécutif qui est proposé. J?annonce d?emblée que je retirerai mon v?u au profit du v?u de l?Exécutif, parce que je souhaite qu?il y ait, si possible, l?unanimité mais en tous les cas une très forte majorité autour de ce v?u. Voilà, il me semble extrêmement important de soutenir le Centre Hubertine Auclert. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à Mme Hélène BIDARD.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Mesdames, Messieurs, chers collègues, je remercie le groupe Communiste - Front de Gauche, le groupe Ecologiste de Paris et Danielle SIMONNET d?attirer notre attention sur la situation du Centre Hubertine Auclert, que je connais bien pour en être administratrice au nom de la Ville de Paris. Vous l?avez dit, le Centre Hubertine Auclert est un acteur francilien incontournable de la lutte pour l?égalité femmes-hommes. C?est l?une des seules organisations à fournir des guides, des outils méthodologiques et pratiques, des études, qui permettent aux collectivités territoriales et aux associations d?Ile-de-France d?avancer concrètement sur le chemin de l?égalité, et en plus ensemble. La Ville de Paris travaille d?ailleurs en étroite collaboration avec le centre, notamment s?agissant de l?Observatoire parisien des violences faites aux femmes, dont la création en novembre 2014 a été largement inspirée de l?Observatoire régional installé au niveau du centre. Aujourd?hui, nous sommes particulièrement inquiets pour son avenir, depuis l?annonce de réductions budgétaires confirmées par le vote de la nouvelle majorité du Conseil régional d'Ile-de-France. Il s'agit précisément d'une diminution des autorisations d'engagement passant de 836.000 euros en 2015 à 600.000 euros cette année, soit environ 30 % de baisse de budget. Cette baisse de moyens va signifier des difficultés à répondre à une demande pourtant croissante de la part du secteur éducatif, des associations, des collectivités locales qui étaient 200 en 2015 à l'avoir sollicité pour un total de plus de 1.000 initiatives. Ce centre pourrait aussi déménager dans des bureaux du type administratif dans le quartier Montparnasse, ne lui permettant plus de réaliser son objectif de lieu de rencontre des publics et des professionnels. S'agissant de Paris, je m'inquiète quant aux possibles remises en cause de nos projets de collaboration, notamment de bénéficier de l'expertise du centre pour renforcer la prise en compte de l'égalité femmes/hommes au niveau de l'élaboration du prochain budget ou pour la mise en place d'un groupe de travail sur les questions de violences de genre sur Internet. S'agissant de l'Observatoire parisien contre les violences faites aux femmes, ce sont toutes les actions de sensibilisation et d'éducation qui sont menacées par la disparition du centre Hubertine Auclert. Tout cela semble bien en contradiction avec les interviews données par Valérie PÉCRESSE à l'occasion du 8 mars, mais finalement pas tellement étonnant et même cohérent lorsqu'on voit que son budget relatif à l'action sociale s'attaque prioritairement à l'accès aux soins des personnes atteintes du VIH, aux aides à l'I.V.G., à la contraception, à Solidays ou encore à la Marche des fiertés. Aujourd'hui pour la Ville de Paris, il n'est pas question de reculer sur ces sujets et celui de l'égalité femmes/hommes au niveau francilien comme au niveau parisien. C'est pourquoi nous souhaitons, par un v?u de l'Exécutif, interpeller la Présidente de la Région Ile-de-France pour qu?elle revienne sur cette décision de baisse des moyens alloués au centre Hubertine Auclert. Il s'agit de permettre à Paris de poursuivre ses partenariats et de développer avec toutes les collectivités d'Ile-de-France volontaires des projets en faveur de l'égalité femmes/hommes. Je vous invite donc à retirer vos v?ux au profit du vote du v?u n° 82 bis de l'Exécutif qui, je l'espère, nous rassemblera. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. J'ai une demande d'explication de vote de M. LEGARET pour le groupe les Républicains.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Je pense qu'il y a toujours un inconvénient à se tromper d'assemblée et à attaquer la Présidente du Conseil régional qui n'est pas là pour répondre. Vous permettez que je m'exprime. Vous êtes naturellement en droit de poser des questions, mais là vous faites les questions et les réponses. Attendez peut-être que les réponses soient faites. Nous serons d'ailleurs en séance au Conseil régional demain et après-demain. Je voudrais simplement rappeler que vous dites beaucoup d'inexactitudes. Tout d'abord, le précédent Président de Région, M. Jean-Paul HUCHON, ne distribuait plus les "Pass" et ne finançait plus la ligne budgétaire destinée à l'achat de ces "Pass contraception". La Présidente, Valérie PÉCRESSE, a lancé la création d'un groupe de travail pour redéfinir un dispositif opérationnel. Voilà la proposition qui est faite. Elle me paraît ne pas remettre en cause, mais redéfinir la manière dont la Région peut et doit être présente sur ce terrain de la contraception. Quant au centre Hubertine Auclert, il ne s'agit en rien de le menacer ; il s'agit de réaliser des économies sur les coûts de loyer. Des locaux étaient loués pour un prix fort, il se trouve que des locaux sont disponibles à la Région d'Ile-de-France et qu'une convention d'hébergement a été proposée pour que le centre Hubertine Auclert puisse continuer à fonctionner dans des locaux qui coûteront beaucoup moins cher. Voilà le sens de la réorientation. Lors d'une alternance politique, il y a une évaluation et une redéfinition d'un certain nombre de politiques. Le centre Hubertine Auclert, les conseillers régionaux de la majorité régionale y sont attachés, y siègent, y sont présents. Il ne s'agit en rien de le remettre en cause, il s'agit d'en redéfinir les missions de manière plus opérationnelle et en l'allégeant des coûts inutiles. Pour toutes ces raisons, nous voterons contre les trois v?ux présentés. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Si j'ai bien compris, les v?ux nos 80 et 81 sont aussi retirés, Danielle SIMONNET ayant précisé qu'elle retirait le v?u n° 82 avant de partir. Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u référencé n° 82 bis, déposé par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de v?u est adopté. (2016, V. 131).