Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DJS 103 - Héritage de l’EURO 2016. - Demandes de subventions à l’Union des associations européennes de football (U.E.F.A.) et à la Fédération française de football (F.F.F.) pour financer des travaux de rénovation de 6 équipements sportifs parisiens. 2016 DJS 213 - Subvention et convention avec la Ligue Paris-Ile-de-France de football pour l'organisation du "Tournoi féminin des Capitales Européennes" dans le cadre de l'accueil de l'EURO 2016 à Paris. 2016 DJS 214 - Partenariat avec le Département de Seine-Saint-Denis pour l'accueil de l'EURO 2016.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2016


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Nous allons examiner conjointement les projets de délibération DJS 103, 213 et 214, relatifs à l'héritage de l'Euro 2016 avec les demandes de subvention à l'U.E.F.A. et à la F.F.F., une subvention et convention avec la Ligue Paris Ile-de-France de football pour l'organisation du tournoi féminin des capitales européennes, et le partenariat avec le Département de Seine-Saint-Denis pour l'accueil de l'Euro 2016. La parole est à Mme BACHE, pour cinq minutes maximum.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Maire. Monsieur le Maire, Monsieur l'adjoint, mes chers collègues, malgré quelques réalités qui ont encore récemment fait les gros titres, le football, ce n'est pas qu'une affaire de gros sous. C'est aussi le sport le plus pratiqué à travers le monde entier et cela reste, et sans doute pour longtemps, le sport le plus populaire de notre pays. C'est celui qui attire le plus de spectateurs et/ou de supporters, c'est aussi dans cette discipline que l'on trouve le plus grand nombre de pratiquants amateurs. La France compte près de 16 millions de licenciés, à Paris environ 22.000. L?Euro 2016 sera donc un grand moment sportif et festif. Aussi, nous souhaitons qu'il en reste quelque chose de concret, quelque chose de durable à laisser en héritage, non seulement au football mais aussi à l'ensemble du sport de proximité. Dans cette optique, l'U.E.F.A., qui organise l'Euro 2016, et la Fédération française de football ont débloqué des subventions à destination des villes qui accueillent des matchs. Pour l'U.E.F.A., il s'agit d'aider au financement d?équipements de proximité ; pour la "3 F", d'améliorer les conditions d'accueil des sportifs. Côté U.E.F.A., l'enveloppe globale est de 20 millions d?euros pour les 10 villes, dont 2 millions pour Paris. Nous avons déjà eu l'occasion de solliciter des subventions sur cette somme en juin dernier, et je me réjouis que cela ait pu servir dans mon arrondissement, le 20e, et dans un quartier populaire. En effet, une première subvention d'un montant de 436.000 euros nous a permis de renouveler le revêtement synthétique sablé d?un des terrains de Maryse Hilsz. Cette nouvelle subvention permettra la réfection du terrain d'honneur de ce même stade. Ces opérations permettent d?obtenir une homologation de la F.F.F. et contribuent au développement de la pratique du football à Paris. Mais surtout, ces stades sont les plus utilisés par les scolaires tous les matins et jusqu?à 17 heures, puis par les associations et les clubs de proximité, dont beaucoup de clubs féminins, de 18 heures à 22 heures 30. D'autres arrondissements sont également et heureusement impactés, le 13e et le 18e. L'autre axe de ce projet de délibération concerne la "3F" qui, à travers son programme "Horizon bleu 2016", prolongement d'un dispositif proposé depuis 2002 pour aider le football amateur, a pour but d'améliorer l'accueil et les conditions de pratique des licenciés. C'est au total une subvention de 85.000 euros que nous sollicitons dans ce cadre auprès de la Fédération, et qui permettra de rénover vestiaires, clubs house et city-stades dans divers arrondissements de notre Capitale. Ainsi, au-delà du plaisir et du rêve que l'Euro va donner aux petits Parisiens "fans" de foot, nous allons pouvoir profiter de cet événement pour leur laisser des équipements améliorés et de qualité. Comme pour les Jeux Olympiques et Paralympiques, ce genre d'événement n'est pas seulement de l'instantané, mais nous permet d'investir durablement pour la pratique du sport amateur dans nos quartiers. En ce sens, il mérite tout notre soutien. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Madame BACHE. La parole est à M. Sergio TINTI.

M. Sergio TINTI. - Merci, Monsieur le Maire. Nous voterons ce projet de délibération qui vise en premier lieu à obtenir l'entièreté de la somme de 2 millions d'euros que la Ville de Paris est en droit de recevoir de l'U.E.F.A., organisatrice de l'Euro 2016 au titre de sa qualité d?hôte. Cette somme a pour objectif de financer des équipements de proximité en lien avec le football, sport très populaire dans notre ville et ainsi d?assurer l'héritage de la compétition. Nous nous réjouissons que grâce à ces 2 millions d'euros, les terrains de football des complexes Maryse Hilsz, Jules Ladoumègue, Poissonniers et Charléty, au c?ur de quartiers populaires de notre ville, puissent bénéficier de réfections. Je voudrais toutefois rappeler qu?un événement comme l?Euro de football rapporte plusieurs centaines de millions d'euros de bénéfices nets à son organisateur, l'U.E.F.A., et que de ce point de vue, le reversement par elle des sommes au titre de l'héritage gagne à être plus important. Par ailleurs, la Fédération française de football, par son programme "Horizon bleu 2016" finance et accompagne les actions en faveur d'un meilleur accueil des licenciés et d'une amélioration de leurs conditions de pratique. Nous saluons cette initiative et soutenons la volonté de la Ville de solliciter 85.000 euros pour la rénovation des vestiaires de la plaine de jeux d?Orly, du club house du centre sportif Emile Anthoine et du site du stade des Fillettes. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur TINTI. La parole est à David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Merci, Monsieur le Maire. Le plan d'accompagnement proposé par la Ville avec le Département de Seine-Saint-Denis est une bonne nouvelle dans le dossier de l'Euro 2016, pour lequel nous avons émis un certain nombre de critiques : travail dans une approche métropolitaine, utilisation de l'événement pour promouvoir l'idée européenne, actions en direction des jeunes, prévention des conduites à risque pendant la compétition, ou encore priorité au développement du foot féminin. Je me réjouis d'ailleurs que l'équipe féminine du PSG ait pu jouer au Parc des Princes le 2 mai dernier, comme nous l'avions demandé lors des questions d'actualité de notre dernier Conseil. Les actions en matière sanitaire et sociale, notamment de prévention pendant la compétition ne sont pas oubliées. Si nous saluons l'effort d'inventivité, la mise en commun de certains dispositifs, la mutualisation des moyens de nos deux collectivités, je déplore, et profite de ce projet de délibération pour le redire, que l'U.E.F.A. s'engage aussi peu financièrement dans l'accueil de cet événement. Ce projet de délibération nous indique par exemple que 250 jeunes de Seine-Saint-Denis bénéficieront également du dispositif mis en place par l?U.E.F.A., "les 20.000 sourires de l?Euro", permettant à des jeunes issus de quartiers défavorisés d?assister à des matchs du Championnat d?Europe. Par sa dimension pour le moins modeste, cette action purement symbolique pourrait presque prêter à sourire. Alors certes, la Ville de Paris et le Département de Seine-Saint-Denis recevront des fonds de l?U.E.F.A., notamment pour l?amélioration de certains équipements sportifs, mais cela pèse bien peu de choses au regard du fait que c?est l?U.E.F.A. qui sera bien la grande gagnante de cette opération, U.E.F.A. qui bénéficie, rappelons-le, d?une exonération fiscale pour les recettes générées par l?Euro 2016, décidée par le Gouvernement précédent et confirmé par l?actuel. Ce sont donc 900 millions d?euros de bénéfice défiscalisés qui vont être engrangés par cette organisation, dont le fonctionnement est opaque et qui ne répond devant aucune instance démocratique. La Ville de Paris et le Département de Seine-Saint-Denis ont donc toute légitimité pour porter une parole déterminée face à l?U.E.F.A., afin que des engagements financiers plus importants soient pris par cette organisation pour soutenir les efforts des villes hôtes. Ce plan d?accompagnement de bonne qualité que nous soutenons, et c?est pourquoi nous voterons ce projet de délibération, mérite en effet des moyens à la hauteur des enjeux. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur BELLIARD. Pour répondre aux orateurs, la parole est à Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. Plusieurs précisions sur ces deux projets de délibération. La première, pour répondre à l?intervention de M. BELLIARD : l?U.E.F.A. est l?Union européenne des fédérations de football. C?est une association, certes, basée en Suisse, mais ce n?est pas le grand capital. Alors, oui, l?U.E.F.A. va tirer des profits de l?organisation de cette compétition, profits qui, dans les quatre ans qui séparent chaque championnat d?Europe, vont être reversés aux fédérations européennes de football pour le développement du foot un peu partout en Europe, donc ce n?est pas un profit qui va être redistribué à de terribles actionnaires qui viendraient faire des dividendes sur le dos de je-ne-sais-quoi. C?est une association qui, grâce à cet événement, va financer globalement le développement du foot en Europe. Premier élément. Deuxième élément : sur l?absence de la contribution de l?U.E.F.A. à l?organisation, je ne vais pas me faire outre mesure leur porte-parole ou leur avocat. Cependant, il est à noter - Marinette BACHE l?a soulevé et l?a souligné avec talent - que pour la première fois dans l?histoire d?un grand événement sportif? Monsieur BELLIARD, considérez-le comme une victoire des villes hôtes et de Paris en particulier. Pour la première fois, un organisateur de grands événements va verser une subvention d?investissement pour pouvoir créer ou rénover des équipements de proximité. C?est 2 millions d?euros pour la Ville de Paris. L?U.E.F.A. a annoncé la semaine dernière apporter un concours exceptionnel de 4 millions d?euros aux villes hôtes pour les coûts de sécurisation des "fan zone". On aura l?occasion d?en reparler. Sur l?opération des "20.000 sourires", il y a ceux qui sont dans la convention, mais à l?échelle de Paris, sur les cinq matchs au Parc des Princes, c?est 2.000 enfants des quartiers populaires, c?est 2.000 enfants de dispositifs d?aide sociale à l?enfance qui vont pouvoir aller voir gratuitement un match, probablement pour la première fois de leur vie. Donc autant vous dire que, honnêtement, si certains procès sont légitimes, l?U.E.F.A. sur ce coup-là a joué son rôle d?organisateur et a partagé avec nous un certain nombre d?éléments. Sur le fonds d?héritage lui-même, merci, Monsieur TINTI et Mme BACHE, de l?avoir souligné, ce fonds justement nous permet que les profits de cet événement servent, comme ils ont déjà servi, et on l?avait voté précédemment, à la modernisation du centre sportif Ladoumègue dans le 19e arrondissement, et à la première pelouse de Maryse Hilsz dans le 20e, et là, le projet de délibération nous permettra de refaire le terrain annexe de Charléty dans le 13e, le terrain annexe des Poissonniers dans le 18e et le terrain d?honneur de Maryse Hilsz également dans le 20e, à la porte de Montreuil. Et dans le même temps, la Fédération française de football, qui est membre de l?U.E.F.A., coorganisateur de la compétition, versera elle aussi, dans le cadre de son programme "Horizon bleu", de l?argent pour nous aider à rénover nos clubs-houses, nos vestiaires et nos équipements, avec notamment le club-house d?Emile Anthoine, le city stade des Fillettes dans le 18e et les vestiaires de la plaine de jeux d?Orly, où joue le C.F.F.P., le Centre de formation du football parisien, C.F.F.P. qui a remporté ce week-end - désolé, cette compétition aussi a un naming - la "Danone Nations cup". Et donc, c?est un club parisien qui, pour la deuxième année de suite, représentera la France au Championnat mondial des moins de 11 ans de football. Et donc, je crois qu?il faut souligner que c?est une première mondiale et que c?est désormais la philosophie dans laquelle s?inscrit Paris pour les grands événements sportifs : celle d?exiger des organisateurs que ces compétitions laissent un héritage. De l?Euro, on en a parlé, mais c?était le cas de la Formule électrique il y a quelques semaines, avec des dispositifs de récupération d?énergie et de production d?énergie électrique qui seront laissés en héritage de cette compétition, et c?est évidemment le cas des 43 mesures dont nous avons parlé ce matin en matière d?accompagnement olympique. C?est dire à quel point, comme l?a dit Marinette BACHE, au-delà des supporters de football, cette compétition amènera largement de l?intérêt général et de la qualité de vie à nos concitoyens et, vous l?avez souligné, aussi aux concitoyens de Seine-Saint-Denis, avec lesquels nous avons signé pour la première fois un accord ambitieux sur le partage des coûts, les dispositifs de prévention, les dispositifs éducatifs pour que cet Euro résonne aussi fort à Paris qu?à Saint-Denis. Je vous invite donc à voter avec enthousiasme ces deux projets de délibération.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Et nous irons même plus loin, puisque nous allons en voter trois, Monsieur MARTINS. Je mets tout d'abord aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 103. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DJS 103). Je mets ensuite aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 213. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DJS 213). Enfin, je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 214. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DJS 214). Je vous remercie.