Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DEVE 3 - Fourniture et livraison de bancs, chaises et barrettes de bancs pour les espaces verts de la Ville de Paris - Marché de fournitures et de services - Modalités de passation.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 3 relatif à la fourniture et à la livraison de bancs, chaises et barrettes de bancs pour les espaces verts de la Ville de Paris. La parole est à Mme Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire. J?ai souhaité intervenir sur ce projet de délibération car il concerne un élément essentiel de notre mobilier urbain : les bancs publics. Ils sont à l'usage de toutes et tous. Ils constituent un droit, celui de s'asseoir gratuitement dans l'espace public sans forcément consommer. C'est un espace libre pour des usages multiples, innombrables. S'asseoir, s'arrêter, se reposer, s'observer, dormir, prendre le soleil, manger mais aussi lire, écrire, dessiner, peindre et bien sûr discuter et rencontrer. Pourtant, sous cet aspect anodin, le banc public peut défrayer la chronique. Ainsi, fin 2014, Angoulême provoquait l'incompréhension après avoir grillagé ses bancs sous prétexte qu'ils constituaient un lieu de rassemblement pour les S.D.F. Quelques mois plus tard, la Ville de Perpignan créait la polémique en voulant supprimer ses bancs publics pour les mêmes raisons. D'autres villes ont expérimenté des bancs inconfortables après une certaine durée, ou ne permettant pas de s'allonger, par exemple par des accoudoirs, afin d'empêcher le stationnement prolongé des personnes sans domicile fixe. Dans les espaces verts de notre ville, depuis quelque temps, il semblerait que les chaises remplacent régulièrement les bancs. Si deux personnes souhaitaient donc s'asseoir côte à côte, ceci n'est plus possible. Le groupe des Ecologistes souhaite donc savoir ce qui justifie cette tendance et surtout si celle-ci est mesurée. De même, nous souhaiterions savoir si le nombre de bancs augmente bien proportionnellement à l'augmentation des espaces verts dans la Ville de Paris. Je vous remercie par avance des informations que vous voudrez bien nous communiquer.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Madame MOREL. Pour vous répondre, la parole est à Mme Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire. Madame MOREL, comme vous l'avez signalé, les bancs sont le mobilier principal des parcs et jardins. Ils sont des éléments importants de l'identité de ces espaces et favorisent la convivialité en permettant à plusieurs personnes de s'asseoir au même endroit. Je suis donc bien attachée à ce qu'ils restent au c?ur de l'offre municipale en matière de mobilier. Néanmoins, les chaises ont une dimension qui est aussi conviviale et qui est très intéressante, notamment lorsqu'elles sont, par exemple, disposées en arc de cercle ou dans des emplacements inadaptés aux bancs. Souvent, elles sont dotées d'accoudoirs très appréciés des personnes les plus âgées qui peuvent éprouver des difficultés pour se relever depuis un banc traditionnel. Ce sont les raisons pour lesquelles nous travaillons et implantons ces deux types de mobiliers, de même que nous implantons maintenant aussi des chaises longues, notamment aux abords des kiosques que nous avons rénovés. Je citerais deux projets pour vous montrer que non, nous ne faisons pas disparaître les bancs : - le 11e arrondissement avec le jardin Bréguet que vous connaissez bien où des bancs sont prévus avec accoudoirs, des chaises longues fixes et des cubes en bois ; - le 3e arrondissement avec le jardin de la Perle où, puisque nous sommes à proximité d'une résidence de personnes âgées, nous avons beaucoup travaillé sur l'adaptation de la hauteur des assises et de la présence des accoudoirs. Comme vous pouvez le constater, tous nos nouveaux projets sont marqués par une diversité des mobiliers afin de les adapter aux usages variés et divers et en travaillant aux usages avec la population dans le cadre des concertations. Toutefois, je vous rassure, le banc reste dans tous les cas l'élément central en matière d'assise.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Madame KOMITÈS. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 3. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DEVE 3).