Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif aux terrasses commerçantes de la place de la République.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous allons passer à l?examen du v?u non rattaché n° 27, relatif aux terrasses commerçantes de la place de la République. C?est Mme HAREL qui intervient, en deux minutes maximum.

Mme Marie-Laure HAREL. - Je vous remercie. C?est un v?u qui concerne effectivement les terrasses qui sont situées sur le versant troisième de la place de la République, plus précisément le Quick, le Mc Donald?s, le K.F.C. et l?Hippopotamus. Il y a un règlement qui a été édicté par la Mairie de Paris le 6 mai 2011, qui pose des conditions très claires qui ne sont objectivement pas respectées par ces terrasses. Ce règlement impose notamment que les documents d?autorisation d?installation soient affichés. C?est la disposition générale 12 sur les conditions d?exploitation. Les dispositions générales 15 imposent des conditions qui, là non plus, ne sont pas respectées, qu?il s?agisse des publicités sur les vitrines, des détritus qui s?amassent autour des terrasses, des extractions d?air qui soufflent vers les entrées d?immeubles et surtout, le caractère permanent de ces terrasses, qui sont faites de structures métalliques et de béton, alors qu?elles devraient normalement être facilement démontables, je dis bien "facilement démontables", en cas de manifestations. Donc, plusieurs habitants qui habitent place de la République ont appelé le 3975 et écrit à la Mairie de Paris, plus précisément à la Direction de l?Urbanisme. Ils m?ont transmis des courriers avec des accusés de réception qui datent de juillet 2015. La seule réponse qui leur a été faite de la part de la Direction de l?Urbanisme consiste à dire que leur demande est traitée, mais ils n?ont toujours pas d?élément concret en retour. En dehors de ces désagréments se pose surtout une question de sécurité, puisque ces terrasses en dur forment de petites enclaves au niveau des entrées d?immeubles et dans ces enclaves aiment squatter des clochards qui sont souvent en état d?ébriété, avec des chiens, ce qui ne met pas les habitants des immeubles dans les meilleures des conditions pour accéder à leur domicile. Mon v?u a bien évidemment été rejeté en Conseil d?arrondissement, comme tous les v?ux que je dépose de toute façon au Conseil du 3e arrondissement. Je n?ai donc pas beaucoup d?espoir qu?il soit voté ici, mais je tenais à aborder ce sujet dans l?hémicycle, puisque même si vous allez m?expliquer, vous n?êtes pas capables d?expliquer aux riverains que ces terrasses sont conformes. C?est sans doute ce que vous allez être capable de me dire dans cet hémicycle. Je me dis que si on en parle publiquement, on pourra au moins traiter la question de sécurité qui est posée par les S.D.F. qui squattent les enclaves entre les terrasses. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci. Pour vous répondre, je donne la parole à Mme POLSKI, pour deux minutes maximum.

Mme Olivia POLSKI, adjointe. - Madame, mes chers collègues, écoutez, effectivement, je pense que vous avez fait la réponse dans votre présentation elle-même, c?est-à-dire que j?allais vous dire que les terrasses étaient conformes, puisque nous avons demandé et sollicité les services sur ces sujets. Donc effectivement, elles sont conformes, mais elles n?ont pas forcément vocation? En tant que terrasses fermées, elles doivent être démontables, mais elles n?ont pas forcément vocation à être retirées chaque soir, ni systématiquement en cas de manifestations. Alors, peut-être qu?ils n?ont pas fait l?autorisation d?affichage, mais on a sollicité les services et je peux vous dire, effectivement, qu?elle a été démontée, en fait, quand il y a eu des travaux d?aménagement de la place, et remontée à l?identique, avec une légère, évidemment, remise en état, mais il n?y a pas d?infraction qui a été relevée. J?ai sollicité à nouveau les services sur cette question. Sur la question du K.F.C., c?est pareil, la terrasse fermée autorisée a même été limitée par rapport à la demande initiale, puisqu?ils demandaient 3,02 mètres et nous avons limité à 2,70 mètres. Donc tout cela est effectivement, aujourd?hui, conforme aux autorisations délivrées par les services de la Ville de Paris. En ce qui concerne le courrier des riverains spécifiquement, on va regarder plus précisément ce qui peut être fait en termes de propreté et par rapport à la question des S.D.F., plus spécifiquement, pour voir comment on peut avec eux avancer et pour que les choses soient propres. Mais je vous demande de bien vouloir quand même retirer votre v?u, puisqu?en l?occurrence, elles sont légales, sans quoi j?appellerai à voter contre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci, Madame POLSKI. J?ai été saisie d?une demande d?intervention du maire du 3e arrondissement, Pierre AIDENBAUM, et je vous laisserai ensuite, Madame HAREL, nous dire si vous retirez votre v?u.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Juste un mot, d?abord pour, naturellement, être tout à fait d?accord avec la réponse qui vient d?être faite par Olivia POLSKI. Mais, Madame HAREL, contrairement à ce que vous dites, je suis très attentif, mais vous ne m?écoutez pas. Vous posez des questions et vous bavardez avec votre voisin. Madame HAREL ?

Mme Marie-Laure HAREL. - Je suis tout à vous, Monsieur AIDENBAUM.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Non, vous étiez tout à M. LEGARET. Je suis très jaloux, vous savez. Je disais que j'étais très attentif, vous le savez, au Conseil d'arrondissement à toutes vos demandes. Dès que j'ai vu ce v?u en Conseil d'arrondissement, j'ai fait vérifier, en effet, avec les services de Mme Olivia POLSKI. Elle vous a répondu que ces terrasses sont tout à fait conformes et donc, rien d'autre à dire. Le problème des S.D.F. est un autre problème qui n'a rien à voir avec les terrasses. La réponse vous a été faite. Si vous me reposez la question, parce que ce n'est pas la première fois que vous posez la question sur ces terrasses, sachez que nous sommes extrêmement vigilants par rapport aux normes de la Ville de Paris pour toutes les terrasses, à la fois au niveau de la Direction de l'Urbanisme, au niveau de mon adjoint à l'urbanisme dans le 3e arrondissement et aussi aux services de la voirie. Voilà ce que nous avions à vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Madame HAREL, retirez-vous votre v?u ?

Mme Marie-Laure HAREL. - Non et aucune solution n'est apportée à la question des S.D.F. qui sont bien là parce qu'il y a des terrasses qui créent une enclave. Il y a donc un lien.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame HAREL. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 27 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le v?u est rejeté.