Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2- Condoléances.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1998



M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, le Conseil de Paris a appris avec beaucoup de tristesse et d'émotion le décès, survenu le 17 février 1998, de M. Alexandre MOSCOVITCH, ancien Conseiller municipal de Paris, ancien Conseiller général de la Seine.
(Les Conseillers se lèvent).
M. MOSCOVITCH s'engage dès juillet 1940 dans les rangs des Forces françaises libres. Il participe ainsi aux campagnes d'Afrique, de France et d'Allemagne. En tant que Chef du Service de renseignement français pour l'Allemagne, la Belgique et la Hollande, il annonce l'offensive allemande dans les Ardennes de décembre 1944.
Il termine la guerre avec le grade de colonel F.F.L. et devient également Vice-président du Comité d'action de la Résistance.
Journaliste et administrateur de sociétés, il participe à la fondation du R.P.F. à Paris et en devient Vice-président du Conseil national.
Elu Conseiller municipal de Paris dans le 7e secteur (3e, 4e, 10e arrondissements), il est élu en 1953 et à nouveau en 1959. A l'Assemblée parisienne, il siège successivement au sein du groupe des Républicains sociaux, puis sous l'étiquette U.N.R. ; il devient Vice-président du groupe U.N.R. à l'Hôtel-de-Ville.
Au Conseil municipal, dont il est secrétaire (1948) et Vice-président (1950), il exerce notamment les responsabilités de Vice-président de la 3e Commission (1947-1953) et de Président de la 2e Commission (1959-1965). Il siège également à la Commission mixte des transports, à la Commission mixte du travail et du chômage, ainsi qu'à la Commission des anciens combattants.
M. Alexandre MOSCOVITCH était titulaire de la Croix de guerre 1939-1945, de la médaille de la Résistance et Officier de la Légion d'honneur.
En mon nom et au nom du Conseil de Paris, j'adresse à la veuve de M. Alexandre MOSCOVITCH les condoléances attristées de notre Assemblée.
(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).
Merci.