Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif au déplacement des zones de stationnement des 2 roues motorisés.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous allons examiner le v?u référencé n° 66, déposé par le groupe les Républicains, relatif au déplacement des zones de stationnement des 2 roues motorisés. Je redonne la parole à M. VESPERINI, pour deux minutes.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Madame la Maire. Deuxième v?u. Cette fois-ci, je ne sais pas si je le retirerai. Là, j'appelle des informations de la part de l'Exécutif sur le stationnement des deux-roues motorisés en bas des immeubles où des rez-de-chaussée sont habités par des particuliers qui se plaignent régulièrement de l'implantation d?un certain nombre de stationnements deux-roues avec des démarrages, des va-et-vient qui génèrent des pollutions à la fois sonores et atmosphériques, avec des nuées d'échappement. Au-delà de ces rez-de-chaussée de particuliers, il y a aussi un certain nombre de terrasses. Dans le 6e arrondissement, nous avons beaucoup de terrasses, devant la rue de la soif, etc. J'ai eu l'occasion de constater qu'un certain nombre d'établissements ne pouvaient pas installer de terrasse ou de linéaire de terrasse pour une raison très simple : à peine l?on sort de ces établissements que l?on se retrouve sur des zones de stationnement deux roues motorisés à nouveau. Par ce v?u, je voudrais que l'Exécutif et les services de la Ville de Paris agissent avec un peu plus de discernement afin que les zones de stationnement de deux-roues, dont nous avons évidemment besoin puisque les deux-roues et les scooters se développent à vitesse grand V étant donné les conditions de circulation particulièrement difficiles à Paris, notre souhait est que nous puissions aboutir à une politique d?un peu plus de discernement, d?un peu plus de bon sens sur ces zones de stationnement, en tenant compte de ces deux sujets bien précis : le premier, sur les gens qui habitent en rez-de-chaussée et le deuxième, sur les établissements qui aimeraient bien établir des linéaires, avec naturellement une priorité pour les particuliers qui habitent dans ces rez-de-chaussée. Merci.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Pour vous répondre, la parole est à M. NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Madame la Maire. Ce v?u me laisse un peu perplexe. Je comprends bien votre préoccupation, Monsieur VESPERINI. Je préférerais, à la limite, que vous nous donniez des adresses précises, auquel cas on peut regarder les choses au cas par cas. Si l?on commence à se doter de règles aussi maximalistes, on va avoir quelques difficultés à remplir un objectif important qui est de créer 20.000 places supplémentaires de stationnement pour les deux-roues motorisés sur chaussée, en complément des 20.000 places qui ont déjà été créées sous la mandature précédente. Notre objectif est aussi que ces places soient créées rapidement, de manière à pouvoir limiter les nuisances causées par la circulation et le stationnement sur trottoir et qui, aujourd'hui, suscitent de nombreuses plaintes. Pour votre information, une étude est actuellement menée sur les zones les plus difficiles, en termes de stationnement, de deux-roues motorisés de manière à envisager des propositions d'aménagement. La question de la présence de riverains en rez-de-chaussée est un critère intégré chaque fois que cela est possible. Ce critère d'analyse, dans le choix d'implantation des nouvelles places, est rappelé aux sections territoriales de voirie. On a d'autres critères qui entrent en jeu : comme je le disais, la concentration actuelle de deux-roues motorisés sur les trottoirs qui indique la nécessité de répondre à une demande forte, ou bien encore la nécessité de dégager la visibilité d'un passage protégé et assurer notamment la sécurité des piétons. Notre priorité est de créer des places à des endroits où il y a des besoins, tout en veillant à respecter les préoccupations que vous énoncez. Simplement, on ne peut pas en faire une règle générale sans précision. C'est la raison pour laquelle je ne pourrai pas donner d'avis favorable à votre v?u, mais si - je vous le dis - vous avez à nous signaler tel ou tel endroit, nous le regarderons avec précision de manière à faire les adaptations nécessaires.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Monsieur VESPERINI, avec les explications de M. NAJDOVSKI, acceptez-vous de retirer votre v?u ?

M. Alexandre VESPERINI. - Je remercie l?adjoint au Maire de son approche très constructive. Je lui ferai parvenir la liste des adresses qui sont assez nombreuses. Je le retire.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Vous le retirez ? Je vous remercie.