Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DLH 101 - Programme de création de 507 logements, 80, boulevard Jourdan et 144-146, rue de la Tombe-Issoire (14e). - Modification des garanties de la Ville (39.615.649 euros) demandée par "Logis-Transports".

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DLH 101 qui est un programme de création de 507 logements au 80, boulevard Jourdan et rue de la Tombe-Issoire. La parole est à M. Eric AZIÈRE, pour cinq minutes maximum.

M. Eric AZIÈRE. - Merci. D'ailleurs, je n'aurai pas besoin de cinq minutes pour intervenir sur ce projet de délibération, pas tant sur le fond de ce projet de délibération parce que je voudrais tout de suite évacuer l'idée que nous n'avons pas besoin de logements étudiants à Paris. Or, ce projet de délibération prévoit 344 ou 365 logements P.L.S. étudiants rue de la Tombe-Issoire. Mon propos n'est pas là. Cependant, en matière de logements sociaux, je note, à travers ce projet de délibération, que la justice sociale à Paris - le fameux rééquilibrage du parc social - nous apparaît, vu du 14e arrondissement, comme un discours d'affichage d'intention qui est régulièrement démenti par une politique continue de massification dans les arrondissements du Sud et de l'Est parisien. En tant qu?élu du 14e arrondissement, je remarque qu'entre le 1er janvier 2005 et le 1er janvier 2015, c'est-à-dire en 10 ans, on est passé de 20 % à 30 % du parc immobilier pour ce qui concerne le taux S.R.U., c'est-à-dire 5 % au-delà même de la loi ALUR. Nous rejoignons ainsi, grâce à vous, Monsieur BROSSAT, le peloton de tête des arrondissements qui illustrent l'absence de régulation - dont vous parlez souvent -, et de rééquilibrage - dont vous parlez sans arrêt. A ce rythme-là, nous n'aurons bientôt plus rien à envier au 20e arrondissement avec ses 35 % de logements S.R.U., ou au 19e arrondissement avec ses 41 %, ou au 13e arrondissement avec ses plus de 38 %. Je dis simplement à M. BROSSAT et à Mme la Maire de Paris : "Attention au 14e arrondissement". Monsieur BROSSAT, le 14e arrondissement est un arrondissement dont l'équilibre sociodémographique est à la fois exemplaire et fragile. C'est l'incarnation d'un certain idéal de mixité sociale à Paris, à la fois populaire et bourgeois, sans les antagonismes de mentalité. Un arrondissement qui mêle les catégories socioprofessionnelles à peu près à parts égales : employés, ouvriers, cadres, retraités, professions intermédiaires, artisans et commerçants, autour de 20 % chacune. C'est un concentré de Paris où classes moyennes, classes populaires, familles modestes s'équilibrent. Il n'y a pas de raison pour que le 14e arrondissement paie au Sud de Paris un rééquilibrage Est-Ouest, que vous faites semblant de ne pas pouvoir mettre en ?uvre. Cela n'est pas, contrairement à ce que vous voulez nous faire croire, une question de réserve ou d'opportunité foncière. C'est une question de volonté de préserver à Paris un arrondissement modèle dans sa diversité sociale, familiale, économique et politique. A l'heure où la construction de la Métropole du Grand Paris autorise une meilleure répartition de l'effort de production de logements sociaux S.R.U. et intermédiaires, une plus grande solidarité des communes de l?agglomération de l'Ouest parisien, j'ose espérer que mettant fin à votre acharnement de surproduction de logements sociaux dans le 14e arrondissement, dont l'ardoise commence à être un peu lourde, vous aurez bientôt d'autres réponses à apporter à une demande de logements beaucoup plus diversifiée que vous ne le croyez. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur AZIÈRE. La parole est à M. BROSSAT pour vous répondre.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Je crois qu'il y a un petit problème de cohérence parce que j'ai entendu l'intervention de M. AZIÈRE qui nous dit : "Vous nous remettez du logement social dans le 14e arrondissement. En faisant du logement social dans le 14e arrondissement, vous ne permettez pas de réaliser le rééquilibrage que vous annoncez en matière de logement social à Paris". Sauf qu?il me semble que votre groupe n'a pas voté les projets de délibération relatifs aux logements sociaux dans le 16e arrondissement qui ont été présentés tout à l'heure. Donc il y a une certaine contradiction à nous dire que nous ne rééquilibrons pas assez et à ne pas voter les projets de délibération qui concernent le logement social dans les arrondissements les plus déficitaires. En tout cas, je suis très fier que l'on fasse du logement social, et dans le 14e arrondissement où - vous avez vu - on met l'accent sur le logement étudiant, et dans le 16e arrondissement et dans l'ensemble des quartiers de Paris. Aujourd'hui, on a 120.000 Parisiens qui sont demandeurs de logement social. Si l?on veut répondre à la demande de ces Parisiens qui sont souvent des Parisiens qui travaillent, qui participent aux richesses de Paris dont on a besoin à Paris, il nous faut faire du logement social, notamment dans le 14e arrondissement qui aujourd'hui compte entre 24 % et 25 % de logements sociaux. Effectivement, il nous faut répondre à cette demande et nous continuerons à le faire avec le soutien de la Maire du 14e arrondissement, Carine PETIT.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Monsieur BROSSAT. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 101. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DLH 101).